mercredi 6 juin 2018

Soulé de Lafont en vol sur Urkulu

C'est drôle : plus de cent vingt ans après l'essor de l'aviation, et les héros de l'épopée toulousaine, voyager en avion particulier est un loisir toujours aussi privé : le tennis s'est démocratisé. L'équitation aussi. Mais monter au ciel, en planeur ou en avion à moteur, reste réservé à une élite.

L'élite chez nous est représentée par Eric SdL, on devient célèbre quand on vous nomme par vos initiales EDSL ! Je vous l'avais présenté il y a trois ans :
http://babone5go2.blogspot.fr/2015/11/jai-rencontre-esdl.html. Il nous avait convié le samedi 26 mai à la médiathèque à partager sa découverte des Pyrénées depuis le ciel. J'ai pris dans le noir, des photos de l'écran, pas terribles, j'en conviens !


Thèbes-airport





Tout le monde (j'espère) a vu les reportages que lui a consacré l'émission "des Racines et des Ailes", où il décolle comme du pont d'un porte-avions de sa piste privée de Thèbes dans les Hautes-Pyrénées, piste constituée simplement par un bout de pré (tondu préalablement quand-même) en pente, le jeu constituant à rouler le plus vite possible en descendant face au vide, espérant que la force du vent sur les grandes ailes de son petit bi-place construit de ses mains va l'envoyer en l'air ! Trou dans l'estomac garanti !

Ca a fonctionné jusqu'à présent, avec des roues en été, et des skis sous les roues l'hiver, l'idée dans ce second cas étant d'atterrir sur un glacier, on devine que le stress est permanent, une façon de vivre intensément sans craindre comme nous les radars éparpillés un peu partout dans notre paysage rural, où pourtant il est parfois difficile de rouler à plus de 60Km/H tant les virages sont nombreux et la route étroite.


l'avion parfait pour survoler les monastères








En une heure, nous sommes partis de Collioure, pour parcourir la chaine des Pyrénées, et terminer notre voyage à Saint-Jean-de-Luz. J'attendais les photos du troisième trophée Augustéen des Pyrénées, Urkulu, qu'on ne voit d'habitude que d'en bas. Ici, on le voit d'en haut, perché au ras de la falaise, dans son rond parfait de pierres sèches assemblées à la main.

Il y a les gens qui vivent sur la terre

il y a ceux qui sont morts

et on dit souvent que la troisième part de l'humanité est représentée par ceux qui vivent sur les mers

... pardon !

Il y a ceux qui contemplent la Création depuis le ciel !


la célèbre brèche

à pied, altitude 1419m



de là-haut

on devine le mur concentrique intérieur, maintenant comblé de gravats

Le trophée était accessible par la route (romaine) reliant Saint-Jean-Le-Vieux (à l’époque nommée Imus Pyraneus,près de Saint-Jean-Pied-de-Port) à Roncevaux en Espagne, mais plus lartement reliant Bordeaux à Astorga.
Elle est administrativement située en Espagne, Navarre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire