jeudi 26 décembre 2019

Le crâne de Jean Baptiste à Amiens


Nous sommes en 1130 à Amiens : déjà un incendie détruit une grande partie de la ville : même décision qu’à Paris, une nouvelle église de style roman est édifiée entre 1137 et 1152, année où elle est consacrée. L'église, qui conservait déjà les ossements des principaux saints locaux (Gentien, Fuscien, Victoric), voit son prestige s'accroître de façon spectaculaire avec l'arrivée, en 1206, du chef de saint Jean Baptiste.

Oui, la tête décapitée du baptiste, avait été mise de côté,
 enterrée par Hérodiade dans l'ancien verger d'Hérode !

L'invention de reliques intervenait, au Moyen Âge, à des moments cruciaux pour les cathédrales, leur permettant de sortir de difficultés financières, et de réaffirmer le pouvoir de l'évêque. Comme je vous l’ai montré pour Marie-Madeleine il y a pile un an (2), retrouver les reliques de Jean Baptiste était un moyen particulier pour assurer la promotion d’une église, comme celle d'Amiens.


En 1204, lors du sac de Constantinople par les croisés, au cours de la quatrième croisade, le chanoine picard Wallon de Sarton, chanoine de la collégiale Saint-Martin de Picquigny, déterra le chef de saint Jean-Baptiste (auquel manquait la machoire inférieure) et ramena cette relique insigne en Picardie. Comment s'y prit-il ? Procédant à des fouilles à l'endroit du meurtre, il retrouva le grand plat d’argent marqué d'une inscription en grec, dans laquelle la relique reposait !

Jan van Steffeswert 1508, Liège musée Grand Curtius
sculpture bois


Plat que Walon se dépêche de vendre pour payer son billet retour en France... Et voilà la relique à Amiens. Un super pèlerinage se met en place. Il servira de prétexte à Charles VI pour faire venir Isabeau de Bavière, qu’il épousera dans la cathédrale picarde le 17 juillet 1385. Près de deux cents ans avant, la relique était solennellement reçue, à Amiens, par l'évêque Richard de Gerberoy, le 17 décembre 1206, lors de la cérémonie de la receptio. Vous remarquez ? toujours le mois de décembre ! Très rapidement, elle devient l'objet d'un pèlerinage, un des plus importants du Nord de la France durant tout le Moyen Âge, et l'une des principales sources de revenus de la cathédrale. De nombreux princes français et étrangers viennent l'honorer. Mais la tête du saint attirait surtout les personnes atteintes de surdité, de mutisme, de cécité et avant tout les gens atteints du «mal saint-Jean », c'est-à-dire d'épilepsie. Rapidement, cet afflux rendit la cathédrale romane trop petite…

… elle fut alors agrandie, jusqu’à devenir la plus grande cathédrale de France, bien plus grande que Notre Dame !

église orthodoxe


Nos amis Parisiens feraient bien d'en prendre conscience, et de permettre à notre Général commingeois d’imposer une ouverture d’esprit architecturale telle, qu’elle permettre la rapide reconstruction de la cathédrale de Paris : peu importe la nature de la flèche si elle continue d’être belle : et si l’on veut voir de l’authenticité, il suffit de se rendre à Amiens, pour y voir « la lumière dans les ténèbres » annoncée par Jean Baptiste !


demain, c'est la fête de Saint Jean... l'évangéliste

nous serons à + 5 jours du solstice d'hiver ...

... à Saint-Bertrand en Comminges !

ce reliquaire d'argent se trouve à la cathédrale de St Bavon, Gand

tout n'est pas beau qu'à Paris !


PS (1) : la suite d'hier : Saint Jean Baptiste mène une vie d'ascèse « caché dans le désert », se nourrissant de « sauterelles et de miel sauvage » (Matthieu III:4), et pratiquant le jeûne.

Si on suit l'Évangile selon Luc pour dater vers l'an 29 le moment où Jean Baptiste commence à prophétiser, il est à cette époque installé sur les bords du Jourdain, où il pratique le « baptême de repentance » par immersion dans l'eau, ce qui est légèrement différent de la description de son baptême par Flavius Josèphe.


Jean réunit autour de lui de nombreux disciples, leur annonçant la venue d'un personnage plus important que lui, que la tradition chrétienne interprète comme le Messie : « Moi, je vous baptise avec de l'eau, pour vous amener à la repentance, mais vient celui plus fort que moi, et je ne suis pas digne de porter ses sandales. Lui vous baptisera dans l'Esprit saint et le feu » (Matthieu III:11).

un éclat d'os du crâne fait aussi l'objet d'une autre relique



PS (2) https://babone5go2.blogspot.com/2018/12/marie-madeleine-au-louvre.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire