vendredi 1 juin 2018

Un dia a Barcelona (3)


Casa Amattler

….. six ans plus tard !

Je fais mes comptes, pour réaliser une évidence terrible : la dernière fois que je suis venu sur place, la casa était en pleins travaux : c'était le 8 octobre 2012 ! Profitant du chantier, je m’étais mis dans la peau d’un ouvrier pour parcourir les étages, à la recherche de la verrière !

Aujourd’hui, les travaux sont terminés, la casa est devenue un musée, et visiter coûte dix-neuf Euros. Je me contente de prendre les photos de la porte éclairée de cives, tout a été conservé intact, une merveilleuse beauté, une splendide restauration.












Un peu plus tard, visite du carré des Antiquaires, exhibant leurs bonzes français. Heureusement, la plupart des boutiques sont vides, les propriétaires partis soit déjeuner, soit rechercher de nouvelles trouvailles car pour vendre des objets, il faut bien en acheter quelque part ! Conséquence : impossible de céder à la tentation.



la Diane de Falguière catalane !





Visite des magasins, il se crée toujours de nouveaux sacs à main, ceux-ci sont sublimes d’originalité (japonaise), mais très chers !




Le principe des autocars rouges s’est révélé rentable : on découvre l’immensité de Barcelone. On visite le port. On devine Christophe Colomb désignant du doigt la mer. On s’arrête Passeig de Gràcia, où l’on découvre le Tenorio.







Le tout, le tour fini, est de retrouver le Garaje. Après quelques hésitations, et consultation des photos prises en arrivant, on y parvient. Mais quand il faut payer, la machine n’accepte que des billets de banque … mais je n’en ai plus, ils ont été confiés à City Tour, et l’automate ne veut pas de carte bleue, mais la carte de Metropolitan, où nous ne sommes pas (encore) inscrits. Que faire ?

Miracle, la porte de sortie (au bas de la rampe à 45° (qu’il va falloir escalader à gauche en première avec son virage au milieu) a été arrachée par un non-membre du club mécontent, et même violent : on sort sans avoir payé, du jamais vu, on aura économisé 18,24 Euros à payer en billets et en pièces cuivre qu’on n’avait pas !

Je vous le disais : un miracolo !

(de la sagrada familia)

et on rentrera une heure plus tard,

 voiture incluse,

 intacts (mais sans plus de monnaie à la sortie qu'à l'entrée) !


PS : six ans déjà !

Je ressors de mes archives ces photos de près, prises dans les étages en travaux :











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire