mardi 8 janvier 2019

Amorgos, l'ile du Grand bleu

Je ne sais pas l'effet que l'actualité produit sur vous ? Moi je suis un peu (c'est peu dire) désappointé ! La République soit-disant attaquée sous prétexte d'une porte rue de Grenelle défoncée ! Le salaire (exorbitant) de la Présidente de la Commission du Grand débat supérieur aux émoluments du Président de la République lui-même, et pourtant ardemment défendu par le Ministre de l'Ecologie sur Europe ce matin...! ... Pour montrer qu'il est un bon écolo, il nous promet le retour de la taxe carbone...! Pendant ce temps il autorise le piégeage à la glu des oiseaux survivants aux pesticides ! Et les Japonais reprennent la chasse des dernières baleines ...! 

Je vous propose de ne plus regarder la télé pendant une semaine, pour vous désengorger l'esprit !

...et d'aller voir ailleurs, rêver à l'été prochain, en ce froid hivernal :

Après vous avoir emmené à Lesbos (1) ; puis Skopelos (2) , avec un détour par Salina (3), voici Amorgos, l’ile du Grand bleu de Luc Besson, tourné en 1988.







A nouveau nous sommes dans l'une des îles des Cyclades. Avec ses roches volcaniques, ses sentiers muletiers, ses moulins à vent, et la mer Egée si bleue. Au total, 1973 habitants en cette saison,  se répartissant sur 3 régions, chacune particulière : le nord avec le port d’Aegiali et ses 3 villages perchés ; le centre avec Chora (ou Hora, le chef-lieu) et le port principal Katapola, Et la région du sud, moins peuplée, plus reculée, moins escarpée appelée Kato Meria (Vroutsis, Arkesini…).





A nouveau on va trouver des câpres, et des lauriers roses qui alimentent la chenille du sphinx, le plus vert des sphinx avec des allusions roses dans sa robe verte aux fleurs de la plante nourricière.(1)




A nouveau un monastère profite de l’isolement des lieux : perché dans la falaise, Panayia Hozoviótissa est créé en 1088 par  Amlexos Comnène, empereur byzantin, et dédié à la Vierge Marie, un havre spirituel et l'un des monuments ecclésiastiques les plus importants de Grèce. Il fait face à la mer Égée, à l’altitude de 300m. Sa hauteur est de 40 m, mais sa largeur de seulement 5 m ! Sa création est liée à la découverte de l’icône « Hozoviotissa ». Il est fêté le jour de la Présentation de la Vierge, le 21 novembre, attention à ne pas confondre avec l’Assomption du 15 aout !

Lors d'un iconoclasme, une femme de la noblesse d'Asie Mineure a jeté l'icône à la mer afin qu'elle ne soit pas détruite. On raconte que cette icône revient dans une petite barque sans équipage à Amorgos juste en dessous de là où a été construit le monastère. Une autre version prétend que le monastère a été fondé au 9ème siècle par des moines de Palestine et a ensuite été rénové par l'empereur Alexios I Komnenos.
























Le monastère a huit étages reliés par des escaliers en pierre étroits sculptés dans la roche. 350 marches vous mènent jusqu’à l’entrée, puis à l'intérieur qui est comme un labyrinthe. Les cellules des moines, une centaine, ont toutes été creusées dans la roche pour former un exemple unique d'architecture traditionnelle. S’y ajoutent : une cuisine, des fours encastrés conçus avec des arches semi-circulaires, un cellier pour stocker les céréales et le vin. L’autel du monastère avec le plafond en bois et l’impressionnante table monastique sont intéressants à voir également. Deux autres icônes de la Vierge Marie et d'autres reliques religieuses de la période d'Alexios Komninos, un manuscrit, des évangiles, des vêtements et des ustensiles ecclésiastiques datant du 10ème au 19ème siècle sont exposés. Mais tout est étroit, et la faible lumière et l’interdiction de l’usage du flash ne facilitent pas les photos de l’icône originale.



Un petit escalier de pierre mène à l’entrée étroite et basse sur le côté Est du monastère. Il y avait autrefois une échelle en bois rétractable, qui pouvait être soulevée pour empêcher l’invasion de visiteurs indésirables dans les temps difficiles d’attaques de pirates. L’extérieur de l’édifice tel qu’il est aujourd’hui est le fruit de plusieurs transformations qui ont eu lieu à travers le temps. L’ogive au-dessus de la porte remonte au 15ème siècle, tandis que l’encadrement de porte en pierre sculptée a été installé lors de la rénovation du monastère au 17ème siècle

Une vue imprenable sur la beauté sauvage de l'île s'offre aux visiteurs depuis le plus haut balcon du monastère.




PS : les voyages précédents :

Comme les îles grecques sont étonnantes !


repas (de gala) pour six moines !

pour en savoir plus :







PS (1) 
demain, promis, je vous montre le plus vert des sphinx

ça vous nettoiera la tête !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire