dimanche 3 avril 2016

Tentation de Bruxelles

vivre dans un palais Art Déco ?

Si Molenbecck est devenue tristement célèbre, tout le monde connait Bruxelles. Heureux les Parlementaires européens qui sont obligés d’y faire de nombreuses mobilités géographiques, déplacer leurs valises jusqu’à Strasbourg, revenir en Belgique, la tentation est grande pour (certains) de se faire porter pâle. Les meilleurs restent et bossent, ils doivent bien se loger !

En vérité, mon histoire ne se passe ni à Molenbecck ni à Bruxelles, mais tout à côté, à Ixelles. Nous avons tous visité un jour ou l’autre les merveilles d’Art Nouveau qui y ont été édifiées. Paul Hankar, architecte et designer belge né le 11 décembre 1859 à Frameries et mort le 17 janvier 1901 à Bruxelles, est reconnu comme l’un des principaux représentants de l’Art nouveau à Bruxelles.

Vous voyez où je veux en venir ?

...pas encore ?

Je reconnais qu’il faut être au moins un Parlementaire, disposant d’un budget de 25000 Euros par mois. Du moins c'est ce que conseillent nos banques à nous : avoir trois fois plus de rentrées que le prix d'un loyer.

Car mon bien n’est pas à vendre, mais à louer. (On perd le loyer, mais on ne paie pas de taxe foncière... dans mon cas de figure, le locataire ne paie pas d’impôts non plus ! Et puis, on peut déménager en cas d’attentat . J’ignore si cela existe ? (des salaires mensuels de 25000). Peut-être un Très Haut Fonctionnaire Européen ? Je ne pratique pas ce genre de tarifs, un Ministre français doit gagner 10-12000 ? Il est logé gratos me direz-vous. Il faudrait une coloc’ à deux ministres... ?

...ou encore un de ces personnages qui vient de se faire pincer à optimiser sa fortune au Panama comme l'annonce le Monde d'aujourd'hui ?


car le bien est à louer ...

                  ...7500 € par mois !

J’ai une autre hypothèse plus réaliste : un joueur de foot, qui aimerait l’Art Nouveau ! Peut-être cela existe-t-il ? S’il avait de nombreux enfants, voire plusieurs moitiés, pas de problème, il y a sept chambres ! Une suite parentale, et il en reste six. Cela fait précisément une famille de huit personnes. On peut même loger une jeune anglaise engagée au pair, pour apprendre l'anglais aux bambins. Puisqu'au dernier étage, il existe des chambres de bonnes. En pratique, le tout mesure 800m2, il y a des salles de réunions, des sous-sols...c'est é-nor-me !



Il faut une immense cuisine pour pouvoir nourrir tout ce monde : YES, elle est immense. Il faut dix chaises, plus les invités dans la salle à manger : pas de problème !

Je vous emmène direct chez Paul Hankar. Bon, il est malheureusement décédé il y a plus de cent ans. Plus précisément il avait construit « son hôtel » car il s’agit d’un Hôtel particulier pour Madame veuve Ciamberlani, maman du peintre de la façade.

Voilà le parti architectural

La symétrie prônée dans les bâtiments classiques est rompue : au rez-de-chaussée, qui compte quatre travées, la porte est rejetée à l’extrémité de la façade. La structure métallique est laissée apparente en façade ; c'est le cas d'une Poutrelle à Profil Normal ou IPN, au-dessus des fenêtres du deuxième étage.



Les fenêtres ont des formes particulières. Au premier étage, où se trouve le salon donnant sur le balcon, elles sont en arc outrepassé, avec des fins châssis en bois qui compartimentent la baie et dont le dessin ressemble à un dessin extrême-oriental. La taille et forme des percements sont elles aussi en rupture avec l'architecture classique. La façade est dictée par la nature des pièces à l’intérieur. Elle se doit d'être le reflet de la distribution intérieure de l'hôtel, conséquence directe de l’intérêt d'Hankar pour Viollet-Le-Duc et sa théorie sur le rationalisme, théorie qui énonce que l'ornementation doit être liée à la structure même de l'édifice et que la façade doit être pensée en fonction du plan et de l’organisation intérieure.




le parc est bien au fond


Quant à la décoration, les sgraffites conçus par Ciamberlani lui-même pour orner la partie supérieure ainsi que la partie entre les deux fenêtres semi-circulaires du première étage ont été réalisés par Adolphe Crespin.

C’est absolument somptueux, on coloque à huit dans un immeuble historique. Il est meublé, il suffit d’emmener ses valises. On devient Bruxellois, on mange des frites, on boit de la bière d'Abbaye ambrée, on vit dans la Capitale de l’Europe, au milieu des Hauts Fonctionnaires (et des banquiers), dans des palais Art-Déco !

Ah si j’avais joué au foot !

c'est cela un sgraffite
les travaux d"Hercule (il y en a sept en haut)


Hôtel Ciamberlani asbl
Delphine Laforge / Lara Ronayne
48, Rue Defacqz - 1050 Bruxelles (quartier Louise)
+32 (0)2 537 91 86 (heures de bureau)

Pour réserver, contactez-nous par mail :
Pour les particuliers : 
info@hotelciamberlani.com
Pour les entreprises : 
info@dayoff.be



pour louer, il faut contacter Barnes-Bruxelles

International Luxury Real Estate



vous avez vu le Parc derrière ?
je vais partout avec GoogleMap
le minimum : le garage donne sur la rue

mais le chauffeur vous transporte au bureau tous les matins
le garage est réservé à l'épouse

il comporte deux emplacements



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire