samedi 30 mai 2015

Art contemporain à Toulouse



C’est le second salon du genre : Art vous devinez peinture ; sculpture (il faut absolument qu’il y ait des chutes de métal récupérées ; de gros boulons pour faire le nez ; des engrenages pour les articulations et les yeux) ; et céramique. 

Contemporain c’est comme si l’on disait « moderne » : c’est l’Art d’aujourd’hui. La réalité est beaucoup plus simple : l’art est contemporain quand l’artiste est vivant. S’il était mort son art serait passé ; dépassé ; pour ainsi dire périmé ! Les anglais disent : « vintage ». 



















il giardino della sibilla (200x150)
Comme il est vivant on peut même le voir sur son stand, (l’artiste), du moins s’il n’est pas représenté par sa Galerie. Bref ! Par exemple, Angelo Maggi est là en personne, il parle peu Français, et c’est son galeriste qui  fait la promo. Il vit et travaille en Sardaigne, et « ses personnages hypnotiques et ses muses rêveuses mènent le spectateur dans un monde allégorique, empreint de magie ». Vous devinez que je n’ai pas trouvé ce commentaire tout seul, je l’ai recopié dans la notice. J’hésite devant cette peinture rouge et dorée attirante, mais les 3500 Euros demandés m’ont été déjà confisqués par le fisc, premier Galeriste de France : je puis plus subventionner Angelo. Dommage !






























Je bade devant les poires (entamées) de Dominique Rayou : patine magnifique, couleur vert sur bronze (ne pas mettre dehors). Les fesses (des poires) sont très suggestives, voire quasiment érotiques, et pourtant, il ne s’agit que de …poires ! Je pourrais développer la comparaison avec l’anatomie féminine, mais je m’arrête : principe de précaution !  Il (Dominique) partage sa vie (pour le meilleur et pour le pire) avec Nicole Pradel, qui imite Soulage avec ses peintures abstraites noir et blanc (le mélange donne du gris, un peu granité, la matière est très jolie).


Nicole P. et Enza R.

Enza Rivière a fait le déplacement, son stand blanc est très joli, et met bien en valeur les couleurs vives de ses tapisseries. 

Elle a déjà vendu, minimisant un peu le coût exorbitant que lui inflige Antares Creativ, l’organisateur, qui pourtant peine à rentabiliser son second salon. C’est fou ce que ça coûte cher de louer un Hall au Parc des Expo, de créer des stands, et de les éclairer, tout cela pour trois jours.






C’est aujourd’hui dimanche, fête des mères

Il est encore temps d’y aller !




alors, comme dirait Gaspart Proust :
-"elle est pas belle, la vie" ?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire