samedi 9 avril 2016

Nuit debout

Le peuple refuse de dormir
place du Capitole, ce sont nos gosses

il se rassemble la nuit

refuse le cynisme…

le printemps français ?

Il est vrai qu’il y a de quoi douter : la majorité repue dans l’or des Palais nationaux, engoncée dans le confort tellement reproché à ses rivaux,  amollie de privilèges, de cumuls de mandats, de réserves parlementaires, de billets d’avion gratuits, à tel point qu’elle n’a plus aucune conscience des réalités du terrain. De l’autre côté, une jeunesse perdue, des gosses de 17 ans qui prennent sans aucun contrôle un avion pour la Syrie, avec de vrais passeports, alors qu’ils sont fichés S par les Renseignements généraux finalement très informés.

Le pire n’est pas là, il est dans l'avenir des jeunes arrivés au troisième cycle : la réalité leur saute à la figure : devenus anglophones, citoyens du monde, leur seule issue est de réaliser ce que leur impose leur propre cursus universitaire : passer une année hors la France. Plus si affinités. Nous aussi avons nos propres jeunes dans notre branche familiale :

Voilà qui est fait pour le premier par l’âge : ouf, il part en Suède. Voilà qui est sur les rails pour la seconde : ouf, elle part pour Limerick. Vous ignorez où c’est ? La troisième ville d’Irlande, vous savez l’Irlande, le Pays d’Europe qui attire toutes les multinationales en ne leur imposant que 15% de taxes. Sûr qu’en partant là-bas elle va retrouver, devenue Irlandaise, de quoi se faire embaucher par tous les Google et autres Amazon...cherchant depuis l’extérieur, à inonder de produits de consommation les consommateurs Français restés douillettement chez eux. La troisième est trop jeune, on lui souhaite le Bac S, dans deux mois,  ensuite, elle a un parcours tout tracé : le marché de la Santé intra-muros, la seule activité française certaine d’un essor sans limites : le nombre de séniors monte inexorablement, il faudra toujours s’occuper d’eux, à ce point que tous les jours, on recrute des médecins et du personnel de santé venu de toute l’Europe, puisque l’on empêche nos propres professionnels d’accéder chez nous à ces métiers dont on a tant besoin.

nos jeunes diplômés quittent la France ...

...se tirer une balle dans le pied à ce point relève de l’exception française !

Drôle de Pays, drôle de Majorité, drôle de Socialisme, dans l’ancien sens « humanisme », que penser, que faire, si Droite et Gauche ont à ce point épuisé nos capacités de crédulité. ?


Alors on parle, on vit la fraternité debout, la nuit.

autour de la République,

à Paris

Cela rappelle les Etats Généraux de 1789, 

...et .le printemps... arabe ?

Trois écoeurements font monter le sentiment d’injustice en chacun d’entre nous : Panama Papers nous confirme à tous, à quel point mensonge et cynisme habitent les dirigeants d’où qu’ils proviennent. Même les artistes qui retrouvent les Modigliani volés aux Juifs, et les Picasso cachés à Genève, ont de quoi s’indigner.

Les gosses sans classes, à cause des professeurs remplaçants sans classe, parce qu’ils sont mal payés, antienne répétée à l’infini, toujours pas de solution durable depuis que ce scandale dure, hier et encore aujourd’hui ! Que fait-on de l’enseignement à distance, quand recourra-t-on enfin aux nouvelles technologies, un professeur d’anglais professant à des milliers d’élèves par internet, c’est quand même fou que personne n’y recoure ?

Quant aux prêtres pédophiles protégés par un Supérieur doutant qu’il s’agisse d’un péché, leur situation est aussi choquante que l’est, dans l’autre sens, la haine mise en scène contre l’Evèque Barbarin, qui n’a pas fauté, mais n’aurait pas eu recours à l’article 40 du code de Procédure Pénale, imposant aux Fonctionnaires (il ne l’est pas) de dénoncer une exaction dont ils auraient connaissance. Reste que la pédophilie est un crime. Comme l’est tout autant le laisser faire du Maire de la Faute sur Mer, finalement absous d’avoir laissé noyer des dizaines de ses administrés, au motif qu’il faut protéger absolument ceux qui nous dirigent, comme on absout a priori la SNCF d’avoir provoqué l’accident de Brétigny.

symptomatique de la France d'aujourd'hui : les énarques de la SNCF
n'ont aucune idée de l'importance d'une éclisse
arrogance ou bêtise ? pas question de se baisser pour réparer un rail pourri
ils n'ont même pas conscience des dégâts possibles


Indignez vous

la nuit

devant la République


Stéphane Hessel, tu nous manques !

tous debout !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire