lundi 31 janvier 2022

Charles Lenoir, élève de Bouguereau fait des vagues

Charles Lenoir

Toujours feuilletant les images publiées par Google, je cherche et je trouve : des vagues, des baigneuses nues faisant la planche sur les vagues, certaines bien connues comme celles de Seignac ou Comerre, d'autres semblables et différentes à la fois, signées Charles Lenoir : en plein hiver, je voulais vous changer du froid et des vacances de ski, et préparer l'avenir, la promesse d'un été heureux (et réchauffé).

voilà Seignac

encore Comerre



William Bouguereau 1896, le titre est "la vague", mais tout le monde regarde la jeune fille, prête à se faire arroser

Je sais bien, je vais vous montrer des jeunes filles bien plus mélancoliques, pensives, lisant à la chandelle, ou brodant, filant la laine,  bref toutes les activités des demoiselles dans les années 20, que d'activités l'invention du smartphone a donc changées !

par exemple, il y a bien longtemps que je n'ai entendu une jeune femme 

jouer du double-pipeau





Charles Amable Lenoir, né Charles-Aimable Lenoire le 22 octobre 1860 à Châtelaillon et mort le 1er août 1926 à Paris, est un donc peintre français. Élève de William Bouguereau en 1883 après avoir été instituteur, il concourt quatre fois au Prix de Rome. Fidèle à la tradition académique, il peint des portraits et des scènes mythologiques et religieuses.

vous avez noté ? 

élève de mon maitre (absolu) Bouguereau, 

parfois, on ne reconnait pas l’élève et le Maitre !

voici : Méditation

 







Son père, Aimable, est douanier et sa mère, Eliza Herbelot, couturière. La famille déménage à Fouras lorsque son père y est affecté. Sachant que sa famille ne l'aiderait pas à devenir artiste peintre, il décide de devenir enseignant et suit des études à l'école normale d'instituteurs de Lagord. Il devient maître d'études au Lycée de Rochefort en 1879. Il n'abandonne pas pour autant ses projets ; après avoir économisé, il part en 1883 à Paris avec une lettre de recommandation pour William Bouguereau, originaire de la même région. Il intègre l'École des Beaux-Arts, devenant élève de Bouguereau et de Tony Robert-Fleury. 

Il fait ses débuts au salon de Paris en 1887. Il concourt pour le Prix de Rome, concours dont il atteint à quatre reprises la phase finale et dont il finit par remporter le Second Grand Prix en 1889 pour son œuvre Jésus guérit le paralytique, avant de remporter le premier Second Grand Prix en 1890 pour Le reniement de saint Pierre. En 1900, Le Calme, portrait de sa nouvelle épouse Eugénie Lucchesi, est récompensé par la médaille de bronze au salon de Paris.

Je ne vais pas vous montrer les tableaux bibliques, qui lui ont fait remporter ses prix : il arrive que, sortant de son rôle sérieux d'instituteur, notre Aimable peintre "se lâche", pour montrer les baigneuses dénudées dans les vagues : j'en ai trouvé d'autres, que voici :





Il reçoit des mains de son maître William Bouguereau la Légion d'Honneur, sur décret du Ministère de l'Instruction Publique de juillet 1903.

c'est le moment de crier : Victoire !


Il meurt à Paris le 1er août 1926, et sera inhumé à Fouras le 4 août.



Dès 1850, Fouras s'est affirmée comme l'une des principales stations balnéaires de la côte aunisienne, à la faveur de la mode des bains de mer et de l'arrivée du chemin de fer à la fin du XIXe siècle. Fouras s'est rapidement développée comme l'un des lieux de vacances à la mer et de rassemblement de la haute-société rochelaise, qui y édifia de nombreuses villas, principalement en bord de mer, encore visibles aujourd'hui. Grâce à l'impulsion donnée par le tourisme, Fouras est également devenu le troisième port de voyageurs du littoral charentais avec son port de la Fumée qui assure des liaisons maritimes permanentes avec l'île d'Aix.

Charles nous a laissé ce paysage de sa maison de Fouras


son buste est situé près de la plage


nous sommes donc le dernier jour de janvier 2022

le ciel est bien sombre du côté de l'Ukraine

qu'en serait-il si Poutine nous coupait le gaz ?

le prix de l'essence monte, comme si l'on avait incorporé dedans la taxe carbone

... mais oui, elle est dedans !

voilà pourquoi il faut profiter des tous petits plaisirs encore accessibles :

j'ai trouvé chez Buffalo Grill hier des oignons frits

la portion 3,99 Euros, est une merveille :

il faut savoir ce contenter de ce qui est à portée


coca on ice et deux quarts de bière ce qui fait un demi


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire