mercredi 10 juin 2015

Jurassic World


Dix juin, sortie mondiale, nous sommes donc dans la grande salle du Régent. Tous les ados sont venus, parfois avec leurs parents, deux heures de relief 3D, applaudissements à la fin, nous sommes transportés (d’émerveillement, vive le cinéma) !

Dommage, quand on se lève après les deux heures de spectacle, aucun reptile dressé ou pas à la sortie, le monde réel est bien tranquille ! Dommage, impossible pour un mec quel qu’il soit de briller devant sa belle en la protégeant d’un animal en folie qui roderait dans les couloirs !

ça c'est un mosasaure, un orque à côté a l'air d'une fillette !

On est donc dans -65.000 ans. (un peu plus). Mais aussi  en plein OGM : car non seulement les  généticiens ont ressuscité les dinosaures. Ca c’était dans la version d’origine, il y a 22 ans ! Mais tant qu’à faire le spectacle, (il s’agit du parc mondial le plus grand du monde, encore plus que le Puy du Fou par exemple) autant tripoter leurs gènes pour les améliorer : transparents comme une seiche. L’intelligence d’un singe. L’odorat d’un chien chasseur de truffes ; et l’agilité du serpent. Pour tout dire, le nouveau Tyrannosaure déjà Rex a un Q.I d’humain surdoué ! Et ils se parlent entre dinosaures ! Ils réfléchissent. Nous les humains, on est mal barrés ! (il faut dire qu'on n'est pas encore génétiquement améliorés).


C’est ainsi qu’un savant (fou comme le sont en puissance les généticiens et créateurs d’O.G.M) a créé un prototype carrément déviant, et indompté, qu’il a nommé (encore l’usage du latin, je n’en reviens pas que les américains continuent d' utiliser cette langue pourtant morte, enfin !) indominus rex.


Alors qu’au contraire, le héros (ex marine) Chris Pratt arrive (parce qu’il les impressionne comme ex marine) à se faire obéir des vélocirapors de race pure, si l’on peut dire. Ces derniers se conduisent d’ailleurs comme de bons soldats, ce qu’un traitre (il y en a un forcément avec une bedaine prononcée qui manifeste son abandon du sport) souhaite utiliser pour l’armée (américaine) de manière à remplacer les marines (pourtant au top) par des animaux encore plus féroces. Leur usage en plus économiserait des vies humaines, même si l’on devine que le prix de revient d’un velocirapotor OGM n’est pas donné !

ballade au milieu des triceratops dans une bulle géniale sur coussin d'air

On s’aperçoit au cours du film que Chris Pratt (le héros-ancien-marine-devenu-dompteur-de vélocirapors) arrive peu à peu à dompter l’héroine (humaine), la (belle) Claire Dearing, dans la vie Bryce Dallas Howard. Elle est Chef du Parc. Lui est son subordonné. Vous savez cependant la précarité statutaire d’un Chef d’Entreprise de sexe féminin, (qui joue de sa silhouette, porte des chaussures à talons, et fait certes impression dans une salle de réunion), mais se révèle fragile dans la jungle, en situation de combat. C’est le cas (dans ce cas) : on doit reconnaître qu’elle est bien foutue, mais un peu bornée, je dirais même un peu conne, (ce qui l’oblige à un rôle de composition). Mais au fil des évènements, le film la révèle courageuse, audacieuse même dans la difficulté, et (à la fin) le marine (pourtant de grade inférieur) finit par la séduire, (il en a dompté d’autres, notamment les femelles de vélociraptor) et elle succombe (sentimentalement) à son tour,  il faut dire qu' il assure ! (dans l'Administration, elle le proposerait au grade supérieur pour pouvoir l'épouser, et ils joindraient leurs deux salaires, plus tard leurs retraites, sauf contradiction fiscale bien entendu).

en position difficile, il va bien falloir qu'un mec s'en mêle !

Allez-y !


C’est trop cool !

Bryce Dallas Howard remet la frange à la mode

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire