jeudi 14 février 2019

Vulcain ouvre les yeux ? gonerilla (3)

Je vous ai déjà parlé de Wallace : il se ballade en Indonésie, navigue d'ile en ile, et à chaque fois, découvre un Ornithoptère qui a évolué différemment : il y a antérieurement une base, un prototype, prisonnier de son milieu confiné (1). Et au fil du temps, il évolue, sans tenir compte naturellement de ses voisins isolés dans leur coin. Revenez quelques milliers d'années plus tard, la fameuse évolution a fait son chemin, et un papillon initialement vert se retrouve jaune d'or. Un autre bleu. Parfois la forme varie : chaque naissance est l'occasion d'une variation parfois infime. Elle s'inscrit dans l'ADN, et soumet les vivants à changer, la variation ultérieure étant censée être plus stable, plus adaptée, que l'ancienne. Sinon, la variation ne dure pas, car l'être vivant inadapté disparait.

Le jeu consiste donc à partir d'un type, à chercher, dans une île,  si le papillon de base n'aurait pas varié. Si c'est le cas, on a gagné, puisque l'on a trouvé un être variant : un exemple de plus de bio-diversité.

papillons de base : 2 vulcains
Le cas est typique chez les Vanesses. Une vanesse commune est l'amiral, le vulcain, noir et rouge, dit atalanta. En nous rendant dans les îles espagnoles, je vous ai montré la variation Vulcania, qui est semblable quoique différente, je dirais plus belle, aux couleurs rouges plus larges.

J'ai oublié de vous dire qu'entre-temps, pour mieux connaitre les papillons, j'ai décidé de me relancer dans les élevages : tel le patou au milieu d'un troupeau de moutons, je deviens papillon au milieu d'eux, et puis les observer de l'intérieur en passant inaperçu.

vulcania est différent de vulcain, mais aime aussi les fruits mûrs

un petit groupe de vulcania, invités à midi
 Maintenant nous allons faire un voyage dans une île : la Nouvelle Zélande !








drôles d'orties ? Non, ce sont des ongaonga, urtica ferox

donc des orties qui ont évolué


dans une feuille, enroulée comme la chenille du vulcain 





il peut arriver (mais il faut chercher) qu'au lieu de traîner en ville, de fréquenter les bars, ou flemmarder sur les plages, on tombe sur cette chrysalide :


Ce n'est pas un vulcain, c'est le red amiral butterfly

autrement dit Vanessa gonerilla


l'évolution lui a mis des ocelles dans les ailes inférieures

et aussi dessous (enfin sur l'aile de dessus)


Drôlement étonnant non ?

je recommence pour bien vous faire voir :

atalanta

gonerilla


dessous





l'évolution est formidable, non ?

d'autant que ce n'est pas terminé : il existe ailleurs une autre variation : itea :

toujours la même forme, mais les couleurs changent vraiment !


une autre fois ?

Seitz savait tout !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire