jeudi 20 septembre 2018

Du glyphosate dans nos urines ?


.........du glyphosate dans mon urine ?

Ca alors ! Je savais mes urines pas très clean : elles contenaient des produits chimiques, des nitrates, de l'urée ; de l'albumine ; du sucre...des traces de maladies que l’on me diagnostiquait de temps à autre ! J’avais bien compris que le labo ne recherchait pas tout dans mes urines : il fallait que mon médecin cite des substances à chercher, ça s’appelait : « une analyse d’urines », et le labo mesurait, puis trouvait. Parfois, il mesurait l’évolution, avec un petit graphique, chaque fois, ça me fichait un coup, car ça montait (comme les prélèvements fiscaux), et le médecin m’expliquait qu’avec l’âge, mon pancréas, mon foie, s’usaient et filtraient moins les saloperies absorbées dans mon alimentation pourtant empaquetée sous plastique.

Bref, je vivais fébrilement

étroitement  surveillé par le monde des laboratoires.

J’ai compris depuis que si l’on ne cherchait pas de pesticides dans mes urines, on ne risquait pas d’en trouver, et je vivais non pas heureux, mais insouciant, voilà c’est le mot, ne me souciant pas de mes urines en dehors des périodes trimestrielles où l’on cherchait pour moi des substances censées s’y trouver.


J’ai compris aussi que le monde médiatique s’acharnait sur Ben Alla, oubliant avec le temps ce qu’on lui reprochait au juste, surpris de le voir si sûr de lui devant la Commission d’enquête du sénat, alors qu’elle s’interrogeait sur la manière dont il avait pu bénéficier d’un port d’arme alors qu’il n’était pas menacé, que le Président ne l’était pas non plus, bref comment cette bévue administrative avait bien pu arriver à un espèce de garde du corps trop efficace,  dont le défaut était de ne pas bénéficier d’un diplôme officiel obtenu par des études classiques de gendarme ou de policier, en étant un peu border line, tout ce qu'il faut pour réagir avec efficacité devant l'imprévu en cas de terrorisme.

Ben Alla bouc émissaire,

pendant que l’on parle de lui, on évite les sujets de fonds !

J’ai enfin compris s’agissant du glyphosate que l’on marchait sur des œufs : on aimerait le supprimer mais pas question de déplaire aux céréaliers qui veulent se faciliter la tâche pour désherber leurs céréales, au lieu de le faire mécaniquement-ce-qui-coûte-plus-cher alors on leur laisse le temps, on leur donne du temps, on va le supprimer mais on ne le dit pas, Nicolas désespéré jette l’éponge devant ces reculades répétées : on lui reproche « de ne pas être politique », avouant par là sans doute "qu'être politique" consiste à tourner autour du pot au lieu de régler les problèmes de front !


Alors voilà qu’une bande d’énergumènes, barbus pour la plupart, qui avaient démontré auparavant leur conservatisme en refusant les OGM, ont fait analyser leurs urines ! Mais comment ont-ils fait ? Quels laboratoires (félons) les ont soutenus ? Quelle Sécu (dissidente) leur a donc payé leurs analyses ? Quel médecin contestataire leur a prescrit ces recherches (provocantes) ?

Tout ça au prétexte d’être « lanceur d’alertes » !

Et ces faucheurs volontaires affichent comme un exploit 
d’avoir des pesticides dans leurs urines !

Tout cela ne sent pas très bon



Je ne fais pas analyser, moi, mes urines

Je le fais déjà tous les trois mois !

Eh bien, les miennes, elles sont propres

Je ne consommerais pas quand-même pas

des pesticides à mon insu ?

non, les députés ne peuvent avoir du glyphosate dans leurs urines
ils sont forcément immunisés ?


PS : j'ai de bonnes raisons de croire à cette histoire, après la décision par les quatre Préfets bretons d'interdire sur proposition du DRAF l'utilisation de l'atrazine et du diuron en Bretagne : le SRPV, Service régional de la protection des végétaux, avait trouvé des pesticides d'abord dans les eaux de pluie ; puis dans l'air ... C'était en 1998....cela fait 20 ans !

https://www.humanite.fr/node/181149
http://fulltext.bdsp.ehesp.fr/Ensp/Memoires/2003/ies/benard.pdf

depuis lors, les choses ont évolué dans le bon sens :




PS : décidément je récidive :
https://babone5go2.blogspot.com/2018/06/glyphosate-mon-amour.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire