lundi 11 avril 2016

Circuit du Comminges

émotion samedi quand je me suis retrouvé
face au Docteur Claude Camilli, fils de Bertrand
Souvenirs, souvenirs

Nous sommes dans les années 1930. L’automobile fascine l’humanité, comme elle le fait toujours, comme elle fascine nos amis chinois, comme nous fascinent les nouveautés qui, après l’électricité déjà utilisée il y a cent ans, nous délivreront du combustible fossile !

Notre période de gloire, était celle du circuit du Comminges, attirant les Bugatti se déplaçant avec leurs champions, de ville en ville, de Saint-Gaudens à Pau, après Lyon, Montlhéry et autres lieux de prestige automobile.


Je tombe sur une revue superbe, mensuelle qui plus est : le numéro 169 d'août 1933 : non seulement elle évoque le Grand prix du Comminges du 20 août. Mais on y trouve l'Histoire avec un grand H, les personnalités, l'Art, les paysages de l'époque. Séquence émotion garantie !

Un look extraordinaire
je réussis pas mal à imiter sa coupe de cheveux

En tête, l'apôtre du Comminges, Eugène Azémar. Et puis le Circuit, dont les tribunes restent intactes, bientôt couronnées par le Musée.

le camping municipal créé depuis abritera le "Musée" en haut des tribunes


on emprunte tous les jours cette côte limitée à 90Km/H

le site internet, et l'annonce des Ecuries du Comminges

les lieux n'ont pas changé : la Montjoie à Saint-Pierre avec les chapiteaux de
Bonnefont ; derrière, la Chapelle de la Caoue et les reliques de Saint-Gaudens

qui mieux que Géo Ham, peut illustrer une Bugatti en descente ?


revoilà notre Hippolyte Ducos, qui fit tant pour développer la Ville

je termine par cette photo émouvante !



/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire