samedi 11 septembre 2021

Schmaltz peint notre Histoire


ces quelques titres balaient nos origines

Herbert Gustave Schmalz, connu sous le nom d'Herbert Carmichael après 1918 (1er juin 1856, Newcastle–24 novembre 1935, Londres ) est un peintre anglais. Il est compté parmi les Préraphaélites,  un mouvement artistique né en Angleterre en 1848. Ce mouvement tient la peinture des maîtres italiens du XVè siècle, prédécesseurs de Raphaël, comme le modèle à imiter. Je vous ai déjà montré des œuvres de Dante Gabriel Rossetti (1) par exemple, et leurs thèmes, leurs sujets de prédilection, étaient les thèmes bibliques, le Moyen Âge, la littérature et la poésie (Shakespeare, Keats, Browning...).

Avec les thèmes bibliques, c’est toute notre histoire gréco-romano-chrétienne qui est représentée : c’est bien nos origines, et notre Histoire.

le retour du calvaire

Le père de notre peintre était le consul allemand Gustave Schmalz et sa mère anglaise Margaret Carmichael, fille aînée du peintre James Wilson Carmichael  Il reçoit une formation conventionnelle en peinture, d'abord à la South Kensington Art School puis à la Royal Academy of Art, où il étudie avec Frank Dicksee, Stanhope Forbes et Arthur Hacker. Il perfectionne ses études à Anvers à l'Académie Royale des Beaux-Arts. 

Too late...trop tard !

Après son retour à Londres, il se fait un nom comme peintre d'histoire, avec un style influencé par les préraphaélites et l'orientalisme. En 1884, il expose avec succès son tableau Too Late à la Royal Academy. Après un voyage à Jérusalem en 1890, il réalise une série de peintures sur des thèmes du Nouveau Testament , dont Le Retour du Calvaire (1891) est l'une des plus connues. 

J'avoue que ce sont les tableaux qui m'intéressent : moi qui ne risque pas de voir ni rencontrer le Christ, grâce à Schmaltz je le vois ! Schmaltz le seul artiste qui ait eu le toupet de l'imaginer, à part bien entendu Claude, notre cinéaste bien-aimé Claude Lelouch dans son film : "la plus belle histoire" !

voici la Béthanie


la maison en Béthanie

Rabbouni

je suppose que c'est Madeleine ?

le premier jour de la Résurrection

silent witness

je ne vous ai jamais caché mon attirance pour Marie-Madeleine. 

Voilà que Schmaltz, lui, l'a rencontrée :


il a même vu Eve, sortie du Paradis

et Galatée


ses chrétiennes sacrifiées dans l'arène sont toutes canon



ça y est, on vire... vers l'amour, et le temple d'Eros


on comprend qu'ensuite toute jolie femme devienne modèle :

d'Iphigénie, on passe à l'amoureuse qui lève son verre pour trinquer "à lui" !

puis à Nina




Après 1895, Schmalz peint de plus en plus de portraits. En 1900, il organise une grande exposition solo intitulée "A Dream of Fair Women" à la Fine Art Society de Bond Street .

Schmalz était ami avec William Holman Hunt, Val Prinsep et Frederic Leighton. En 1918, après la défaite de l'Allemagne lors de la Première Guerre mondiale, il veut devenir totalement Anglais, et adopte le nom de jeune fille de sa mère : Carmichael.



voici sa vendeuse de lavande

qui nous rappelle Nidia l'aveugle vendeuse d'anémones, de Quo Vadis

qui me l'a fait découvrir

Schmaltz a peint nos origines


PS (1)

https://babone5go2.blogspot.com/2021/04/burne-jones-stained-glasses.html

http://babone5go2.blogspot.com/2020/01/vous-aimez-les-pre-raphaelites.html


voilà comment on peint l'Histoire, aujourd'hui :




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire