mercredi 13 mars 2019

Cinquante ans à l'Entrecôte

Ce n'est pas la première fois que je vous parle de l'Entrecôte à Toulouse, mais c'est la première fois que c'est la cinquantième année que nous y venons ! Incroyable non, une telle constance avec cette cantine ? Le même menu depuis un demi-siècle, la même entrée de salade aux noix. De l'entrecôte avec sa sauce cent fois imitée jamais égalée. Ses frites cuites deux fois et noyées de sauce ! Du Bordeaux spécial Entrecôte, et des profiteroles en dessert !


depuis 50 ans les allées Jean-Jaurès sont (comme la voie ferrée Toulouse-Tarbes)  en travaux jamais terminés

Jean-Jaurès sub-way

la queue de 11 heures cinquante

Comme nous sommes dimanche, pas de camions pour nous barrer la route, et la voiture toute neuve se guide toute seule grâce à ses caméras sur les bandes blanches de part et d'autre. Une voiture devant ? Elle se cale derrière ! La voiture devant se rabat ? Elle reprend, file de gauche, sa  vitesse réglée sur 130Km/H. Je dois reconnaitre que quand le conducteur abandonne le volant, elle râle (en italien) pour lui réclamer de les reposer à la place habituelle ! Ca ne sert à rien mais rassure la Police ! En fait, nous faisons la route en une heure, sans alerte aucune, le GPS lui disant quand il faut sortir, et la voiture devant (car il y en a statistiquement toujours une) n'a qu'à freiner pour que nous freinions nous aussi dans les rond-points.



comme nous sommes huit, on nous a mis à l'étage des familles, avec les bambins qui apprennent à manger leurs premières frites.



Nous sommes arrivés à 11 heures 45 et la queue du premier service est déjà là, l'Entrecôte (toujours bienveillante avec ses usagers) ouvrant à 11 heures cinquante cinq, nous n'attendons presque pas. Dedans, tout est prêt, les frites en fagots énormes, et une vendeuse (tout de jaune-vêtue) nous demande la cuisson, quelle anticipation, quelle organisation ! Le secret est que si nous déjeunons vite, notre table pourra servir une seconde fois vers quatorze heures, la fameuse heure espagnole, une nouvelle queue pourra se créer, comme ça, spontanément, et une nouvelle fournée être rassasiée.




Nous usons du rab' de frites, nous échangeons les cuissons à point et saignant. Nous avons droit aux frites chaudes supplémentaires, et je découvre que pour deux Euros de plus, (deux Euros ce n'est rien), Dame Emmanuelle nous renverse dans le plat quasi vidé une nouvelle fournée de sauce vierge, qui va nous permettre d'arroser les frites supplémentaires.

Le tout saucé, desserts dont les fameuses profiteroles. Il faudra ensuite (et enfin) un café pour clôturer ce festin : dites moi le restaurant qui cinquante ans après dure toujours, et maintient son haut niveau de satisfaction de ses abonnés, tellement qu'ils font la queue avant l'ouverture ?


la facture précise que nous avons été servis par Emmanuelle à la table 189


l'Entrecôte de Toulouse !




retour à la casa, même procédé, en réalité il y a non pas un mais deux GPS, au cas où ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire