samedi 23 novembre 2019

David à St-Bertrand

Je reviens de St-Bertrand !



Ces  vieilles dalles de marbre poli m'émeuvent, en reflétant la lumière, créant toute une ambiance : il faut bien cela pour méditer sur l'ancien Testament, et rencontrer les Personnages mythiques qui nous attendent. Voici les dalles de l'entrée, il faut marcher dessus avec circonspection, tant il y a ici de dalles funéraires :






vous avez repéré où je suis, j'entre par la grille ouverte au Nord, après être passé sous l'orgue


je continue de regarder au sol, jusqu'à la marque en triangle qui ne manque pas d'intriguer les passants


Comme il n'y a pas de transept, on passe ici même, depuis cette ligne Nord-Sud marquée par le côté du triangle équilatéral, de la nef (qui est orientée Est-Ouest) au demi-cercle du choeur, invisible à cause des stalles. Quant à la diagonale, elle désigne le trône de Davit, en réalité David, le roi David, l'un des six patriarches de st Bertrand, caché derrière cette paroi :



Une parenthèse : le roi David est représenté couramment dans les églises romanes : forcément, c'est un roi, en tête d'une lignée célèbre. C'est bien le jeune berger qui a vaincu Goliath avec une fronde, exploit qui l'a rendu populaire au point de devenir Roi, père de Salomon qu'il a conçu avec Bethsabée, et créateur d'Israël. Il est à la fois guerrier ; musicien et poète. Le voici à Auch, en Henri IV, accompagné de sa harpe portative à 7 cordes, chiffre qui ne doit rien au hasard évidemment : il était réputé pour composer des poèmes chantés, des psaumes, et préfigurait les troubadours ultérieurs.






















A Toulouse, la basilique Saint-Sernin et son portail Miégeville le représente, toujours dans l'attitude du conteur. Il s'accompagne d'un instrument à cordes, avec un archet. Sa couronne royale est ostensible comme on dit aujourd'hui, et il est encadré de lions, avec qui mieux vaut pas rigoler.

Le voici sur un vitrail de la jolie église de Larcan



A St-Bertrand, l'imagier lui a posé sur la tête un drôle de chapeau, qui cache la couronne, mais le sculpteur lui fait tenir un sceptre qui ne laisse aucun doute sur son rang, d'autant que le titre DAVIT est sans équivoque.





Comme rien ici n'est fait au hasard, ce n'est pas par hasard que Davit soit voisin à sa droite (notre gauche) de la Charité, une dame fort en chair ma fois, curieusement coiffée d'un voile noué en foulard, qui tient un disque solaire (l'amour divin) et désigne de ses pieds un coffre de monnaie ! 

De l'autre, la Prudence : sagesse que le chrétien doit observer dans sa conduite ! Elle tient une horloge sur son genou gauche, horloge que l'on attribue habituellement à la Tempérance, vertu oubliée de nos jours qu'il serait pourtant bon de rappeler de temps en temps ! Comme mon bouquin me rend savant (doctus cum libro asinus sine libro), je puis citer Saint-Mathieu : "montrez-vous prudents comme des serpents, et candides comme les colombes"


































Quant à David, je vous soumets ce chapiteau trouvé à Barcelone

un taureau en pyjama rayé joue de la lyre : 

il serait inconséquent de l'interpréter comme étant David ? ? ?


Une fois encore, je salue mon bouquin dont je ne cesse de lire les commentaires :

je vous engage à l'acheter vous aussi, les détails sont d'importance, 

et j'en ai volontairement omis beaucoup !





n'hésitez surtout pas à entrer !



et à l'acheter... 

puis, le lire !

rien n'est parfait : rien sur les vitraux : je vous les montre peu à peu !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire