jeudi 6 octobre 2016

une journée ordinaire

Le vertébrologue (il ne faut pas confondre ni avec chiropracteur, ni ostéopathe) m'a ordonné une marche le matin de vingt minutes sur le sable, à la limite de la mer (il est même recommandé de marcher dans l'eau). Il ne faut pas que cela fatigue, le but est de détendre cette fichue jambe droite. Ceci fait, bain de mer. Il est évident qu'ensuite vient un repos (mérité) au soleil, histoire de s'imprégner de rayons déclenchant un assaut de vitamine D, régénératrice osseuse... etc...etc...

aller en mer

retour en mer
bain de mer, personne pour vous embêter
Je suis donc ces conseils matin et soir, comme une cure de balnéothérapie. Si l'on considère qu'un tel régime donne faim, et que cette faim doit être étanchée de fruits de mer et autres nourritures maritimes riches en phosphore, la prescription devient non seulement supportable, mais vraiment agréable, voire même alléchante.


sur la Plaça dels Vents, une adresse magnifique
Lleibieg est le vent du levant



fidéua

parillada de pescado y marisco

 Il ne faut jamais chercher très loin ce qui existe à côté : nous apprenons (de source autorisée) que le restaurant situé à gauche sur la place centrale est le meilleur qualité-prix de tous les environs, à tel point qu'on y sert des recettes de mère de patron-pêcheur, avec des plats comme fidéua (au pluriel fidéus) qui sont comme des petites pâtes, enrobées du jus du poisson rejeté par le pêcheur, et cuit par son épouse, poisson jugé non présentable à ses clients. J'apprends même qu'il existe une sorte de bouillabaisse locale, dénommée "suquet" (on prononce souquet), que la patronne est prête à nous cuisiner tous les jours qui restent de la semaine, avec la précaution qu'elle ferme dimanche prochain (après une saison folle où toute l'Europe a débarqué sur les plages de la Costa daurada).

Voici en toute exclusivité, un repas complet qui commence par une entrada. Se poursuit par un premier plat d'aubergines farcies (nous sommes typiquement dans le régime crétois). Pour se poursuivre par une parillada de poisson superbe. Et se conclure (avant le café)  par un flan-maison délicieux. Arrosé de blanc et rouge, comme nous sommes six, chacun y trouve son compte.

Le tout pour douze euros soixante quinze !

trouvez-moi cela ailleurs ?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire