mercredi 17 juin 2020

Retour à Capvern, au Laca

Je vous ai déjà emmené à Capvern l'an passé, mais j'avais l'oeil fixé sur la voie ferrée, le but à l'époque étant de prendre conscience de la rampe empruntée par les rails, dont la pente est telle que des locomotives supplémentaires attendaient autrefois les pélerins, soit pour les pousser à la montée, soit pour les freiner à la descente. Je n'avais alors pas porté assez attention au centre-ville, encore moins à la station thermale ! https://babone5go2.blogspot.com/2019/05/jai-longe-la-rampe-de-capvern.html

Nous nous hissons au quartier du Laca, expression occitane désignant un pré commun, d'où la vue est superbe. La nostalgie commande d'observer tout d'abord les belles cartes postales Delcampe, montrant les Pyrénées, le château de Mauvezin, et les cascades des source thermales.






les acanthes, la déco des chapiteaux corinthiens










la halte obligatoire du coin est l'hôtel du Laca, rien à voir avec un lac






on vient ici (à titre préventif ou curatif) boire l'eau-gazeus-sulfatée-calcique-la-plus-diurétique


le luxe consistant à se mettre dans l'eau après avoir bu l'eau (la+diurétique)



mais on peut boire du vin... de Bordeaux !

(avant d'aller au casino)


D’abord appelé Aquae Convenarum (Eaux-des-Convènes), le bourg prend le nom de « Capvern », qui signifierait « la pointe verte ». Autre étymologie possible : ce serait Capus Vernus, consul romain du ier siècle av. J.-C., qui l’aurait baptisé lors du traçage de la voie romaine. En 1270, le Plateau de Lannemezan est colonisé par le seigneur Gérard d'Aure et la bourgade de "Capbern" est fondée.

Le traitement de la goutte des légionnaires romains semble avoir été la première indication de la station, comme à Encausse les Thermes, comme à Dax et/ou Bagnères de Bigorre ou de Luchon..

Montaigne vint à Capvern en cure en 1568. L’essor de la station thermale date toutefois de la fin du XIXè siècle, période faste du thermalisme pyrénéen. Les curistes célèbres sont nombreux : le maréchal de Lattre de Tassigny, Montgomery, Fernandel, Georges Brassens, André Dassary, Albert Ferrasse, Mady Mesplé, Françoise Rosay...nombreux se retrouvaient à l'hôtel du Laca.

En arrivant prière à la Vierge. En partant, impossible de ne pas rendre visite à l'église Saint Pierre, heureusement ouverte ! Il y a là une belle cloche, que l'on peut faire sonner, et qui donne le Do. Et puis Saint-Pierre est un peu partout :


sauf lui c'est l'Evangéliste




vis à vis, c'est forcément Paul


le rétable vaut la visite. Miracle du flash, l'or ressort et Pierre parait


sur cette pierre, tu construiras mon église...

tu me renieras... avant que le coq chante trois fois...

il y a bien une vierge... des vierges





soit on est baptisé


soit on est baigné

la belle meunière trouvait dans les bains chauds motif à conserver

un corps de rêve !


merci Loucrup le grand spécialiste des Hautes-Pyrénées :


D'or à la montagne de sable mouvant du flanc senestre
d'où jaillit un jet d'eau azur dans une baignoire d'argent, le tout posé sur une terrasse aussi de sable ;
au chef de gueules chargé d'un mouton arrêté d'argent.

pour vous déconfiner hors du temps !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire