mardi 29 janvier 2019

La 7ème Royale sur RMC découverte !


Tel la mule du Pape, je me réveille 7 ans après !


J'ouvre la télé, cela m'arrive quand il fait trop froid dehors. Je vais sur la chaîne 24, on ne sait jamais ce que l'on y trouve... et je tombe sur une Bugatti Royale extraordinaire, ou plutôt sur sa reconstruction : des machines outils retrouvées qui permettent de refabriquer les ressorts. Des tours en marche qui fabriquent des engrenages tordus..., bref, tout ce qui concourt à re-construire une vraie voiture... conçue il y a 85 ans à Molsheim, Alsace.


Amateur de Bugatti, je prends conscience que depuis 7 ans, une 7ème Royale a été reconstruite sans que je m'en aperçoive. Je m'en veux ! On en apprend tous les jours. Je suis conscient que je ne sais rien, je rejoins Gabin : plus le temps passe, plus je sais que je ne sais rien...!

jusqu'à maintenant, on croyait que seules 6 Royale existaient au monde
dont deux à Mulhouse, comme le coupé Napoléon à droite



maintenant, il y en a douze, dont la Packard du Patron de 1926 reconstruite à gauche :


L'histoire en vrai se passe donc en 2011 ! ! L'événement était annoncé depuis plusieurs semaines...(et je n'ai rien su !). Le Festival Bugatti 2011 serait l'occasion de dévoiler en première mondiale la reconstruction de la Bugatti Royale Torpedo (type 41), encore appelée Coupé du Patron. Il faut dire que cette Royale était celle d'Ettore Bugatti. La Royale Torpedo a été le premier prototype de ce fabuleux modèle  pour lequel seulement 6 ou 7 châssis seront construits.... à l'origine !

1926, Ettore sur Brouillard pose devant la Packard Royale numéro 1


septembre 2011 Caroline Bugatti devant la Royale reconstruite



L'histoire de la renaissance de cette Royale commence en 2009 avec la découverte aux Etats-Unis (ces engins ont voyagé à travers le monde) du châssis d'origine de la Torpedo numéro Un, le prototype, base de tout le travail. Le châssis est expertisé pour vérifier son authenticité. Indispensable, puisqu'une "reconstruction" doit intégrer des éléments d'origine, sinon, c'est une copie.

C'est la société hollandaise Hevec Classics qui prend en charge le projet de reconstruction, en prenant appui sur des spécialistes de la marque, dont Paul Kestler, et surtout Daniel Lapp, tous deux éminents représentants des Enthousiastes Bugatti-Alsace. Plusieurs autres éléments d'origine sont restaurés comme le moteur et l'essieu avant. S'en suit le travail sur la carrosserie dont la reconstruction utilise les techniques de l'époque. Oui, en 1926, Ettore Bugatti avait bien conçu un chassis nouveau, énorme, digne de la voiture énorme dont il voulait faire la première voiture au monde, pour les Rois (et ... Premiers de Cordée de l'époque) (on n'avait pas encore inventé ce vocabulaire). Quand il a voulu terminer la voiture, il ne disposait pas de carrosserie. Alors, il a acheté une Packard, a allongé le capot, et a posé la caisse remaniée dessus.




Pareil pour la reconstruction : trouver une carrosserie de Packard, l'ajuster à la main, et la fixer sur le châssis reconstruit. Grande question : la couleur d'origine, invisible sur les photos noir et blanc d'époque : il est décidé des ailes : noir, carrosserie rouge-bordeaux.





Il était alors temps de présenter cette 7ème merveille au public. Le lieu était tout trouvé ! La première mondiale de la Royale Torpédo ne pouvait avoir lieu qu'à Molsheim. Et quelle plus belle occasion que le 28ème Festival Bugatti qui célébrait les 85 ans de la Royale.


La présentation a donc été réalisée le 10 septembre 2011 au sein de Bugatti-Messier, devant les anciennes écuries. Assistance filtrée. Je ne suis pas convié, d'où mon ignorance ! La nouvelle Royale est recouverte d'une bâche, ne laissant dépasser que le fameux emblème de la Type 41, à savoir l'éléphant sculpté par Rembrandt. le frère d'Ettore. Caroline Bugatti, la descendante, écuyère émérite, est montée sur son cheval, descendant du pur-sang Brouillard, sur lequel montait Ettore, amateur comme on le sait de chevaux de course...


... Nous sommes en juillet 2005, 

six ans avant ...

... et par quelle transmission de pensée, je gamberge de mon côté !


volant bois Bugatti, conduite à gauche. L'éléphant est tout neuf, il s'est oxydé depuis, prouvant ainsi qu'il est en argent

juillet 2005 : livraison : volant en bois ; pare-brise inclinable ; éléphant en argent; veilleuses sur les ailes avant ; pare-chocs chromés


fin juillet 2005, gainage intérieur terminé. La capote est encore ouverte, il faudra en monter une fermée
Je me sens très proche de cette étonnante histoire. Nous sommes en 2005, 6 ans avant la sortie de la Packard. Je me trouve à Vichy, et rencontre pour la première fois Jean-Paul Fontenelle, qui m'a livré quelque temps auparavant ma première Bugatti 37, roues à rayons, fabrication Art Collection Auto. J'ai commencé quelques années plus tôt une collection qui s'est enrichie depuis de "mes gros jouets Citroën". J'ai découvert le prototype de torpédo lancé en 1927 par André Citroën, et ai le fol désir d'en faire construire un par Fontenelle : il a racheté la marque suisse Brepsomn, et reconstruit des exemplaires de la limousine sous forme de Taxi noir et jaune. Et quelques camionnettes. Il n'a jamais construit de torpédo, ce qui nécessite de greffer derrière les pièces d'origine une caisse idoine faite sur mesure. Il lance une fabrication, et au lieu d'en faire un exemplaire, en crée six, comme le font les sculpteurs autorisés à faire fondre six oeuvres. J'en récupérerai trois au total.

juillet 2005 : la capote dépliable

Je vous ai déjà montré ce torpédo, dont la ligne s'inspire de celle de la Packard d'Ettore. Au radar, je choisis (sans connaitre le prototype Bugatti-Royale) les mêmes couleurs : châssis noir, caisse bordeaux. Pour me faire plaisir, quand il faut finir la maquette en posant le badge de radiateur sur la petite vis chromée d'origine, il va chercher dans ses réserves un carton sur lequel sont épinglés une douzaine d'éléphants d'argent destinés à sa propre Royale coupé Napoléon à l'échelle 1/8ème. Il en prélève un, perce la tige d'origine, et enfile l'éléphant sur mon torpédo.

J'ai ainsi depuis 13 ans ma petite Royale-Citroën !

... transmission de pensée ?








2013 arrivée des Bugatti à Molsheim : https://www.youtube.com/watch?v=AaqGsl7YYFY


PS : l'histoire de mes torpédo : 
http://babone5go2.blogspot.com/2012/07/mes-gros-jouets-citroen-4e-partie.html

souvenir de Rétromobile 2005 : mes deux Bugatti surplombent la Royale Esders au 1/8ème...
souvenirs souvenirs !

on ne voit plus de telles maquettes à Rétromobile...sauf si ... ? ?

PS : des pièces de Royale
https://babone5go2.blogspot.com/2016/08/royale-for-sale.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire