lundi 3 janvier 2022

Vertu cardinales, à Nantes, et l'Assemblée nationale ! (2)


 Comment la Révolution s'est-elle appropriée les Vertus cardinales ? 

comment les a-t-elle transposées à l'Assemblée Nationale ?

comment a-t-elle confondu la Force d'âme... avec la Force ! 

il n'y a que votre serviteur pour se poser des questions pareilles ! ! 


Notre civilisation dure depuis quelques milliers d'années, et la réflexion qui a précédé la nôtre ne peut tout bonnement pas être jetée aux orties, au prétexte de tout centrer sur la consommation de biens matériels : les Grecs anciens ont inventé la démocratie, et les théologiens ont nommé les Valeurs qui nous permettent de vivre la conscience de l'esprit, et de manifester des dons divins comme les Trois que sont : le Charisme ; le Discernement ; et la Clairvoyance...

... sans oublier ...les quatre Vertus cardinales !

voyez, elles sont quatre : la Prudence que je vous ai déjà montrée ; la Tempérance ; la Force d'âme (sans rapport direct avec la force proprement dite), et la Justice

Il n'y a aucunement l'éloquence, qui légitimement peut inspirer les Députés à l'Assemblée, mais n'est pas une Vertu, surtout si l'éloquence peut s'appliquer à la promotion de choix qui ne seraient pas ... vertueux ! C'est un art, j'y reviendrai.


Je vous amène à nouveau à Nantes, réfléchir au tombeau de François II de Bretagne et de notre voisine Marguerite de Foix, mère d'Anne de Bretagne, rassemblés pour l'éternité au centre des quatre Vertus.

En 1499, Anne de Bretagne lance le projet de faire réaliser un tombeau orné de sculptures, notamment les gisants de ses parents, François II et Marguerite de Foix. Cette œuvre monumentale est dessinée par l'architecte et peintre Jean Perréal et exécutée par le sculpteur Michel Colombe entre 1502 et 1507. En 1506, la duchesse et reine de France Anne obtient du pape Jules II l'autorisation de faire transférer les restes de sa mère, Marguerite de Foix (qui était inhumée dans la cathédrale depuis 1487), dans le tombeau de la chapelle des Carmes, opération réalisée en 1507. À sa mort, Anne de Bretagne est inhumée dans la basilique Saint-Denis, comme tous les monarques capétiens. Seul son cœur, déposé dans un écrin en or, est placé dans le tombeau familial par le chancelier du duché de Bretagne Philippe de Montauban le 19 mars 1514. En 1727, Gérard Mellier, alors maire de Nantes, fait exhumer l'écrin, craignant que les religieux n'en aient fait fondre l'or. 

En 1791, lors de la Révolution française, les religieux sont dispersés, le mobilier vendu. En 1792, les bâtiments, dont l'église, sont vendus comme biens nationaux. Les trois cercueils sont déplacés dans la crypte de la cathédrale, et le tombeau est caché pour en éviter la destruction. Cet acte de sauvegarde est parfois attribué à Jean-Baptiste Ogée, parfois à Mathurin Crucy. Lorsque le tombeau est retrouvé, en 1800, ce dernier propose de réutiliser l'œuvre pour en faire la base d'une colonne commémorative. Cette proposition est refusée par le préfet Le Tourneur, et le monument est transféré dans un croisillon sud de la cathédrale en 1817.



D'abord la Force, la Force d'âme : elle est représentée en armure avec un casque guerrier, car il s'agit d'une vertu virile. Dans l'iconographie de cette vertu, elle est souvent représentée appuyée contre une colonne ou une tour. Ici elle extirpe le dragon de la tour crénelée (ou du donjon) où il s'est retranché et symbolise donc la force morale qui triomphe du vice et de la tentation. L'expression de son visage reflète une certaine douleur rentrée, comme si l'effort d'arracher le dragon (le Mal) de la tour (le Bien, le for intérieur) ne se faisait pas sans combat intérieur. Elle rappelle le rôle du chevalier chrétien dans la défense de la foi. Elle est coiffée de la dépouille d'un lion dont on aperçoit le mufle, rappelant le premier travail d'Héraclès contre le lion de Némée, situé à propos derrière.


A l'Assemblée Nationale, la Force de Louis Desprez (1799-1872) est plus sobre ! 

Avec l'allure d'une lanceuse de marteau, c'est une "belle femme costaud", son sein gauche dénudé facilite sa respiration d'athlète, et elle aussi porte comme coiffe le lion de Némée. Force d'âme ? non ! je crains bien que ce ne soit qu'une "cogneuse", car au lieu d'une batte de base-ball,  elle s'appuie à la main droite sur sa massue pour taper sur les mecs, une vraie Hercule femelle !


Retour à Nantes ! la Tempérance est munie en main droite d'un mors à cheval, symbole d'une conduite raisonnée : il y a un temps pour tout (Ec 3,1-15) et en main gauche d'une grosse horloge, symbole du temps qu'il faut savoir respecter et qui atténue les passions. Elle symbolise également la mesure du temps qu'il ne faut pas gaspiller en vanités, mesure en tout pour éviter l'excès. Elle rappelle que le prince doit rechercher le juste milieu, l'équilibre. Son habit presque monacal exprime le refus des tentations de la chair qui mènent justement à l'excès. 



et puis voilà la Justice !

La Justice, sous les traits de laquelle on croit voir Anne de Bretagne elle-même, porte en main gauche un livre, représentant la loi, illustré d'une balance, représentant la justice. En main droite, elle tient un glaive imposant mais dont la pointe est délicatement recouverte d'un pan de son écharpe : « Rendre la justice, mais ne pas détruire la personne ». Le glaive châtie et la balance pèse la gravité du crime ou le poids des arguments des deux parties. La statue porte une couronne rappelant que le prince exerce le rôle de juge et d'arbitre.


A l'Assemblée Nationale, siège forcément la Justice, sculpteur Augustin-Alexandre Dumot

j'adore comment il l'a représentée : belle femme, belles tresses illustrant j'imagine la complexité du Droit ?

elle est itinérante, et a replié dans sa main gauche, outre les chaines ôtées à un détenu libéré, les plateaux de la balance pour mieux voyager ? A droite, elle pointe un glaive vers un présumé coupable !


comme moi vous avez bien compté

nous avions bien repéré la Prudence hier ; aujourd'hui la Force et la Justice : cela fait trois !

les Parlementaires manqueraient-ils ... de Tempérance ?

Car ils ont bien à l'Assemblée : la Liberté, la Liberté très nue, vêtue de bribes de peau de bête, foule de ses pieds des chaînes et un joug rompus. Elle tient de la main droite le drapeau tricolore surmonté du coq Gaulois patte gauche posée sur le Monde, et de la main gauche une Victoire elle aussi rayonnant urbi & orbi.


Et puis l’Ordre public de James Pradier, ordre public qui est  l’un des principes fondamentaux de la Charte de 1830 - tient une lance à la main gauche ; ainsi à droite qu’une main de justice. Avec ces deux allégories, voici d'ailleurs une invite, adressée aux parlementaires, à résister à la pression de l’exécutif et à s’opposer à toute insurrection populaire !


... mais l'Eloquence, que je sache, est "un art de bien parler et de convaincre" ....

mais elle n'est pas une Vertu ?


tant qu'à y être, je vais tenter de boucler la boucle ouverte hier avec Janus


Au pied du "Perchoir" où trône le Président :

l'Histoire à gauche, fait face à la Renommée à droite

Ce bas-relief a été réalisé par François-Frédéric Lemot (1772-1827), un des principaux sculpteurs officiels du Directoire jusqu’à la Restauration, à qui l’on doit également le fronton de la colonnade du Louvre ou encore la statue de Napoléon en triomphateur qui surplombe l’arc du Carrousel. Le bas-relief de la tribune des orateurs fait partie de ses œuvres les plus connues. Il est composé d’un fond en marbre polychrome duquel se détachent deux figures de femmes en marbre blanc. A droite, la Renommée souffle dans une trompette pour publier les lois que l’Histoire, à gauche, grave sur une tablette afin de les transmettre à la postérité. 

mais observez le centre !

Le piédestal, surmonté d’un buste de la République, est orné dessous ... d’un Janus à deux têtes ! Le dieu romain, symbole de l’expérience du passé et de la prévoyance de l’avenir, veille ainsi sur les législateurs dont les travaux sont soumis au jugement de l’histoire et de la renommée.

je suis retombé sur mes pieds !


il est en bas !



pour vous amuser : une vision alchimique du tombeau de Nantes :

https://www.youtube.com/watch?v=vRWVAnmZb-o&ab_channel=Ijnuhbes


PS : je récidive !

http://babone5go2.blogspot.com/2020/10/la-foi-lesperance-et-la-charite-de.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire