mardi 30 novembre 2021

Les femmes d'Ole Ahlberg laissent Tintin ...désemparé !

Supposez que, par miracle je le concède, quelqu’un s’intéresse ... à vous ? Eh bien si vous avez une page wikipedia, (rédigée par un admirateur-ami qui vous connait assez pour écrire du bien de vous) vous pourrez ainsi être un peu mieux connu par des inconnus-anonymes… qui sait s’ils ne vont pas vous admirer… et s’ils vous admirent, vous récupérerez un peu de leur estime pour regonfler la vôtre, quelque peu vacillante ?

Non seulement je n’ai pas de page wikipedia, et là, c’est normal, mais Ole Ahlberg n’en a pas non plus ! Pourtant, en peignant Tintin, il a repris sur lui un peu de la gloire du globe-trotter inventé par Hergé ! mieux encore, constatant son célibat, et la quasi absence des femmes de son âge qui l’entourent, il a inventé pour lui des fantasmes nocturnes, où le jeune reporter se trouve (malgré lui) en pleines scènes érotiques, (il ne faut pas exagérer non plus) ce qui le laisse totalement .... désemparé !

oui, impossible à croire : une femme (déterminée) ... 

pire : des femmes...(au pluriel)

peuvent laisser un (jeune)-homme désemparé !



l'univers de Tintin, ce sont ces personnages... et là, s'invite comme une espèce de couple !

https://babone5go2.blogspot.com/2019/11/tintin-devergonde.html

https://babone5go2.blogspot.com/2019/11/tintin-en-couple.html

Je vous ai montré autrefois ce genre de situation, qui prouve que dans le tumulte de me too et autres dénonciations des prédateurs masculins, il existe au moins un héros du sexe soit-disant fort qui peut être tellement faible et désemparé en présence des femmes, qu’il ne sait quoi faire : pour lui qui n'a aucune expérience, leur pouvoir séducteur peut être dévastateur, le mâle dominé n’est pas assez sûr de lui pour les affronter, inquiet comme elles disent, de « ne pouvoir assurer » !

Né en 1949, Ole Ahlberg appartient à la génération 68. Une génération qui pouvait choisir trois options : vivre sa propre vie sans trop penser à la situation politique mondiale (comme l'a fait la grande majorité), devenir révolutionnaire et flirter avec le soulèvement armé contre le capitalisme, ou devenir hippie et cultiver le style flower-power. Bien qu'allant à l'université et ayant des contacts avec des éléments plus extrêmes, Ole Ahlberg a choisi ces derniers. Probablement car il est par nature un être humain paisible et, sans doute, possède un sens de l'humour considérable. Un sens de l'humour qui était là depuis le début même dans ses phases les plus sérieuses et existentialistes des années 1980.




Ole Ahlberg a maintenant 72 ans, l’âge dépassé des frasques de jeunesse… quoique naturellement, je n’oublie jamais que l’auteur de Vipère au poing, Hervé Bazin, a fait un enfant à sa meuf de l’époque à 81 ans sonnés ! Je sais que Ole a connu la pauvreté, se promenant à Paris dans sa jeunesse attiré par la gloire passée de la Capitale. Il a à l’époque fréquenté une compagnie de clowns professionnels pour mettre un peu de beurre sur ses tartines. C'est aussi à Paris qu'il tombe par hasard sur l'atelier de lithographie de Peter Bramsen, danois comme lui. Peter Bramsen, qui avait comme client les plus grands noms de l'art, y compris les membres du groupe Cobra. C’est là que Ole Ahlberg a appris l'art difficile de la lithographie, et a réalisé des œuvres graphiques de premier ordre. Et le style, oui, il était marqué par sa fascination de longue date pour le surréalisme et plus que quiconque : Salvador Dalí. Les surprises visuelles et conceptuelles, l'imagination luxuriante et le savoir-faire perfectionniste devenaient à sa portée. Une relation le met en contact avec le groupe Passepartout, qui comprenait des membres tels que Jørgen Boberg, Fritjioff Johansen et Jens-Flemming Sørensen. Non pas qu'il soit devenu un membre surréaliste et hardcore à plein temps. De plus, il était et est beaucoup trop individualiste. Bien que ses images aient toujours eu des nuances sérieuses, et bien qu'elles soient souvent basées sur des questions philosophiques et existentielles, il y a toujours un élément d'humour conciliant et une douceur générale dans l'art d'Ole Ahlberg

Tintin en situation précaire

voire scabreuse

A la fin des années 1990, Ole Ahlberg commence à peindre la figure de Tintin. Elle s'intègre parfaitement dans son style de peinture et dans sa façon de penser. Étant créé complètement sans personnalité ni sexualité, on peut interpréter le personnage de dessin animé belge à sa guise. Ce que fait Ole Ahlberg. Peint dans le vrai style de la bande dessinée : complètement plat et en deux dimensions, Tintin rencontre des femmes légèrement vêtues et extrêmement charnelles représentées avec la pleine tridimensionnalité plastique d'un peintre de la Renaissance. Le platonique Tintin est tenté, surpris et séduit, mais doit se contenter du rôle de voyeur que nous, spectateurs de la scène, partageons avec lui. Le rôle de spectateur, ne réalisant jamais ses souhaits, mais vivant sa vie dans un vide semblable aux limbes, fournit un élément de mélancolie et de tragi-comique qui prospère, non pas à côté, mais en tant qu'élément intégré dans l'art d'Ole Ahlberg. Et n'est-ce pas vraiment la définition du vrai humour ? Que la tragédie, la vision noire, le blues, rôdent constamment, avec Chaplin et tous les autres comédiens magistraux ?





vous vous rendez-compte ?

une paparazzi(e) (légèrement vêtue) va voler son image !


il y a de quoi ficher le camp...

et être terrorisé, non ?















tintin rescue


même Milou ne sait plus où se mettre !





même le capitaine Hadock !


les relations humaines sont bien moins difficiles,  

y compris à la plage ...

... quand tout le monde est ... habillé !

Skagen a été mentionnée dès le 1er siècle de notre ère par Pline l'Ancien ! Comment se déplaçait-il ?  "Promenturium Cimbrorum excurrens in maria longe paeninsulam efficit quae Tastris appellatur" ce qui signifie : "Le promontoire des Cimbres court loin dans les mers ce qui forme une péninsule, qui est appelé Tastris." »

C'est la seule fois que le nom Tastris est mentionné. Skagen fut mentionné pour la première fois en 1284 sous la forme Skaffuen : "étroit promontoire". Skagen est la ville la plus au nord du Jutland, au Danemark. Elle a été rendue célèbre par la vivacité de l'École picturale à laquelle ce petit village de pêcheurs du XIXè siècle a donné son nom.


je sais mesdames l'inquiétude que provoque chez vous la mâlitude excessive de certains machos

sachez cependant que vous pouvez, plus que vous l'imaginez,

laisser un homme désemparé

de peur de ne pas être à (votre) hauteur !


PS : nous nous inclinons tous aujourd'hui devant la "Panthéonisation" de Joséphine Baker (1906-1975), la première femme noire à rejoindre le Temple républicain

avec sa ceinture de bananes, et le guépard Chiquita qui terrorisait l'orchestre


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire