samedi 29 janvier 2022

De Kervasdoué : la religion écologiste ?




je sais bien, je me répète, un an après, mais ... l'environnement est tellement important :

https://babone5go2.blogspot.com/2021/09/hiver-2026-on-se-gele-avec-jean-de.html

Comme tout le monde, je reçois ma facture de chauffage au gaz. La facturation est incompréhensible, entre l'abonnement fixe ; les consommations variables par périodes ; et les taxes ! Je m'en tire de la manière suivante : je relève les mètres cubes au compteur, peu importe la transformation en KwH, et en face, forfait ou pas, j'ai le prix TTC total. La division me donne le prix par m3. Il y a un an mi-janvier 2021 = 0,6099 Euros/m3. Un an après, le prix est devenu 1,045, 70% d'augmentation ! ! Nous savons qu'il en est de même pour notre électricité nucléaire, mais dont (difficile à suivre) le prix est artificiellement relevé au prix équivalent du gaz européen, annulant le bas prix de revient de l'électricité nucléaire française. A tel point que tous les jours on nous rabâche que l'Etat bloque la hausse à 4%, obligeant EdF quasi nationalisé à brader ses prix à ses concurrents, (concurrents artificiels puisqu'ils ne produisent rien), en rajoutant en tout 8 milliards au pot pour compenser la hausse ! Enfin, et c'est le bouquet, EdF ne produit pas assez puisque 10 centrales sont à l'arrêt sur 56, nous obligeant à importer du courant produit par des centrales ... à charbon ! 

on dirait que des décideurs n'y comprenant rien, règlent des contraintes techniques par des solutions administratives à court terme ...

... en créant des "usines à gaz",

 administrativo-financières !

ouf, les personnels EdF déclenchent "le droit d'alerte" !



pour Carlos Tavares, les choix politiques sur l'électrification massive

ne sont pas rationnels :




Pire : abandonnant les voitures thermiques pour privilégier les voitures électriques

on crée des voitures à 30.000€ l'unité ... construites par des robots : comment les classes moyennes pourront-elles acheter ces voitures dans dix ans ; autonomie 200Km ; autonomie réduite de moitié l'hiver ; et prises alimentées... au charbon ! 

après réflexion... il était temps ... le nucléaire revient à la mode

mais EdF ne sait plus, ou pas encore ... mettre au point la filière EpR, et a abandonné la filière à neutrons Astrid, que reprennent les Américains !

le dogme, les émotions, la religion écologique remplacent la Raison scientifique !

vrais problèmes, mauvaises solutions 
:

la raison disparait avec la disparition de la culture scientifique



que ce soit la technique, ou la santé, 

la facilité ? devant une population qui a perdu tout discernement

manier la PEUR


l'écologie devient Religion

l'avenir ? c'est l'ex-Enfer !

les fake news sont en réalité des fake beliefs

les fake beliefs sont en réalité des false beliefs 

de fausses croyances


dans la mesure où l'on ne base plus sa croyance sur des faits scientifiques, on base ses pratiques sur une religion, faite de dogmes et de croyances, par exemple certains irréductibles ne croient plus à la vaccination

c'est le résultat d'une instruction incomplète, comme celle consistant à former des communicants, qui savent raconter des histoires sur n'importe quoi, dont ils ne maitrisent pas le contenu :

certains "journalistes-animateurs-chroniqueurs" sur les chaines d'info !

de Kervasdoué prétend par exemple que non, la forêt n'est pas tellement en péril


pareil pour l'eau, on n'en manque pas autant qu'on le dit

on manque de régulation

de réserves, à déstocker en cas de pénurie

tout cela s'aménage, se prévoit, s'anticipe, se construit

en pleine campagne des Présidentielles

il est plus facile de railler les vacances dominicales du Ministre de l'Education à Ibiza

(Ibiza déserte en hiver, les journalistes eux sont à Courchevel ?)

... plus facile donc que construite un véritable Plan d'avenir

(tiens que propose-t-il Monsieur le Commissaire au Plan ?)

pour gérer l'énergie de demain, la santé de demain, l'économie et l'emploi

finalement, bien rares sont les candidats, (compris de gauche)

susceptibles de proposer des projets ?






on recherche :

scientifiques humanistes !




le premier tour serait (parait-il) ... dans 71 jours ?

on a tout le temps d'avoir les réponses !



PS 1 : 19 janvier 2022 : l'Autorité de sureté nucléaire sonne l'alerte !






PS  2 : les esprits torturés peuvent toujours réfléchir à la croyance dans la croyance ? ? 

Fausses croyances_Croyance en croyance

par Eliezer Yudkowsky 6 minutes de lecture 29 juillet 2007

Carl Sagan a raconté une fois une parabole de quelqu'un qui vient nous voir et prétend : « Il y a un dragon dans mon garage. Fascinant! Nous répondons que nous souhaitons voir ce dragon, partons tout de suite pour le garage ! "Mais attendez," nous dit le prétendant, "c'est un dragon invisible ."

Maintenant, comme le souligne Sagan, cela ne rend pas l'hypothèse infalsifiable. Peut-être que nous allons au garage du demandeur, et bien que nous ne voyions aucun dragon, nous entendons une respiration lourde sans source visible ; des empreintes de pas apparaissent mystérieusement sur le sol ; et les instruments montrent que quelque chose dans le garage consomme de l'oxygène et expire du dioxyde de carbone.

Mais supposons maintenant que nous disons au demandeur : « D'accord, nous allons visiter le garage et voir si nous pouvons entendre une respiration lourde », et que le demandeur dit rapidement non, c'est un dragon inaudible . Nous proposons de mesurer le dioxyde de carbone dans l'air, et le demandeur dit que le dragon ne respire pas. Nous proposons de lancer un sac de farine en l'air pour voir s'il dessine un dragon invisible, et le demandeur dit immédiatement : « Le dragon est perméable à la farine.

Carl Sagan a utilisé cette parabole pour illustrer la morale classique selon laquelle les mauvaises hypothèses doivent faire un jeu de jambes rapide pour éviter la falsification. Mais je raconte cette parabole pour faire valoir un point différent : le demandeur doit avoir un modèle précis de la situation quelque part dans son esprit, car il peut anticiper, à l'avance, exactement les résultats expérimentaux qu'il devra excuser. 

Certains philosophes ont été très confus par de tels scénarios, demandant : « Le demandeur croit-il vraiment qu'il y a un dragon présent, ou non ? Comme si le cerveau humain n'avait que suffisamment d'espace disque pour représenter une croyance à la fois ! Les vrais esprits sont plus embrouillés que cela. Il existe différents types de croyances; toutes les croyances ne sont pas des anticipations directes. Il est clair que le prestataire ne s'attend pas à voir quoi que ce soit d'inhabituel en ouvrant la porte du garage. Sinon, ils ne trouveraient pas d'excuses à l'avance. Il se peut également que l'ensemble de croyances propositionnelles du demandeur contienne l'énoncé flottant Il y a un dragon dans mon garage.Il peut sembler, à un rationaliste, que ces deux croyances devraient se heurter et s'opposer même si elles sont de types différents. Pourtant, c'est un fait physique que vous pouvez écrire « Le ciel est vert ! à côté d'une image d'un ciel bleu sans que le papier ne s'enflamme. 

La vertu rationaliste de l'empirisme est censée nous empêcher de commettre cette classe d'erreurs. Nous sommes censés demander constamment à nos croyances quelles expériences elles prédisent, leur faire payer un loyer par anticipation. Mais le problème du revendicateur-dragon est plus profond et ne peut être résolu avec des conseils aussi simples. Il n'est pas vraiment difficile de relier la croyance en un dragon à l'expérience anticipée du garage. Si vous pensez qu'il y a un dragon dans votre garage, vous pouvez vous attendre à ouvrir la porte et à voir un dragon. Si vous ne voyez pas de dragon, cela signifie qu'il n'y a pas de dragon dans votre garage. C'est assez simple. Vous pouvez même l'essayer avec votre propre garage. 

Non, cette affaire d'invisibilité est le symptôme de quelque chose de bien pire. 

Selon le déroulement de votre enfance, vous vous souviendrez peut-être d'une période où vous avez commencé à douter de l'existence du Père Noël, mais vous croyiez toujours que vous étiez censé croire au Père Noël, alors vous avez essayé de nier les doutes. Comme l'observe Daniel Dennett, là où il est difficile de croire une chose, il est souvent beaucoup plus facile de croire qu'il faut y croire. Que signifie croire que l'Ultimate Cosmic Sky est à la fois parfaitement bleu et parfaitement vert ? La déclaration est déroutante; ce n'est même pas clair ce que cela signifierait de le croire – ce qui serait exactement cru , si vous croyiez. Vous pouvez bien plus facilement croire que c'est bien , que c'est bon et vertueux .et bénéfique , à croire que l'Ultimate Cosmic Sky est à la fois parfaitement bleu et parfaitement vert. Dennett appelle cela "la croyance en la croyance".  

Et ici, les choses se compliquent, comme les esprits humains ont l'habitude de le faire - je pense que même Dennett simplifie à l'excès la façon dont cette psychologie fonctionne dans la pratique. D'une part, si vous croyez en la croyance, vous ne pouvez pas vous admettre que vous croyez simplement en la croyance. Ce qui est vertueux, c'est de croire , de ne pas croire en croyant ; et donc si vous ne croyez qu'en la croyance, au lieu de croire, vous n'êtes pas vertueux. Personne ne s'avouera : « Je ne crois pas que l'Ultimate Cosmic Sky soit bleu et vert, mais je crois que je devrais le croire » – à moins qu'il ne soit exceptionnellement capable de reconnaître son propre manque de vertu. Les gens ne croient pas en la croyance en la croyance, ils croient simplement en la croyance. 

(Ceux qui trouvent cela déroutant peuvent trouver utile d'étudier la logique mathématique, qui entraîne à faire des distinctions très nettes entre la proposition P, une preuve de P, et une preuve que P est prouvable. Il existe des distinctions tout aussi nettes entre P, voulant P, croire P, vouloir croire P et croire que vous croyez P.) 

Il existe différents types de croyance dans la croyance. Vous pouvez croire en la croyance explicitement ; vous pouvez réciter dans votre flux délibéré de conscience la phrase verbale "Il est vertueux de croire que le Ciel Cosmique Ultime est parfaitement bleu et parfaitement vert." (Tout en croyant que vous croyez cela, à moins que vous ne soyez exceptionnellement capable de reconnaître votre propre manque de vertu.) Mais il existe aussi des formes moins explicites de croyance en la croyance. Peut-être que le revendicateur du dragon craint le ridicule public qui, selon lui, en résultera s'il confesse publiquement qu'il s'est trompé. 2 Peut-être que le revendicateur du dragon recule devant la perspective d'admettre qu'il n'y a pas de dragon, parce que cela va à l'encontre de son image de glorieux découvreur du dragon, qui a vu dans son garage ce que tous les autres n'avaient pas vu. 

Si toutes nos pensées étaient des phrases verbales délibérées comme les philosophes manipulent, l'esprit humain serait beaucoup plus facile à comprendre pour les humains. Des images mentales fugaces, des tressaillements inexprimés, des désirs exaucés sans reconnaissance - tout cela compte autant de nous-mêmes que des mots. 

Bien que je ne sois pas d'accord avec Dennett sur certains détails et complications, je pense toujours que la notion de croyance en la croyance de Dennett est l'idée clé nécessaire pour comprendre le revendicateur du dragon. Mais nous avons besoin d'un concept de croyance plus large , qui ne se limite pas aux phrases verbales. La « croyance » devrait inclure les contrôleurs d'anticipation tacites. La « croyance en la croyance » devrait inclure des guides cognitivo-comportementaux tacites. Il n'est pas psychologiquement réaliste de dire : « Le revendicateur du dragon ne croit pas qu'il y ait un dragon dans son garage ; ils pensent qu'il est avantageux de croire qu'il y a un dragon dans leur garage. Mais il est réaliste de dire que le revendicateur du dragon anticipe comme s'il n'y avait pas de dragon dans son garage et trouve des excuses comme s'il croyait en la croyance. 

Vous pouvez posséder une image mentale ordinaire de votre garage, sans dragons, qui prédit correctement vos expériences en ouvrant la porte, et ne jamais penser à la phrase verbale Il n'y a pas de dragon dans mon garage. Je parie même que cela vous est arrivé - que lorsque vous ouvrez la porte de votre garage ou de votre chambre ou autre, et que vous vous attendez à ne voir aucun dragon, aucune phrase verbale de ce type ne vous traverse l'esprit. 

Et pour hésiter à abandonner votre croyance au dragon - ou à abandonner votre image de soi en tant que personne qui croit au dragon - il n'est pas nécessaire de penser explicitement que je veux croire qu'il y a un dragon dans mon garage. Il est seulement nécessaire de reculer devant la perspective d'admettre que vous ne croyez pas. 

Si quelqu'un croit en sa croyance au dragon et croit également au dragon, le problème est beaucoup moins grave. Ils seront prêts à s'en tenir aux prédictions expérimentales, et peut-être même accepteront-ils d'abandonner la croyance si la prédiction expérimentale est fausse. 3 Mais quand quelqu'un invente des excuses à l'avance , cela semblerait exiger que la croyance et la croyance en la croyance soient devenues désynchronisées.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire