lundi 11 mai 2020

Danger peint le fléau

J'ai voulu faire de l'humour, ce 11 lundi mai, jour du dé-confinement ... 

... le jour de tous les dangers !


Dès potron-minet, Valérie Pécresse, nouvelle casque d'or, racines fraîchement re-teintes grâce à la réouverture de son coiffeur perso (ouvert hier dès minuit) distribue elle-même les derniers masques offerts par la Région Ile de France aux Parisiens, ravis de pouvoir enfin travailler à nouveau (en s'équipant d'un de leurs masques soit offert par la Région, soit par leur entreprise, soit par leur Maire d'arrondissement, soit par Michel Edouard Leclerc ... etc...).

Michel Cimez de retour sur RTL reconnait grand prince : -"soyons modeste devant le virus" :

il reste porteur de tous les dangers !

Oui, il a existé au XIXè un peintre qui s'appelait Danger Henri-Camille Danger (Paris, 31 janvier 1857- Fondettes, 25 septembre 1939). Vous voyez, il n'y a pas si longtemps ! Encore un élève de Jean-Léon Gérôme et d'Aimé Millet, il expose au Salon des artistes français dès 1886 et obtient le prix de Rome en 1887, une médaille de 2e classe au Salon en 1893 et une médaille d'argent à l'Exposition universelle de 1900, année où il est placé en hors-concours. En 1929, il présente au Salon les toiles Jardin de Touraine et Danse aux étoiles. Chevalier de la Légion d'honneur, on lui doit aussi plusieurs cartons de tapisseries pour les Gobelins.

L'une de ses œuvres de référence est Fléau ! Il faut le faire ! et si je puis continuer un peu à plaisanter ...
...Danger peint le fléau ! 

De suite, je pense au covid19, ce serait donc le seul peintre à s'être attaqué à ce fléau, le premier, et le plus collant à la réalité. Je l'ai trouvé au musée d'Orsay, (toujours fermé) avec Salomon sortant du lit de Dalila que je vous montrais il y a quelques jours.



Le covid-19 est donc représenté comme un géant, un homme, que dis-je, un colosse, une brute,  qui traverse une vaste ville. (en effet les villes rouges sont plus touchées que les campagnes vertes), ville remplie de cadavres empilés comme dans un charnier.

Entièrement nu, les épaules larges et portant une énorme massue, le colosse est manifestement herculéen, bien que sa signification ici soit beaucoup plus sinistre : en effet, il est l'incarnation du mal, de la guerre et de la décomposition, laissant une trace de destruction dans son sillage ; des bâtiments en flammes ou en ruine, et des cadavres d'hommes et de femmes éparpillés sur le sol éclaboussé de sang.  Le Président en nommant le covid19 : -"danger ! voilà un ennemi invisible" avait bien raison (- il a toujours raison et on ne se lasse pas d'admirer son sens de l'anticipation, et ses formules abruptes propres à dire les choses comme elles sont) - J'ai vu des commentateurs dire que Fléau avait un bien petit zizi, hors de proportion avec sa taille, (contrairement à Samson), c'est une habileté totale de Danger, montrant par là même que l'on peut vaincre le fléau, (puisque il a des faiblesses) ce qui ne saurait tarder bien entendu.

1901 - dimensions 180 cm x145 cm



Vous savez comment je trouve des oeuvres à vendre aux enchères, ici à Vienne en 2016

le lot 1237 m'attire, la peinture est de Danger



157 x 217, encore une belle et grande toile, d'où le prix 6 fois l'estimation !

J'ai trouvé une autre peinture de Danger, (je ne me lasse pas de le brocarder le pauvre qu'est-ce qu'il a du entendre à l'école primaire) ! ! Là encore, le titre est rigolo, un peu saugrenu, assez bien approprié à la situation actuelle : "Aimez-vous les uns les autres". On pourrait penser qu'il s'agir d'un calin collectif,  hors toute distanciation sociale ! Non ! Paradoxalement, encore une scène d'horreur, des tas de cadavres allongés sur le sol, du sang partout : se sont-ils tous cassés la figure en se chipant leurs masques ? Est-ce le résultat d'une pandémie ? Manifestement, le résultat d'un combat sanglant, une palissade défoncée, aux abords d'un cimetière, des cadavres encore fumants ! D'ailleurs il y a un sous-titre : "la transgression du commandement".

Ah oui : ils ont désobéi aux préceptes du Christ (vengeur) : ils ne se sont pas aimés les uns les autres... manque de solidarité, d'amour, irrespect des règles, d'où sanction, punition, amende : voilà le résultat ! Seule personne vivante, le Christ comptabilise les dégâts, confirmant ainsi la conséquence terrible, de ne pas observer ses commandements : les contrevenants seront punis : en enfer !


Décidément, il n'y a que la peur du Danger 

pour combattre les Fléaux

PS : Danger peignait-il d'autres scènes ?

J'ai trouvé cet atelier de peintre, le peintre, caché par son chevalet peint, très concentré, sa modèle, assise sur une fesse, loin de lui (déjà le geste-barrière) et déshabillée, comme il se doit... regardez bien : qui à droite de la dame l'embête en profitant de la situation, l'obligeant à le repousser ? Etre modèle n'est pas une sinécure ! Il y a décidément des mecs qui profitent de toutes les situations : le danger rode en permanence !


je crains bien que là encore, Henri-Camille 

se mette en Danger !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire