samedi 21 janvier 2017

Karen, descendante d'Augustus !


Vous vous souvenez des Journées du Patrimoine ? Je veux dire septembre 2016, que c’est déjà loin ! Augustus Saint-Gaudens nous parait à nous comme une gloire un peu passée…et voilà qu’il nous revient, sous la forme bien agréable de son unique descendante !

Et cerise sur le gâteau, elle se confie à la Dépêche du Midi, à Maxime Noix qui a donc eu la chance de la voir de visu ! On cherche sur son visage les traces de Davida, une belle histoire comme je les aime :

« Karen Ingalls est la dernière descendante héréditaire du sculpteur Augustus Saint-Gaudens encore en vie. Dans son livre «Davida : Model and Mistress», sorti en 2016, elle imagine avoir une conversation avec son arrière-grand-mère, Davida, et évoque sa relation avec l'artiste, Augustus donc. Flash back comme on dit dans les films !


Maxime Noix pose la question : -« Pourquoi cela était-il important pour vous d'écrire sur ce sujet » ?

« J'ai écrit ce livre pour trois raisons principales. D'abord pour apporter de la reconnaissance à Davida, comme une personne qui a réellement aimé Saint-Gaudens, d'un amour inconditionnel. Elle n'a jamais rien demandé, ou tenter de profiter de sa position dans la société. Ensuite, pour mon grand-père qui a beaucoup souffert d'être traité de bâtard. J'espère apaiser les blessures d'un homme généreux et aimant. Et finalement pour amener de la reconnaissance à Saint-Gaudens qui est un sculpteur magnifique, pour sa contribution au monde de l'art.

-« Pouvez-vous expliquer l'histoire d'amour entre Davida et Augustus Saint-Gaudens » ?

Davida était modèle pour de nombreuses sculptures de Saint-Gaudens, par exemple pour Diana ou Amor Caritas. C'était une femme divine, avec le temps ils sont tombés amoureux. Il est impossible de savoir exactement où et quand leur liaison a commencé. Leur aventure s'est terminée au moment de la mort de Saint-Gaudens, 25 ans après.

Permettez-moi un commentaire : Karen est pleine de pudeur. Son arrière grand-mère Davida était ce qu’on nomme aujourd’hui « canon » dans tous les sens du terme, avec cependant une beauté très classique, bien loin des bimbo américaines dont s’entoure le tout nouveau Président des Etats-Unis. Vous allez voir pourquoi : Davida était suédoise !

sur le site internet des amis d'Augustus 
en attendant la photo en chair et en os qui suit, voici le buste de Davida
This graceful underlifesize portrait of Davida Johnson Clark (1861–1910) was a gift from Saint-Gaudens to his longtime model and mistress and the mother of his second son, Louis (b. 1889). The private token of affection also served as an early study for the head of Diana for the tower of Madison Square Garden, the most public of Saint-Gaudens’s outdoor sculptures. An over-lifesize cast of Diana is on view in the Charles Engelhard Court of the American Wing (acc. no. 28.101).


-« Augustus Saint-Gaudens est-il votre arrière-grand-père" ?

Oui, je suis la seule survivante de ses arrières petits-enfants. Davida et Saint-Gaudens ont eu un enfant, Louis Paul Clarke, mon grand-père, qui a eu lui-même trois enfants, dont mon père. Un de mes oncles est mort durant la seconde guerre mondiale avant d'avoir une enfant. Mon autre oncle a subi une vasectomie lorsqu'il avait 18 ans, sa femme a reçu une insémination artificielle dont résultent deux enfants qui n'ont appris la vérité sur leur situation qu'en 2005. Valérie qui est une artiste a choisi, à ce moment-là, d'utiliser le nom de Saint-Gaudens.

-« Votre livre est une fiction basée sur des faits réels, comment avez-vous eu toutes ces informations » ?
J'ai recueilli ces informations dans des livres, du Dr Henry Duffy, conservateur du musée national de Saint-Gaudens (dans le New Hampshire), (le nôtre, à Saint-Gaudens, est encore provisoirement fermé, mais que l’on se rassure, il ré-ouvrira…un jour !) de recherches effectuées par un ami en Suède et d'informations données par mon père. J'ai choisi la fiction car nous savons très peu de choses à propos de Davida. Seulement qu'elle est née en Suède avant d'émigrer avec sa mère aux États-Unis et que son vrai prénom était Albertina.

C’est étonnant comment tous les sujets qui m’intéressent en ce début d’année tournent autour de la Suède ! Il faut que je demande à Thomas (qui a bien d’autres choses à faire) de s’interroger sur la famille de Davida Clark, dite Albertina, dès fois qu’il y aurait une descendante canon comme sa grand-mère suédoise ?

-« À quel point cette histoire est importante dans votre famille » ?

Je pense que le fait d'écrire cette histoire est important pour mes fils. Mais aussi pour mes petits-enfants, pour les mêmes raisons qui ont fait que j'ai eu envie de l'écrire.

-« Avez-vous déjà été en France, pour voir où était né Augustus Saint-Gaudens » ?

Avec mon mari, nous avons visité la France en octobre 2015. Nous avons visité Paris, Giverny, les plages de Normandie, la Rochelle, Bordeaux, Lourdes et bien sûr Aspet. Là-bas nous sommes restés avec Viviane Jullien-Palletier et son mari Jacques, des hôtes très élégants. Nous avons rencontré le maire du village ainsi que Françoise Sarradet qui sont de grands défenseurs de Saint-Gaudens.
Je rectifie la suite de l'interview, puisque il faut citer comme descendants d'Augustus la famille Georgelin, dont notre célèbre Général past-Grand-Chancelier-de-la-Légion-d'Honneur (sic m'écrit Viviane Jullien-Palletier sus-nommée et présidente de l'Association des Amis d'Augustus siège à Aspet).

-« Dans le Comminges, Augustus Saint-Gaudens est très connu, quelle place occupe-t-il dans l'art américain » ?

Sympa Maxime de dire qu’Augustus est très connu. Je crains que ce ne soit pas si vrai que cela. Son monument de Saint-Gaudens (la ville de...), en tous cas, n’a pas été vraiment remis à niveau depuis 1943, cela fait 74 ans, à mon âge si je puis dire, il est grand temps que mes copains et moi nous en occupions !

Malheureusement, Saint-Gaudens n'est pas bien connu, excepté à Cornish dans le New Hampshire où il a vécu longtemps. Il est célèbre au Musée Métropolitain d'Arts par les collectionneurs de pièces. J'ai espoir qu'à travers mon livre, il sera plus reconnu ici aux États-Unis.

-« Quelle anecdote préférez-vous à propos de cette histoire » ?

La seule anecdote qui me vient à l'esprit est que Saint-Gaudens a sculpté un médaillon avec l'inscription «Novy» pour mon grand-père lorsqu'il avait trois ans. C'est un objet que nous gardons de génération en génération. J'ai aussi écrit une nouvelle fictive à ce sujet, car personne ne sait pourquoi mon grand-père a eu ce surnom de «Novy».

Le livre Davida : Model & Mistress est disponible sur Amazon

Propos recueillis et traduits par Maxime Noix, bravo à lui !

Alors, ce médaillon,

comment avoir une photo ?





sans vouloir manquer de respect à Davida, il me semblait bien que j'avais sa statue de dos :

l'amour d'Augustus pour elle me parait tout à fait légitime !

représentée en Diane
goodess of moon

je l'avais bien quelque part la véritable Davida !

he called : "the most beautiful woman he had ever seen"

le blog de Karen :


a conversation with Davida :

Davida: "My birth name was Albertina Hultgren and I was born in Stockholm, Sweden."


pour en savoir plus sur Novy



PS : la dernière fois :
http://babone5go2.blogspot.fr/2014/01/augustus.html

.../...

demande conseil à généalogiste !

on doit pouvoir retrouver la famille Hultgren à Stockholm :

comment poursuivre ?



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire