lundi 26 août 2019

Otto Pilny à Los Angeles !



Je l’ai retrouvé à Los Angeles ! Chez Jan’s & Co qui vendait les coprins de Gallé (enfin, une reproduction roumaine) ! ... et qui vend d’autres pièces françaises d’exception !

Otto Pilny (28 juin 1866, Budweis - 22 juillet 1936, Zürich) était un peintre suisse spécialisé en oeuvres orientalistes.

Né à Bedweis en 1866, sa famille s'installe à Prague en 1873, où il a reçu son éducation artistique. À dix-neuf ans il entreprend son premier voyage vers l'Orient, il suit la route des caravanes du Caire à Tripoli, accompagné seulement de son chien. Après un bref séjour à Prague, il est de retour en Égypte de 1889 à 1892.

Il est fasciné (forcément) par les mœurs orientales, la prière des musulmans ; les marchés ; et ... l’activité lucrative des prises d’otages : vous capturez une jeune européenne. Blonde ou brune pas d'importance. Vous la déshabillez, (sauf la coiffe sur les cheveux naturellement). Vous la mettez en vente sur le (lucratif) marché du pétrole. Un vieux et riche premier de cordée du coin qui n’a pas de fille et veut absolument palier ce manque se porte acquéreur. Vous lui livrez la marchandise. Tout se passe dans la joie et la liesse la plus complète. Et vous avez un tableau magnifique pour vous souvenir de cette acquisition qui marquera toute votre vie, et sera la preuve de votre réussite sociale.

A défaut, vous pouvez vous aussi vous payer le tableau :

Hauteur de la toile: 80 cm (31 1/2 pouces)
Largeur de la toile: 120 cm (47 1/4 pouces)
Hauteur du cadre: 94 cm (37 pouces)
Largeur du cadre: 132,1 cm (52 ​​pouces)

Réf .: A1669





Voici le descriptif traduit en français :

"Auparavant offert chez Christie's New York, Art européen du 19e siècle, vente 2521 du 12 octobre 2011, lot 84.

"Il n’y a pas beaucoup d’information sur Otto Pilny qui a commencé sa formation artistique à Prague. Pilny a également vécu à Vienne et s'est finalement installée à Zurich. Tout comme Ludwig Deutsch (1855-1935), Rudolf Ernst (1854-1932) et Carl Leopold Müller (1834-1892), Pilny fut encouragé à voyager à l'étranger. Au cours de ses deux voyages en Égypte, destination favorite de l'école austro-hongroise, le premier en 1889 et plus tard en 1892, il acquit le goût de peindre des scènes orientalistes de paysages, de la vie, des coutumes et des gens du Moyen-Orient. Ses peintures ont également capturé des fragments de la culture et des traditions islamiques. Dans "The Slave Market Presentation", une représentation de deux esclaves désespérées est présentée à leurs futurs propriétaires, la scène se déroulant dans le désert, une représentation particulièrement virtuose de l'un des thèmes de prédilection de l'artiste. Exécuté dans une riche palette et baignant dans une lumière claire et profonde, ce tableau représente un événement de la tradition historique islamique nord-africaine, quelque chose d'inconcevable pour la plupart des temps modernes. Ces dernières années, les œuvres de Pilny ont attiré l’œil des conservateurs, collectionneurs et marchands d’art du Musée, établissant un nouveau record du monde pour l’artiste à Sotheby's Doha, le 18 mars 2009, vente D09003, lot 48 "Soirées de prière" qui s'est vendu à $326 500" !



Je l’ai retrouvé pour vous, mais naturellement les hommes qui prient ne valent pas une jolie esclave du sexe féminin, ou mieux encore deux esclaves à la fois : il faut prendre contact avec Jan’s & Co pour en savoir davantage !

Otto a peint d'autres scènes du même genre, à croire que la vente des jolies filles était une transaction courante ?

si tu m'achètes la demoiselle, je te donne le tapis !

avant de "passer à la casserole" si l'on peut dire, ces demoiselles étaient priées de danser dans le désert !

PS : je sais : je vous avais montré ce tableau en 2015, avec d'autres, mais j'ignorais comment vous permettre de vous le procurer !
https://babone5go2.blogspot.com/2015/01/orientalisme.html


c'est vrai qu'entre une fille et un cheval (arabe) il y a de quoi hésiter !



vous voyez : Otto Pilny a peint des tas de scènes semblables !

les demoiselles n'étaient jamais trop consentantes !


je parcours le catalogue de la maison Jan's & Co...

...je trouve une autre surprise...

... demain !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire