vendredi 6 juillet 2018

SelogeraToulouse.com

adresse prestigieuse, adorable, mais
on touche les murs en étendant les bras

Rien n’a changé depuis Maslow (1) : qui que l’on soit, indispensable de satisfaire en premier ses besoins physiologiques. Se loger en est la base. Manger est le second besoin à satisfaire. Se déplacer est le plus facile aujourd’hui dans une grande ville bénéficiant de transports en commun variés et pas chers ...etc...

Ce préalable est particulièrement vrai pour les étudiants(es). Astreints(es) à fréquenter l’Université, ils vont devoir habiter dans une ville … universitaire, of course ! Mettons Toulouse. Comme ils ne sont pas encore salariés, il leur faut résoudre le paradoxe de présenter au propriétaire un revenu, résultant souvent de transferts-intergénérationnels que le fisc nomme "pensions", puis de garants susceptibles de pallier toute précarité de leur part. Ce sont forcément …  les mêmes personnes ! Il faut donc être deux pour chasser le studio vacant, le candidat et son garant.

En face, deux types d’acteurs : les particuliers qui vont mettre une annonce sur le boncoin.com. Ils souhaitent échapper aux Agences, à leur prestation chiffrée certes, mais aussi à leur œil inquisitorial : sans elles, ils tentent le coup : proposer des biens limites, étonnants, trop étroits, trop petits, également sales et mal fichus, comptant sur la rareté de l’offre pour faire remettre en état leur logement par le locataire : après tout dans cette affaire, un(e) habitant(e) de Paris possédant un bien à Toulouse va chercher à en tirer 500 Euros par mois, peu importe que fenêtres et même la porte d’entrée ne ferment pas, la beauté et l’emplacement de l’immeuble de briques roses constituera une adresse suffisante, pour que l’on ne regarde pas trop l'état des peintures !






une adresse de prestige ; des parties communes superbes..un grand logement...mais dans quel état !

Les Agences sont beaucoup plus professionnelles : elles proposent même parfois un plan, qui permet de réfléchir à la surface disponible et à l’endroit où l’on va disposer le clic-clac pliable servant de lit. Elles indiquent aussi la déperdition énergétique et l’émission de gaz à effet de serre ! Quand c’est un investisseur qui est propriétaire (car on investit sur la pénurie de logements étudiants pour proposer une location à ceux qui disposent de la ressource suffisante), on peut avoir la chance de tomber sur un immeuble Haussmannien, avec des prestations de caractère, et une grande hauteur de plafond, tous avantages auxquels s’ajoute une salle de bains et une cuisine état neuf.



quelle allure, c'est impeccable, haut de plafond, état  neuf , et on a droit au plan !


sérieux quand Foncia propose un plan

Et quand on s’y prend comme nous l'avons fait mi-juin, les premiers étudiants partent, et ceux qui commencent leur année en septembre souhaitant économiser les mois de juillet et août ne sont pas encore arrivés…

…on trouve !

On trouve, on trouve…certes ! mais en réalité, tout commence !


Dans chaque Français sommeille un contrôleur en puissance : la crainte,obsessionnelle, du proprio est multiple : le locataire va-t-il entretenir l’appartement ? Ne va-t-il pas loger des animaux de compagnie, faire venir des squatteurs indésirables ? Pire…va-t-il payer son loyer, ses charges, et son assurance ?

Alors on se couvre, et on en rajoute : le binôme locataire-garant va devoir prouver qu’il est lui : cartes d’identité, recto-verso. Je viens de faire refaire la mienne, qui m’avait été délivrée il y a plus de dix ans, et était évidemment exacte : une nouvelle m’était nécessaire pour entrer en Espagne ! J’ai du reprouver que j’étais moi, y compris en redonnant les mêmes preuves qui n'ont pas changé, notamment les identités de mes parents défunts. J’ai du prouver que j’habitais à mon adresse non seulement par la présentation de ma taxe foncière, mais encore par une facture EdF récente. Pour preuve que je ne fournissais pas une fausse facture, j’ai du dire que j’étais raccordé au gaz, et que je consommais l’eau potable fournie par mon Syndicat, toujours à la même adresse ! Bref, mes papiers dûment examinés par l’Autorité du Ministre de l’Intérieur, (qui à l’occasion, sait-on jamais, a relevé les empreintes digitales de mes dix doigts), ont été dûment à nouveau vérifiés !

Et encore, je dispose de papiers...

...comment faire sans ?





petit, mais charmant, adresse de prestige

Seule tolérance au progrès du XXIè siècle, on m’a autorisé à scanner une vingtaine de feuilles que malgré la dématérialisation des procédures j’avais conservées sous forme papier. Et à l’envoyer sur mon « cloud » à 20H33. Je viens de m’assurer à l’instant que l’Agence avait tout bien reçu, mais je m’attends à ce qu’elle me réclame tel document scanné qui prouverait que je satisfais à j’ignore tel détail....tiens ... conformément à l'article 23 de la loi du 21 juillet 1994, écrire à la main l'engagement de cautionnement !

je viens de répondre aux dernières questions...


...pas de réaction, pas d'accusé de réception : mon dossier serait-il complet ?

Va-t-on être autorisé à signer ? à payer la caution ? les frais d'Agence ? le premier loyer ?

à suivre !


Stéphane Plazza surfe astucieusement sur cette nécessité de nous loger.

Quand on a réglé ce besoin primordial

on souffle un peu :

l’étudiant(e) va  devenir : A.D.F

Avec Domicile Fixe !


PS (1)

sur ce sujet, Wiki demande à ce que la fiche actuelle soit mieux documentée :

je me lance ?

PS (2) : par précaution, j'ai attendu pour publier ce billet (où presque tout est vrai) que le propriétaire ait accepté nos dossiers, accompagnés des chèques habituels, précédant le moment conclusif de l'état des lieux et de la remise des clés. A la date de la parution de ce billet, tout est OK.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire