mardi 25 janvier 2022

Brepsomn Toys 2022


Je commence l'année 2022 de mesgrosjouetsCitroën.com avec intérêt, car la question reste : -"que vais-je trouver de nouveau à construire cette année" ?

Voilà que le Destin s'en mêle ! Le destin est représenté par Régis, le Bordelais, (je pense à "la Gloire de Bordeaux" de Jean Dupas forcément) qui a acheté à un constructeur de Marseille, (comme les objets voyagent), cette camionnette sur mesure qui dispose d'une cabine fermée de deux portières de limousine à l'avant ; de phares bricolés ; et d'une caisse bricolée... pourquoi pas, la couleur étant .. . rouge-Bordeaux, c'est un prototype, quasi 2000 Euros, l'inflation est passée par là... pourquoi pas, puisqu'elle fait fructifier le patrimoine des collectionneurs !




Le Destin est également Allemand ! Ils disent là-bas "Bestimmung" ! Nous sommes à Freiburg, "le bourg-libre" textuellement, et le latiniste meapinxit, plutôt l'inverse "pinxit mea", propose une limousine pimpante-neuve alors que son kilométrage est théoriquement 42 ans, la fleur de l'âge, elle a été assemblée en Suisse en 1980, par cette firme qui se nommait : Brepsomn, qui fabriquait des répliques parfaites des Jouets de Monsieur Citroën conçus en 1927, et dont je n'ai pas encore pu après des années de recherche trouver le nom réel du fondateur !

Dans ce second cas, le prix est moindre, et même il me fait un rabais, puisqu'il s'agit d'un objet construit en petite série, et que l'on a ainsi la confirmation que les Français ne sont plus compétitifs du tout, ce qui explique que "la France décroche", affirme dans le Figaro notre experte Madame Agnès Verdier Molinier, ce sera pour après-demain !

Peu de nos concitoyens réalisent le boulot dingue qui précède la création de telles répliques, spectaculaires car très grandes, la peinture est celle d'une carrosserie réelle, les roues tournent, le volant aussi, cela produit un effet spectaculaire chez soi, car bien entendu on ne va pas cacher un tel objet dans le garage !



J'ai ressorti de mes archives, depuis 2005 que je poursuis cette oeuvre discrète, quelques photos qui montrent ce qui se passe avant que soit présenté l'objet final :



Ne croyez pas que ce premier assemblage soit aisé, non, pour respecter les perpendiculaires, les soudures se font dans une presse (comme un marbre) garantissant l'équerrage. Voici à l'époque (c'était avant !) l'assemblage de ma limousine Kégresse, qui permettait à André Citroën aux JO de St Moritz en 1932 de tracter les skieuses, avant de les réchauffer, en cas de réfrigération, à l'intérieur de l'habitacle !








voici maintenant une limousine "normale"


La matière brute est la tôle, la tôle qui rouille ; et le laiton, pour les parties nécessitant un formage par emboutissage : la carrosserie est donc un assemblage soudé de parties pré-embouties des deux matières. Une limousine pré-assemblée reflète cette disparité, ici le châssis est fait d'une feuille de laiton pliée, parce que tout bêtement manquaient les stocks de tôle précédant les fabrications entamées à la main, à partir des années 1996, après la disparition de Brepsomn, et son rachat par mon Maitre de Vichy.




Dans notre cas les vitres restent à enfiler dans leurs emplacements, les tiges chromées permettant la manoeuvre de montée-descente sont clipsées, empêchant qu'on les enlève, mieux vaut être sûr de soi !


Dès ce stade atteint, le constructeur n'a qu'une obsession : appliquer un apprêt, qui va préparer l'arrivée de la peinture définitive, et empêcher l'installation de la rouille sur la tôle nue : le modèle ci-dessus totalement assemblé, sauf les vitres,  a ainsi le capot apprêté, et même les portières avant peintes, alors que les ailes avant risquent la rouille, mais que l'aile arrière en laiton ne craint rien.


sur ma Kégresse, même application d'apprêt, qui cache les soudures

et ensuite, peinture définitive, avec un catalyseur pour un séchage rapide

tous les carrossiers vous confirmeront que le noir est infernal, exigeant une finition parfaite

le stade où tout est peint-tout est sec est excitant, puisqu'il prépare la suite : l'assemblage final

ici les vitres sont posées


Le grand plaisir du créateur est donc de voir se constituer son véhicule, de le récupérer une fois terminé peint avec tous les fignolages, et d'oublier les stades qui ont précédé, dommage car ils représentaient la promesse... d'un résultat final superbe :















à une époque l'idée était de créer des châssis, comme le faisait Citroën, pour les livrer aux clients tels quels, afin qu'ils se les fassent carrosser, mais l'absence de spécialistes a rendu ces transformations rarissimes






alors, à la fin, on obtient ce modèle terminé de limousine (les USA disent "sedan")

rouge-bordeaux



même couleur que le torpédo



mais on ne reverra plus 

c'était le cadeau de Noël 2012 ...


... devenu ce torpédo anglais conduite à droite


PS : l'histoire complète depuis bientôt 20 ans de mesgrojouetscitroën.com :

http://babone5go2.blogspot.com/search/label/Mes%20Gros%20Jouets%20Citro%C3%ABn

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire