samedi 13 juin 2015

Caddy V.9

Comme je viens de regarder de très près un caddy réel, et non pas des photos, je puis énumérer les critères auxquels doit obéir un pare-brise-modèle, réduction précise du vrai :

voilà ce qu'"ils" ont osé sur le caddy de ce matin !
incroyable !
derrière, Henri Dupire sur son stand

Commençons par l'exigence absolue, la solution chez Bugatti :


























Dans les deux cas, on ne voit pas les détails ! Il existe deux parties identiques, attachées latéralement sur les côtés droit et gauche de la carrosserie. 

Pas de montant central, ce qui ne facilite pas les choses.

Les deux vitres sont entourées d'un U nickelé qui fait le tour sauf dessus.

Ca pivote, d'où les boutons moletés en haut des parties latérales. Sur l'Amilcar qui suit, on simplifie puisque les vitres ne pivotent pas. Le montant latéral est "collé-vissé" sur les montants latéraux et sa partie basse se visse sur la tôle.



Ce matin j'observe en détails un Darmont, dont le pare-brise reprend le même système :


voici le détail :  à droite, même montage : c'est un plat qui se visse sur la carrosserie, et vient entourer le U qui tient la vitre :


à gauche, forcément la même attache. Encore faut-il inventer un U qui se courbe harmonieusement comme en vrai autour de la vitre !


et au centre ?




 vous avez capté ? 

le montant latéral central de chaque vitre est en réalité un H, d'un côté il pince la vitre; De l'autre, il pince le montant central, qui se visse en partie inférieure sur le capot.

Conclusion : réaliser la synthèse (un homme de gauche n'aurait pas dit mieux) entre Bugatti ; Amilcar et Darmont. Savoir courber (à chaud I presume) du U laiton. Imiter un bijoutier professionnel, avec ses brasures argent. (En modélisme, le plus facile est souvent de reprendre les montages réels) !


..et passer à l'acte...


... échelle 1/7°


il est vraisemblable qu'il y aura d'autres billets à l'avenir : 

V.10 ; V.11, voire au-delà ? ?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire