jeudi 12 juillet 2018

Misincu

Troisième ballade dans l'ile de beauté : cette fois, plein Nord, dans le Cap Corse. Le seul 5*, refait de neuf, le Misincu.


la Casa marina, l'annexe pieds dans l'eau

"Sur la côte orientale la Marine de Cagnano est le petit port et la plage d’une des plus belles vallées qui descendent des montagnes de la Serra vers la mer. Le maquis n’est pas loin sur les pentes parfumées d’une île où fleurissent l’oranger, le myrte et le cédrat. Sur les rivages, un bleu éblouissant et un hôtel culte transformé en trésor caché, signature cinq étoiles luxe unique du Cap Corse". Vous le constatez, la description officielle est prolixe !


"Associant charme, authenticité, et beauté, le Misíncu propose à ses clients une nouvelle définition du luxe. La préoccupation majeure de ses propriétaires, Sylvain Giudicelli et Reza Zographos, a été d’inclure parfaitement l’hôtel dans son environnement, tout en proposant une nouvelle expérience.

"Sylvain Giudicelli, originaire de Barretalli par son père, et de Cagnano et Meria par sa mère, a grandi à Marseille. Après deux premières aventures entrepreneuriales, Sylvain trouve sa voie dans le secteur de la promotion immobilière et s’associe avec Reza Zographos pour prospérer dans cette activité. Il a choisi le Cap Corse, un paradis, un rêve. Presque comme Murtoli, de l’autre côté de l’ile, tout en bas au Sud.



"Une terre où il a partagé et partage encore des moments inoubliables avec sa famille et ses amis. Cet endroit compte quelques établissements qui ont marqué sa jeunesse. « Il y avait le Skiff, la Luna, la Vela d’Oro, le Sénèque, et bien sûr… le Caribou », se souvient Sylvain.

Le Caribou, une institution corso-marseillaise
"Bâtie par Maurice Catoni dans les années 50, l’antenne corse surplombait les rivages de la marine de Cagnano. Cet hôtel-restaurant devient en une vingtaine d’année un lieu mythique, réunissant artistes et vacanciers adeptes de liberté dans une ambiance unique. Alain Delon, Romy Schneider, et surtout Serge Gainsbourg y ont passé leurs vacances, loin des feux de Saint-Tropez. Mais le Caribou était aussi un lieu que les Corses aimaient et qu’ils avaient su s’approprier pour s’y sentir chez eux.

 «Tout a commencé à l’occasion d’un repas inattendu avec mon père au Caribou à Marseille», raconte Sylvain. Il y apprend en effet par une discussion avec Christian Catoni, fils du fondateur, qu’il souhaite fermer l’antenne corse. « Tout d’un coup, tout s’est écroulé… le lieu mythique de mes étés, de mon enfance, de ma jeunesse, allait disparaitre. Mes cousins et moi avons été marqués par des endroits comme celui-ci, où nous avons passé nos plus belles soirées», explique-t-il. Guidé par son attache sentimentale au lieu, il se lance alors dans un projet fou encouragé par son associé Reza : faire renaitre le lieu.

«Comme une évidence, nous avions envie de ressusciter un mythe dans sa plus belle authenticité, l’ensemble saupoudré d’un confort luxe, l’esprit inspiré par un vent de liberté», raconte Sylvain.

Débute alors un parcours du combattant : ils obtiennent les permis nécessaires, montent le projet et en particulier un plan de financement solidement bouclé. Pour cela, ils emportent la confiance de banques et du fonds d’investissement ACG Management, spécialisé dans les projets en Corse. Après deux années de montage du projet et un an de travaux, l’hôtel a ouvert ses portes en juillet 2017, tout juste un an.


Erbalunga
Marc Bardon 1891-?
Thisebart Raymond 1928






Vous prenez l’avion, vous atterrissez à Bastia, 

et vous montez au Nord

Un moment ou un autre, vous irez vous abriter à l’ombre de la tour de Sénèque :

le Paradis


26 avril 1986, quel souvenir !

(vous avez bien compris qu'il existe plusieurs Paradis en Corse)

par exemple, dans le coin, le clos Nicrosi :

 le meilleur vin blanc du monde


Palazzu Nicrosi




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire