vendredi 15 février 2019

Les ocelles d'itea (4)

The yellow admiral butterfly

Continuons de parler Anglais : nous restons en New-Zealand, proche de l'Australie : précédemment nous avions découvert une première variante de notre red admiral, en voici une autre, the yellow admiral. Aucun rapport avec le roman de Patrick O'Brian, mais on va voir une nouvelle forme de tentative d'intimidation des prédateurs, avec la formation d'ocelles chez itea, si ce n n'est pas un oeil, disons un eyespot.

Sydney est en face, indispensable de se rendre au musée : dépaysement assuré, tout a évolué différemment en Australie : dinosaures, mammouths, papillons ... et ... autochtones eux-mêmes, comme vous allez voir :

visite rapide de l'établissement :






les dinosaures sont tellement présents qu'ils sortent des vitrines !








des mammouths partout !

drôle de les découvrir sans laine : il n'a jamais fait froid ici !




une culture locale forte :




des nuggets (immangeables) :


et puis, des insectes :




Vanessa itea que nous sommes venus chercher est sur la colonne 2 ligne 3  ! ! 
répartition d'itea : davantage en Nouvelle Zélande en face

Je demande à visiter les réserves, ça fonctionne :


notre vulcain d'origine a complètement changé de couleur, et arbore de larges taches jaunes dessus


dessous, sous les antérieures, les mêmes bandes jaunes ; une bande rouge vif. Dessus un oeil sur fonds noir

voici Vanessa itea, 

the yellow admiral from New Zealand









le dessous est aussi différent d'atalanta que l'est le dessus  :


pour vous remettre dans l'oeil : en Europe, les cousins : paon du jour et vulcain :


et voici la différence : l'oeil d'itea








Maintenant que vous avez bien observé, vous devinez comme moi les prémices de l'oeil chez le vulcain ! Car il existe bien, mais on n'y prêtait pas attention : il n'est pas mis en évidence, comme chez itea, par les bandes blanches de part et d'autre ! vous voyez maintenant ?

l'absence de la bande blanche sous l'oeil  fait toute la différence



ce n'est pas terminé :

chenille et chrysalide se ressemblent énormément






comme quoi : les voyages forment la jeunesse !

position de camouflage total : l'oeil disparait, on ne voit plus rien du tout !


la conclusion finale de toute ces histoires d'évolution ?

"quelque chose prépare l'émergence de dessins d'yeux sous et sur les ailes
pour effrayer les prédateurs

notre vulcain en possède les prémices
et quand il évolue vers sa forme ultime :
en Australie

il montre des yeux achevés

nous n'avons nous même pas fini d'évoluer en Europe...

homo sapiens (désormais augmenté) évolue-t-il donc sous nos yeux ?

...oui ...! ! 


demain "les ocelles de Lopinga achine"


PS : mais qui donc leur a peint des yeux ? 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire