vendredi 29 mai 2020

Villa Bluette à Hermanville-sur-mer (2)



Après la villa Louis, FR3 nous emmène à Hermanville, voir la villa Bluette. On monte d'un cran dans le prestige, car l'architecte, c'est notre célèbrissime concepteur des métros parisiens Hector Guimard, et le privilège que nous offre "des racines et des ailes", c'est de nous faire entrer dans la villa, dont les propriétaires (modestes) ont permis à l'Architecte des Bâtiments de France (Dominique Laprie- Sentenac) de nous faire visiter une partie de l'intérieur.

Dominique caresse (voluptueusement) chaque partie unique de l'escalier. Plus tard, il caressera de la même façon la poignée de la fenêtre, ce sont, il faut dire, des créations uniques d'Hector Guimard
Hector était un architecte total : sa conception concernait les plans ; la réalisation dans ses plus petits détails ; la décoration, pour produire une oeuvre complète : comme avec Horta et les architectes Catalans, il ne restait plus au propriétaire qu'à s'asseoir et contempler !

La villa est sur le cordon dunaire, face à la mer, ce qui explique que la décoration intérieure paraisse réduite, car l'occupation des propriétaires, surtout quand il pleut, consiste à regarder la mer, tout en jouissant de leur salon et de son éclairage naturel (nacré) sublissime. 

J'ai emprunté à FR3 ses photos inédites, je le remercie de me permettre de vous les montrer, sachant qu'elles sont la propriété de la télé, je ne fais que les emprunter sous la signature des auteurs.


tout est déjà là : les fenêtres comme panorama, le plafond extraordinaire et la cheminée avec ses miroirs incorporés

L'édifice a été construit par l'architecte Hector Guimard en 1899 pour un avocat parisien, Prosper Grivellé. Le garage pourvu d'une chambre est ajouté vers 1925.

La maison est, avec un autre édifice, la seule maison rescapée de la première période de construction de Guimard. L'édifice est classé et inscrit partiellement au titre des monuments historiques par un arrêté du 15 décembre 2005, ce qui justifie les soins attentifs que lui porte l'Architecte Dominique.

On comprend qu'une promenade à Hermanville à la découverte des villas soit sympa :


Voici comment le présente Nathalie Travadon sur Ouest-france : "En été, il existe des visites guidées des villas du bord de mer. Mais en hiver, rien ne vous empêche de faire la balade grâce aux explications que Gilbert Talmar donne lors de ses visites guidées estivales.

"Il y a celle qu'on nomme la Tour. Elle a été construite en 1883, pour un médecin exerçant à Paris et Caen. « Puis au début du XXe siècle, elle fut rachetée par le directeur des forges de Pont-à-Mousson, pour sa fille, la comtesse de Walewska. »

"Les Tamaris a été construite par Jacques-Claude Baumier en 1872 pour un Britannique. « Cette maison serait la copie d'un manoir écossais. » Et c'est là que le réalisateur, Roman Polanski, tourna une partie du film Tess avec Nastassja Kinski, sorti en 1979. Un film inspiré d'un roman du Britannique Thomas Hardy. « Un habitant d'Hermanville-sur-Mer y avait joué le rôle du laitier. »

"La villa Genissieu nommée ensuite La Horde a été construite en 1867 pour le secrétaire général de la Société des omnibus, à Paris, Louis-Auguste Paul Genissieu. « En 1879, un étage fut ajouté ainsi qu'un corps de bâtiment d'esprit normand en brique, pierre et pans de bois, en 1897. Ce mélange des styles, ainsi que les pignons, les fenêtres néogothiques, le lanternon et les bow-windows confèrent à cette maison un effet fort pittoresque. » Lors du Débarquement, une bombe larguée par un avion a traversé les planchers de la maison de part en part... sans exploser.

"La Bluette, nous y voilà, est une des plus remarquables par son style. Elle fut construite en 1899 par Hector Guimard pour un avocat parisien. « Cette maison fait partie des plus belles oeuvres conservées du grand architecte de l'Art Nouveau. Elle est, en outre, étonnante grâce à son faux pan de bois courbe et l'usage de coquillages et de galets qui lui donne son caractère de bord de mer. Sur le portail, on pouvait trouver deux plaques en lave émaillée. » L'une, portant le nom de la villa et l'autre, la signature de l'architecte, mais celle-ci a disparu depuis peu.




La Sapinière a été réalisée aussi par Hector Guimard. Elle fut construite entre 1903 et 1910 pour un Parisien. « Malheureusement, ce petit immeuble a été sévèrement remanié. Les ouvertures ont été modifiées et son balcon du premier niveau supprimé. »

Le Korrigan, construite en 1881 pour un propriétaire parisien, a été agrandie et totalement habillée en style néo-normand en 1900. « Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle a été le siège de la Kommandantur, commandement de l'armée allemande, avec sa voisine La Neva ».

Le Castel Louis, je vous l'ai montré hier : c'était l'ancien casino de Lion-sur-Mer, construit pour Pierre Joseph Pasquet, en 1866. Il en subsiste aujourd'hui que le rez-de-chaussée en pierre de taille. « En 1911, une nouvelle réglementation exigeant une mise minimum, trop élevée pour les clients, entraîna sa fermeture. Vers 1900, le premier étage fut modifié par l'architecte Navarre. »

La loggia de la façade face à la mer fut agrémentée d'un magnifique décor en céramique, inspiré de la faune et de la flore marine, « fabriqué par Alexandre Bigot, travaillant pour un célèbre atelier de céramique parisien, ce qui l'amena à travailler avec Hector Guimard ». C'était hier !

nous y revoilà, devant la porte d'entrée



à nouveau le salon principal






Dans ces villa, l'escalier est le trait d'union avec les autres pièces et les étages, c'est d'habitude un morceau d'exception, ici tout en courbes, en bois de poirier. L'éclairage habituellement constitué de vitraux est ici tout simple, c'est la simple lumière (nacrée) normande.







c'est l'extérieur, les détails des toits, les formes, les couleurs, les lignes bleues qui font le charme



on quitterait volontiers la chaleur brûlante catalane

pour venir passer quelques jours ici

un balcon (bleu) sur la Manche (de nacre) !




Jamais je n'avais vu cette carte de France, jamais plus je ne la verrai :

nous, la Province, on est verts

en phase avec la Nature, en paix (relative) avec le covid

les seuls fauteurs de trouble sont en orange

et pourtant ce sont eux qui voudraient tout régir

laissons-les nous envahir pour la Pentecôte

apprécier qui nous sommes

poussons-les à devenir verts !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire