mercredi 17 novembre 2021

La fin du monde ? on a connu ...en -42000 !



Mon histoire d’aujourd’hui est pleine de rebondissements ! Elle se passe en plusieurs épisodes, apparemment déconnectés les uns des autres, et pourtant… on y trouve une réflexion (terrifiante) sur le dérèglement climatique actuel ... et la fin… de notre humanité… la fin de femina (& homo) sapiens, après la fin de Néanderthal : fin déjà survenue… il y a 42000 ans !

Episode 1er : nous sommes à Laschamps ! Mais que faisons-nous donc à Laschamps, en plein Massif central ? 


A Laschamps, petit village d'Auvergne, on a percé le mystère des boussoles qui perdent le nord


A Laschamps, village situé sur la commune de Saint-Genès-Champanelle (Puy-de-Dôme), il existe un endroit sombre, à l’abri des regards, où la roche est percée de trous et où les boussoles n’indiquent pas le nord. On vous explique le secret de cette anomalie magnétique.

A Saint-Genès-Champanelle (Puy-de-Dôme), dans le village de Laschamps, il existe un bien curieux phénomène : « Lorsque l’on se trouve dans un lieu très précis du village, près de l’aire de repos et du départ des randonnées dans les volcans, il y a un endroit où les boussoles indiquent le sud. C’est un lieu sombre, caché, peu attrayant. Il n’y a pas beaucoup de monde », explique Béatrice Boudet, institutrice à la retraite vivant dans la commune.

Elle se décrit comme une « collectrice de mémoire » et a réalisé un livret sur cette particularité paru en septembre 2018. « Un chercheur, Norbert Bonhommet, commence, vers 1970, une thèse sur le magnétisme rémanent des laves du Massif Central. En 1972, dans la coulée du Puy de Laschamps, il trouve un retournement complet du champ magnétique terrestre ! Cet événement appelé « le Laschamps » daté à - 30 000 ans environ fut de courte durée (2000 à 3000 ans environ). Mais cette découverte a eu un grand retentissement dans le monde scientifique car une inversion des pôles magnétiques aussi récente pourrait être en corrélation avec d’autres phénomènes géophysiques importants (variations climatiques, fracture de la croûte terrestre ...) », explique Béatrice Boudet. 

La mémoire des roches

Une explication plus précise de ce phénomène a été donnée par Suzanne Gély, professeure agrégée de sciences physiques, aux habitants de Laschamps : « Les roches conservent l’aimantation qui leur a été donnée par le dipôle magnétique terrestre au moment où ces roches se sont figées à partir de la lave incandescente : cette aimantation est dite « rémanente » (qui reste) et fossile (car elle date de la coulée volcanique). Les roches de Laschamps gardent donc la mémoire, et se souviennent de ce qui se passait sur terre au moment où elles se sont solidifiées ; or, chose extraordinaire, en étudiant par des appareils très précis- les roches de Laschamps, un chercheur, Monsieur Bonhommet, faisant une thèse sur le volcanisme en Auvergne, s’est aperçu, en 1972, que ces roches avaient une aimantation inverse de l’aimantation qu’on trouve ailleurs, par exemple au Puy-de-Dôme. Donc, lorsque la coulée volcanique du Puy de Laschamps s’est formée, le champ magnétique Terrestre était inverse de ce qu’il est maintenant (c’est-à-dire qu’au lieu d’un pôle sud magnétique il y avait un pôle nord magnétique et réciproquement). »


Nous ici qui vivons à l'ère de l'Aurignacien, et qui venons d'entendre à la Société d'Etudes du Comminges la conférence d'Amélie Vialet sur l'homme de Montmaurin retrouvé, nous sommes conscients de l'énormité du propos : 

Il y a 42 000 ans, le monde a connu quelques siècles de conditions apocalyptiques causées par une inversion des pôles magnétiques de la Terre combinée à des changements dans le comportement du Soleil.

 Cette dernière inversion géomagnétique majeure a déclenché une série d'événements dramatiques qui ont des conséquences de grande envergure pour notre planète.

Episode n°2 : la fin de Néanderthal !

C'est comme l'intrigue d'un film d'horreur : la couche d'ozone était détruite, des orages ravageaient les tropiques, les vents solaires généraient des spectacles lumineux (aurores), l'air arctique se déversait sur l'Amérique du Nord, les calottes glaciaires et les glaciers augmentaient et les conditions météorologiques changeaient violemment.

tout le contraire d'aujourd'hui ! 

Au cours de ces événements, la vie sur Terre a été exposée à une intense lumière ultraviolette. Les hommes de Néandertal et la mégafaune ont disparu, tandis que l'homme moderne a cherché à se protéger dans des grottes. 

d'où l'émergence de l'homme et la femme basque

Le pôle nord magnétique, où pointe l'aiguille d'une boussole, n'a pas de localisation permanente. En fait, elle oscille généralement près du pôle nord géographique - le point autour duquel la Terre tourne - au fil du temps en raison des mouvements au sein du noyau de la planète. 

Pour des raisons qui ne sont pas encore tout à fait claires, les mouvements des pôles magnétiques peuvent parfois être plus extrêmes qu'une oscillation. L'une des migrations les plus spectaculaires de ces pôles a eu lieu il y a environ 42 000 ans et est connue sous le nom de l'événement de Laschamps, du nom du village où il a été découvert dans le Massif central de la France. 

L'événement de Laschamps a été reconnu dans le monde entier, y compris récemment en Tasmanie, en Australie. Mais jusqu'à présent, il n'était pas clair si ces changements magnétiques avaient un impact sur le climat et la vie sur la planète. 

Notre nouveau travail, nous en sommes à l'épisode n°2 je vous le rappelle,  rassemble de multiples éléments de preuve qui laissent fortement croire que les effets ont été globaux et de grande portée. 

Episode n°3 : Les arbres de Kauri

Pour savoir ce qui s'est passé, nous avons analysé d'anciens kauris de Nouvelle-Zélande, qui avaient été conservés dans des tourbières et d'autres sédiments pendant plus de 40 000 ans. 





Les arbres Kauri en Nouvelle-Zélande ont révélé une augmentation prolongée des niveaux de radiocarbone dans l'atmosphère causée par l'effondrement du champ magnétique terrestre lors du déplacement des pôles. 

En utilisant les anneaux de croissance annuels des kauris, nous avons pu créer une échelle de temps détaillée de la façon dont l'atmosphère terrestre a changé pendant cette période. 

Les arbres ont révélé une augmentation prolongée des niveaux de radiocarbone dans l'atmosphère, causée par l'effondrement du champ magnétique terrestre lors du déplacement des pôles. Cela a permis de relier avec précision des documents très dispersés géographiquement. 

La fascinante exploration de la jungle intacte de la Colombie

"Les kauris sont comme la pierre de Rosette, ils nous aident à relier entre eux les enregistrements des changements environnementaux dans les grottes, les carottes de glace et les tourbières du monde entier", explique le professeur Alan Cooper, qui codirige ce projet de recherche. 

En utilisant l'échelle de temps nouvellement créée, nous avons pu montrer que les ceintures de pluie tropicales du Pacifique et les vents d'ouest de l'océan Austral ont changé brusquement en même temps, provoquant des conditions arides dans des endroits comme l'Australie.

L'inversion des pôles magnétiques a également provoqué l'extinction des kangourous géants.

 Plus au nord, le vaste inlandsis laurentidien s'est rapidement développé dans l'est des États-Unis et au Canada, tandis qu'en Europe, les Néandertaliens se sont éteints. 

Episode n°4 : Modélisation du climat (passé !)

En travaillant avec un programme informatique qui simule les interactions globales entre la chimie et le climat, nous avons étudié l'impact d'un champ magnétique plus faible et des changements de la force du Soleil. 

Il est important de noter que pendant le déplacement magnétique, l'intensité du champ a chuté à moins de 6 % de ce qu'elle est aujourd'hui. A l'époque, une boussole avait du mal à trouver le nord. 

Sans aucun champ magnétique, notre planète a complètement perdu son bouclier efficace contre le rayonnement cosmique et de nombreuses particules pénétrantes venues de l'espace sont entrées dans la haute atmosphère. 

En plus de cela, le Soleil a connu plusieurs "grands minimums solaires", pendant lesquels l'activité était beaucoup plus faible mais aussi plus instable, envoyant de nombreuses éruptions solaires massives qui ont permis à de puissants rayons cosmiques ionisants d'atteindre la Terre. 

Nos modèles ont montré que cette combinaison de facteurs avait un effet amplificateur. 

Les rayons cosmiques de haute énergie provenant de la galaxie et aussi les énormes rafales de rayons cosmiques des éruptions solaires ont pu pénétrer dans la haute atmosphère, chargeant les particules dans l'air et provoquant des changements chimiques qui ont conduit à la perte d'ozone stratosphérique. 

Les simulations entre la chimie et le climat sont cohérentes avec les mouvements environnementaux observés dans de nombreuses archives de changement climatique naturel.

Ces conditions auraient également prolongé les éblouissants spectacles d'aurores boréales dans le monde entier ; parfois, les nuits auraient pu être aussi brillantes que le jour. 

Nous suggérons que les changements spectaculaires et les niveaux sans précédent de rayonnement ultraviolet ont poussé les premiers humains à se réfugier dans des grottes, ce qui explique l'apparente floraison soudaine de l'art rupestre dans le monde il y a 42 000 ans.

 nous y voilà, retour à Aurignac...Bruniquel et Gargas !

Cela a dû sembler être la fin des temps !

pire qu'aujourd'hui ?

qui donc écrit tout cela ?

Episode 5 : il s’appelle Adams, avec un S à la fin, Douglas Adams, auteur de science-fiction

L'événement Adams

En raison de la coïncidence d'événements cosmiques apparemment aléatoires et de changements environnementaux extrêmes observés dans le monde il y a 42 000 ans, nous avons baptisé cette période "l'événement Adams", en hommage au grand écrivain de science-fiction Douglas Adams.

 



Adams a écrit le "Guide du routard dans la galaxie" et a identifié le "42" comme la réponse à la vie, à l'univers et à tout. 

Douglas Adams était vraiment sur quelque chose de grand et le mystère qui reste est de savoir comment il l'a su. 

voilà l'histoire de la fin d'un monde

il ?

si l'on est franc, notre ancêtre était un peu brut de décoffrage

nous qui sommes sapiens, nous sommes bien plus jolis et surtout si intelligents


il suffirait donc que les pôles magnétiques se retournent comme ils l'ont déjà fait

pour que les pôles se re-glacent à nouveau ?

il y a donc une suite aux dérèglements actuels ?

quel candidat va nous raconter cela 

pour la Présidentielle ?


PS : aucun rapport, mais le Petit Robert nous confirme l'écriture inclusive-genrée : quand on sait qu'il est masculin, on dit : "il", par exemple "un auteur".  Quand elle est féminine, par exemple "une autrice", on dit "elle". Là où je me sens mauvais en orthographe-genrée, c'est que je vois de temps en temps écrire ou dire : "une auteure", à moins que ce soit "une écrivaine" ! 

mais il arrive que l'on ignore le genre ?

alors, on dit : IEL

ce Vulcain est posé sur les fleurs de l'arbousier
Iel se repose en nous montrant ses dessous...et nous interroge :

-"de quel sexe suis-je" ?

Elle ?

elles ?





 ... iels ... ?



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire