mercredi 19 octobre 2016

Château Saint-Marcet

la dernière visite guidée

Privilège samedi 15 octobre : d’abord le soleil est éclatant, contraste entre la barrière enneigée des Pyrénées au loin, et le soleil ardent, avec des papillons qui volent et se poursuivent dans ce dernier beau jour de l'été indien. 

Ensuite nous sommes reçus à 100 mètres d’altitude plus haut que la plaine alentour, par le propriétaire du château de Saint-Marcet. Douze ans après ce qui a été l’achat de ruines, utilisées deux cents ans durant par les voisins pour s’approvisionner gratuitement de matériaux, dont pierres de taille pour construire porcheries, granges et maisons, le propriétaire, dont je cacherai le nom, a réussi : il a relevé les bases du château, Il a préservé la fameuse étrave du navire qui n’a de semblable que celle du château de Beaucaire. Il a relevé le donjon à moitié, assez pour dominer le paysage environnant. Il a déblayé la salle de garde, qui lui sert de dépôt de deux mille ans de fouilles. Et il s’est construit un domicile médiéval, charmant, plein de goût, assez chic pour y vivre toute l’année.

la tour maitresse de Beaucaire
le même plan triangulaire





















Le privilège de cette ultime visite était destiné à l’Amicale Abbal, qui fête ses neuf ans d’existence, et réunissait une trentaine de membres pour une visite amicale très sérieuse : le propriétaire est non seulement un bâtisseur émérite, féru de techniques anciennes comme l’usage du béton romain. Opiniâtre quand on pense que, seul avec une brouette, il aura mis deux années à dégager la salle de garde !

Mais ce qui est exceptionnel, est l’érudition du personnage, qui vous parle de Louis IX dit Saint-Louis, de Charles VII, des croisades, du duché de Comminges, comme s’il en était la réincarnation. Le château est célèbre pour avoir hébergé vingt ans Marguerite de Comminges, à vrai dire cloitrée de force par son époux, pour quel destin : une vie enfermée dans une sorte de prison, mais aussi sa mémoire flétrie, puisqu’on a fait croire que c’était une criminelle, abominable, tueuse d’enfants.




à l'étage, on entrevoit le dessus de la citerne qui recueillait l'eau de pluie des toits disparus







un paysage de ¨Provence !

Comme toujours en France, une visite se termine par un goûter : tout avait été porté sur place par les organisateurs, qui ont pu se payer le luxe de convier le Seigneur du Château à un thé aux cakes.


désormais, les visites sont permises les week-end : n'abîmez rien !

le temps du propriétaire est précieux :

il reste tellement de travail pour poursuivre la restauration !

couronne comtale ?

rendez-vous pour le millénaire :

...en 2028 !


la dernière fois : http://babone5go2.blogspot.fr/2015/11/le-dernier-seigneur-de-marcet.html

par discrétion, les photos montrant le propriétaire ont été supprimées

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire