jeudi 2 avril 2020

Sortie interdite !


Bien entendu pendant le confinement, certains doivent pour raisons médicales continuer de pratiquer « l’activité physique ». Les mots ont leur sens : pas du sport, de l’activité : il s’agit de compenser la nourriture prise trois fois par jour, (malgré les restrictions), pour brûler les fâcheux sucres introduits de force par les industries agro-alimentaires dans nos aliments pour nous rendre addicts (c’était avant la crise). Sinon, gare la glycémie ! Comme en sus j’ai signé la charte m’engageant à l’auto-responsabilité-de-m’activer faute d’auto-créer un risque supplémentaire de co-morbidité, vous pensez si je fais gaffe !

Je télé-charge donc l’imprimé fourni par le Ministre de l’Intérieur, où j’ai renseigné nom, date de naissance et adresse. J'ai le droit (théoriquement-dérogatoire) de cocher dans la case d’en bas que je vais m’auto-activer, en précisant l’heure de départ. L’ancien Fonctionnaire trouve bien qu’il n’y en a pas assez : j’ai donc vérifié avec mon GPS la circonférence du cercle autorisé de 500 mètres autour de mon domicile, ..., j'ai mon chronomètre autour du cou prêt à être déclenché et, prêt à signer, m'interroge :


-"ai-je raison de m'autoriser cette dérogation" ? 

Vous avez noté, je déclenche comme Bachelard m'a enseigné mon heuristique 2.0, 

la réflexion qui précède l'action !



La voici ma réflexion : En face de la maison, il y a un complexe de circulation inhabituel en zone certes urbaine, mais à telle faible densité de construction que les maisons n’ont pas de vis-à-vis de l’autre côté de la rue. Et comme il y avait de la place, la Ville dans les années 50 a été prolixe : un trottoir borde l’avenue. Celle-ci se voit inclure des parkings tracés au sol destinés aux automobiles. Ces parkings jouxtent une piste cyclable, peinte en vert. Et c’est là que le luxe intervient, car dans la prairie qui jouxte le talus de 50 mètres dominant la plaine où coule la Garonne, a été tracé un chemin de terre piétonnier récemment consolidé par la municipalité, bordé de deux rangées de tilleuls dont je vous ai expliqué qu’ils étaient aussi beaux que ceux que la ville de Berlin  nomme « unter den Linden ». (1) Comme à Berlin, ce chemin mesure 1,5 Km, ce qui fait aller-retour 3 Km, soit à la vitesse d’un piéton qui marche sans blaguer, une durée de précisément trente minutes, la moitié de la durée maximale décidée par le Premier Ministre. Mieux encore la municipalité a nommé ce lieu : « Parcours de santé », pour le destiner aux patients que la Faculté incite à l'activité notamment de ceux qui doivent fortifier leur coeur. Parcours renforcé par l’existence de-ci de-là d’appareils non pas de musculation, mais d’étirement toujours appropriés aux pratiquants d’activités destinées à mieux dormir le soir après avoir brûlé l’excès des calories.

la tentation est donc grande de parcourir ce lieu pour marcher !


sauf que ...



Je sors il y a quelques jours et découvre ces affiches : ces lieux sont interdits par arrêté préfectoral. 

C’est quoi ces lieux ?

incluent-ils le trottoir ?

... s'agit-il du parcours de santé ?


Oui à l'évidence : L’explication est simplissime, le Préfet a fermé les parcs de la Ville-rose, pour éviter les rassemblements, et par égalité,  notre parcours de santé. Comme les quais de Seine en plein Paris; Comme la promenade des Anglais à Nice. Comme les plages de bord de mer.

Je m'incline, je n'ai qu'à rester strictement confiné, 

je me refuse donc toute dérogation : 

Pas de photo des chatons de saules ; pas des rarissimes papillons dans ce désert minéral proche, que toute vie aussi bien humaine qu'animale parait avoir quitté ; pas un regard pour l'éclosion des fleurs blanches de ce vieux pommier entourées des bourgeons rouges prêts à exploser ...



anthocaris cardamines pond aussi bien sur l'alliaire... quand c'est une femelle ... il n'y a pas de femelles... !
on pourrait croire des cardamines, or il s'agit de cresson des fontaines, bien entendu hors le trottoir, dans un chemin creux
la source continue de couler au milieu du talus

Je fais le tour du jardin, ce qui constitue un privilège lié au choix depuis 13 ans

d'habiter la campagne







et pour marcher, 

puisqu'il faut bien rester en marche

je parcours sur place (à l'intérieur) le chemin-roulant du tapis que, par précaution, 
nous avons fait venir dès Noël dernier

au cas-où ....!




PS (2) : en pensée de la vague qui atteint Paris, et va sans nul doute descendre vers le Sud-Ouest (si ce n'est déjà fait)..
le GR 861 se superpose sur 3 Km au "parcours de santé"
rassurez-vous : l'interdiction actuelle est strictement respectée, mes photos sont prises du trottoir d'en face



mon Dieu que je suis à mon aise
quand ma mie est auprès de moi 
tout doucement je la regarde...
... et je lui dis : embrasse moi !

les paroles de Nadau mettent de l'ordre dans nos peines

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire