mardi 22 septembre 2020

Pompéi, la Vénus en bikini


Un vrai entomologiste quand il observe un papillon note le lieu de l'observation. L'altitude. La végétation. Bien entendu la date. Le but étant d'identifier le contexte environnemental et temporel dans lequel vit l'objet de votre intérêt. Une collection de 50 ans par exemple va renseigner sur l'état de la biodiversité dans les années 70 pour un secteur donné, date à partir de laquelle sont faits les inventaires du WWF, quand ils annoncent la disparition drastique des espèces, concomitante avec l'augmentation phénoménale de la population mondiale, et la disparition qui l'est tout autant des habitats naturels.

Je suis (à peu près) certain que les paléontologues et archéologues modernes opèrent de même, y compris sous l'eau : d'ailleurs les appareils d'observation sont foison, depuis la photo jusqu'au drone, les levers topo facilités, les prises de distance avec laser, et le must, la numérisation permettant de reconstituer la scène en 3D. On ne peut plus opérer une fouille aujourd'hui sans remettre tel ou tel objet dans son contexte. C'est le cas de Pompéi, pour laquelle les vidéos se suivent et enchantent le téléspectateur (masculin), quand il voit Massimo (si beau) devant une fresque retrouvée (si fraiche).

l'avantage des fresques est qu'elles ne peuvent être déplacées 



Telle n'était pas l'attitude des chercheurs d'autrefois : fouillant Pompéi sous les cendres et les lapilli, ils n'avaient rien à faire du plan des lieux, des fresques cachées par les remblais, de reconstituer les conditions de vie des habitants surpris par l'éruption du Vésuve. Ce qu'ils cherchaient, uniquement des objets spectaculaires, si possible précieux donc monayables, tant pis pour le contexte !






Tel est le cas de la domus de Maximus telle qu'elle était nommée auparavant, quand elle a été découverte en 1913 à la suite des fouilles archéologiques promues par Vittorio Spinazzola : la façade a été mise au jour, sur laquelle se trouvaient quelques affiches électorales, dont une où un certain Maximus était mentionné, donnant son nom à la maison. Une deuxième phase d'exploration a lieu entre 1952 et 1954 menée par l'équipe d'Amedeo Maiuri : la maison est complètement explorée, et voilà (voilà qui excite les chercheurs)  que la statue de Vénus en bikini est trouvée, donnant à la maison son nom définitif. 

mettez vous à la place des archéologues : c'est assez moche !



sauf que dans l'atrium, une table (disparue) sur deux tréteaux

et un socle derrière... pour supporter Vénus


le socle est tellement intéressant -vu son rôle- qu'il est mis sous vitrine


Mettez-vous à la place des visiteurs : ils ont garé la voiture, fait manger les gosses, les ont mené aux latrines... ils ont fait la queue, payé leurs billets...ils souffrent sous le masque ...ils voient la vitrine ... vide...

... la Vénus n'est pas là, mais au Musée de Naples !

J'en veux aux Archéologues qui passent leur temps à enlever les oeuvres de l'endroit où ils les trouvent, les cachent au pire dans des réserves, au mieux dans la froideur d'un musée, ne font pas de photos, et dépouillent ainsi les lieux d'origine de ce qui faisait leur sens.

je dis ça je dis rien bien entendu, car n'ayant pas les titres académiques idoines,
 je n'ai rien à dire !

... sauf aller donc à Naples !

Vous devinez qu'à Naples notre Vénus est entassée dans un lot de Vénus, et n'est plus mise en valeur comme sur son joli socle d'origine, derrière la table recevant les offrandes, dans l'atrium lui servant de cadre, coloré par les fresques des murs. J'ai râlé une fois, je dois bien m'arrêter. D'ailleurs, les meilleures photos sont les premières en noir et blanc, elles font penser à la découverte in situ, sans doute excitante !


après tous les mecs qui l'ont tripotée, pas question qu'un gosse y mette les doigts, d'où la vitrine ... qui complète la vitrine du socle ! c'est par ailleurs la seule photo trouvée de profil, dans l'ambiance des murs d'origine


après la pub habituelle, la description

voilà ce qui fait fantasmer les communicants avec cette histoire de bikini : le voile couvrant la poitrine...
et parait-il le pubis ?

Priape, privé de son attribut mais à l'origine il l'exhibait impudiquement naturellement


sous le pied gauche, Eros (assis tout petit) lui touche la sandale en quelque sorte
"prenant son pied",
d'où l'expression !

je vous fais la synthèse : la maison


imaginez Vénus au centre, vue de profil


et Vénus, les oreilles percées




In fine, c'est cette statue, dans son contexte, qui peut seule expliquer

 à quoi était destinée, la maison

Le propriétaire était-il le Maximus imaginé au début, au motif que l'on avait trouvé ses affiches électorales ?

Priait-il Vénus touchée par Eros, en présence de Priape, 
pour rêver ... la rencontre d'une compagne ?

certains n'ont pas hésité : c'était une maison de rencontres !

j'ai bien peur qu'il faille en rester à cette note :



Messieurs, mesdames les Archéologues

quand vous trouvez quoi que ce soit

laissez le s'il vous plait sur place

à l'intérieur de la vitrine !


que cela ne vous empêche pas 

de visiter le musée de Naples !





non, ce n'est pas la même !




PS : si vous aimez Vénus, ou Aphrodite (c'est presque pareil), la liste des liens est à la fin de :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire