jeudi 19 décembre 2013

André Abbal (seconde partie)


la femme sur le bœuf ?

Et pourquoi pas Europe ? Comme si André Abbal n’avait pas dans sa jeunesse parcouru l’Europe, y recherchant en Italie notamment les traces de la culture classique, de la sculpture des anciens, et des mythes fondateurs ! Certes, on aurait tendance à le prendre pour un paysan de Carbonne, roulant les « r », et sculptant uniquement des oiseaux rustiques ;  des molosses ; des laboureurs ; des moissonneuses et des vendangeuses. Sans compter les poilus de la guerre de 14 naturellement. Mais il fréquente à Paris la Villa  Brune. Lit beaucoup, adore les poètes, comme Maurice de Guérin dont je vous ai déjà parlé ; et est très érudit.

 
les molosses du mobilier national
Avez-vous déjà observé la statue d’une femme montant un taureau quelque part a proximité d’une institution européenne ? Peut-être sur une pièce grecque de 2 euros ? Avez vous déjà scruté la gigantesque mosaïque au sein du bâtiment Paul Henri Spaak du Parlement européen ? Etes vous allé en Arles admirer la mosaïque d’Europe ? à Byblos quasiment la même ? A Pompéi la célèbre peinture ? Ou admiré les peintures de Gustave Moreau ? Mais à quoi cela fait-il référence ?










J’ai déjà tenté de vous le présenter dans : http://babo-gazettedesarts.blogspot.fr/2011/08/europe.html



il n'y a pas une, mais deux mosaïques en Arles

la fresque de Pompéi
Permettez qu’aujourd’hui, je récidive :

Je vous ai déjà présenté la version la plus commune de cette vieille légende. Selon la mythologie grecque, une jeune Phénicienne nommée « Europe » attire l’intérêt de Zeus, roi de l’Olympe. Dés la vue d’Europe, Zeus est épris de sa beauté et de sa grâce, et met immédiatement mis en œuvre un plan dont il est coutumier : se déguiser ! Pour éviter de déclencher la haine d’Héra, sa femme, et pouvoir frayer son chemin jusqu’à la jeune fille, il décide de se métamorphoser en  taureau. Mais pas n’importe lequel : il faut qu’il soit super-sexy, blanc, le poil soyeux, élégant, pas macho du tout. C’est bien la sculpture du bœuf que nous présente Abbal ! Calme, couché, tout le contraire de l’animal farouche et guerrier des corridas !
 


 


















Alors que la jeune fille cueille des fleurs, (que pouvait-elle faire d’autre à l’époque ?), elle aperçoit le taureau et, fascinée par ses flancs charmants et son tendre comportement, le caresse avant de monter sur son dos. Zeus n’attendait que cela pour l’enlever et nager jusqu’en Crète, où il lui révèle sa véritable identité. Bien entendu, ils ont des rapports amoureux, et Europe tombe enceinte, mettant ainsi au monde Minos, qui allait devenir roi de Crète…et combattre le Minautore !

Le mythe n’est pas un symbole officiel de l’Union Européenne, au contraire du drapeau, de l’hymne de Beethoven, ou de la charte. Cependant, il peut être considéré comme un symbole quasi-officiel voire une personnification supranationale des nations adhérentes ; de l’aire géographique à l’ouest et au nord de la Grèce telle qu’elle fut définie par les anciens Grecs ; plus tard du territoire au-delà de l’Afrique, commençant au détroit de Gibraltar, et englobant peu à peu les pays du nord.

L’euro a été introduit en 2002 et marque la transition qui s’est opérée vers une nouvelle Europe. En cette période de changement, l’image se trouvant sur la monnaie grecque est là pour apporter l’assurance de la continuité : la nouvelle Europe est aussi l’ancienne Europe, avec sa très ancienne tradition qui remonte à la Grèce ancienne.
 
la mosaïque de Byblos
Alors, la mythologie ? Le dieu taureau ferait-il figure de Président de l’U.E, arrachant (la déesse) Europe afin de l’amener vers l’unification à la fois économique et culturelle (non désirée) ? Europe est-elle une victime naïve et passive ou bien une aventurière qui prend le taureau par les cornes et invente un destin ? Le taureau est-il le symbole d’un monde désespérément amoureux de la merveilleuse Europe ? Peut-être. Cela dépend simplement de qui lit le mythe et de son attitude à l’égard de l’Union.

L'oeuvre d'Abbal à Saint-Gaudens, scultpée après la seconde guerre mondiale, apparait bien, d'évidence, comme celle de l'Europe apaisée !
 

ce bronze n'est pas d'Abbal, mais Art-Déco quand-même

Pour en revenir à notre statue,

au pays de l’élevage bovin, et du veau sous la mère,

ce serait dommage de la réduire à une allégorie agricole

ne trouvez-vous pas ?

il existe déjà une version africaine d'Europe où Zeus s'est transformé en rhinocéros !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire