samedi 22 janvier 2022

Courbet désespéré

Je dois vous avouer que de Courbet, je n'avais jusqu'alors conservé l'image que de ce genre de toiles sympathiques, comme l'aiguille d'Etretat, et les rochers noirs du coin , "les vaches noires", où j'allais chercher tout jeune les gryphea, fossiles d'énormes huitres qui m'ont vraisemblablement "imprégné" plus tard.





Quand on évoque Courbet, on tombe très vite sur le genre de commentaires qui vont suivre, puisque chacun a en mémoire le célèbre tableau "l'origine du monde". Me promenant autrefois dans les vieux quartiers de Toulouse précisément rue Perchepinte, j'ai le souvenir d'un vieil antiquaire, à qui j'achetais un petit bronze de mammouth que je possède toujours. Il m'avait emmené dans la pièce du fond débouchant sur la pièce d'exposition principale, avait tiré sur une ficelle entourant une toile enroulée pour la déployer... c'était une copie ? une reproduction très fidèle en tous cas de la fameuse "origine", qui aura rendu Courbet immortel !



Fabien Lacaf s'amuse naturellement avec ces histoires 



en fouinant, je découvre ce tableau moins connu de 1861, d'une jeune femme au bas blanc... oui elle n'en porte qu'un seul, elle vient d'enlever l'autre ! 



Avant que notre bonne candidate guyanaise aux prochaines primaires des élections présidentielles favorise "l'amour pour tous" au nom de notre bon Président-Hollandais, Courbet avait choqué les bons esprits de l'époque avec ses "deux femmes sommeillant" ... après s'être aimées d'amour tendre :



Et de même qu'il peignait les paysages en n'omettant aucun détail, il peignait la chair de ses modèles de la même manière "réaliste", nom dont on a affublé son style : réaliste, je vais y revenir







Vous savez comment réagissent les hommes ? Quand ils ont vu une femme nue d'abord (ce qui devrait leur suffire), ils n'ont de cesse que chercher à la voir habillée, pour savoir son nom... faire connaissance ...pour mieux la déshabiller ensuite !

C'est bien entendu ce qui est arrivé avec l'origine du monde : qui est-ce ? Avec la surprise une fois connue l'identité de la Dame, de s'apercevoir qu'habillée elle était ma foi plus banale que l'on pouvait rêver : son prénom est amusant vu les circonstances : Constance.



Dans les arguments, apparemment discutables, qui ont conduit à nommer cette personne, est celui qu'à sa mort, elle possédait toujours un tableau manifestement signé Courbet, mais était-ce un cadeau, nul ne le sait, dont voici le commentaire :


voici la version "du Monde", (jeu de mots) encore plus solide vu la réputation du quotidien


Je me demande évidemment à quoi ressemble "cette plante grasse qui tend vers moi une profonde corolle rouge épanouie et ouverte"... et cherche le tableau compromettant pour Constance ... apparemment assagie avec l'âge et se livrant plus âgée, comme le font toujours les vedettes, à des actions philanthropiques voire humanitaires  !


voyez avec quoi déjà à l'époque on crée des fake news : la corolle en question trouble-t-elle quelconque Monsieur ... ou ... Madame après tout ...?

si j'étais Courbet, je serais désespéré !

déjà qu'on ne l'estimait pas tant que cela :

"l'homme le plus fier et le plus arrogant de France" !


il peint les casseurs de pierre, une situation sociale désespérante de pauvreté



 
voici le cheminot


Courbet peut être ... désespéré !



c'est son auto-portrait

son tableau le plus célèbre après "l'origine du monde"


dans les jours qui viennent, je vous montrerai

des peintres moins connus, 

mais qui ont peint Cancale !

---o---

pour ceux qui rêvent d'un Courbet, 

on peut trouver de jolies "origines du monde"  ! ! 



Roland Delcol peintre Belge, 

joue naturellement avec l'humour belge !


"Sans parole" : je peins la femme réelle, d'une manière irréelle





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire