dimanche 5 juin 2022

Depuis le balcon, vue en mer (15)


Nous qui préférons la terre ferme sommes forcément intrigués par nos contemporains qui voguent sur la mer. Alors, quand on peut contempler la mer du balcon, les pieds au sec, il est forcément amusant de regarder ceux qui osent, parfois avec peu de moyens.... se lancer sur la mer...

Il suffit de commencer par une simple planche :

 


le stade au-dessus : plus de pagaie, une voile

encore faut-il tenir debout !

ce sportif accompli a équipé sa planche d’un foil, il se fait tirer à toute vitesse par sa voile

on dirait qu’il court sur l’eau, plutôt il vole sur l’eau

lui aussi tombe à l'eau, mais la force du vent le fait ressortir, et remonter sur son foil








et puis on continue par des embarcations gonflables, faciles à ranger, faciles à déplier

 




par courtoisie, le mec laisse la meuf se mettre devant, mais lui doit embarquer derrière, ce qui n'a rien de facile !




les mecs friqués louent la grue de l'école de voile pour mettre à l'eau

l’école de voile toute proche est là pour vous louer un dériveur

 


Les durs de Torredembara ont une yole, et s’exercent à la rame à quatre avec barreur debout 




au-dessus, il y a les pêcheurs, professionnels ou même du dimanche, qui cherchent à constituer la pêche de maquereaux pour le déjeuner dominical





... et puis les plaisanciers : imaginez la vie à bord : il faut tout ce qu’il faut, dont une éolienne pour recharger le portable. Une annexe pour aller à terre, et faire des kilomètres à pied pour faire les courses chez Caprabo : on ne peut toujours manger la pêche du bord ? Quand on a pris de l’argent car il faut de l’argent pour faire les courses, on revient, inquiet des réserves qui vont disparaitre et qu’il faut reconstituer ! Et puis, même en voilier, il faut de temps à autre remettre du carburant pour les temps de calme plat ! Quelle vie, toujours la mer autour de soi, et quand il y a du vent, ça bouge à bord !.... je les vois partir… mais pour aller où ? ? la mer est toujours la même, non ? ?












après le mouillage de la nuit qui économise une nuit d'hôtel
"on met les voiles" !

Le luxe, c’est un bateau à moteur : on est indépendant du vent… mais on dépend du carburant fossile, c’est embêtant... au prix où il a grimpé !

le luxe au-dessus, c’est carrément le Yacht 


et avec le zoom de mon nouveau Sony, j’arrive à voir les cargos qui attendent devant le port de Tarragone, de décharger leur précieux gaz liquéfié...





un balcon sur la mer permet d’imaginer la vie en mer

en restant à terre


le séjour catalan prend fin ...

... retour au monde réel...

... demain !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire