lundi 15 avril 2019

Retour à Montmaurin ... en vol !



Longtemps que je n'étais pas allé à Montmaurin ! C'est le musée d'Aurignac qui m'envoie, à force de représenter le lion (de Montmaurin), la mâchoire (de l'homme préhistorique de Montmaurin) tous ces motifs de la célébrité de ce lieu pourtant un peu perdu.

J'emmène donc le drone et me rends sur place, accueilli par Anita de F. Mes histoires d'eau me reprennent, sachant que tout le monde continue de se poser la question de l'alimentation en eau d'une villa romaine, qui non seulement disposait de thermes, mais même d'une salle de douches ! Une salle de douches suppose de l'eau venant de haut si ce n'est sous pression, donc de l'eau tout-court, à une altitude telle que l'eau remonte les deux mètres nécessaires pour asperger un centurion moyen.



Le découvreur de la Villa romaine, Georges Fouet, avait bien identifié un château d'eau (démoli) proche de la Save. Les spécialistes avaient bien placé (fictivement) une noria dans la Save pour faire monter l'eau à la cote suffisante. Mais le doute subsiste sur ces explications, un peu trop littéraires, et la solution finale reste à trouver.

les ruines du château d'eau romain ? ?

J'apprends qu'un colloque scientifique international a eu lieu sur place du 1er au 4 avril, pas de chance, je n'ai pas été informé, dommage, car était prônée "une transversalité nécessaire pour une meilleure connaissance du Territoire". Tous les spécialistes étaient là, et ça devait être passionnant. Dans l'immédiat, les objets trouvés sur place sont inventoriés à Toulouse, avant de revenir sur place dans un centre en construction sous l'autorité de Christian Landes, conservateur du patrimoine au centre des musées nationaux. Il y a des majuscules partout, pardon de les avoir occultées.


vous vous rendez compte ? ouverture par Yves Coppens lui-même !


J'en apprends des choses : les thermes étant à l'opposé de la Save, on ne comprend pas pourquoi l'eau serait arrivée de l'autre côté de son origine. Or, il existe une doline tout près, visible seulement d'avion, et la légende raconte que Norbert Casteret désirant trouver l'origine de l'eau de la doline avait coloré à la fluorescéine la rivière, et que la doline s'était colorée en vert aussi ! Or un fossé permet de recueillir les eaux du trou parfaitement rond, et de poursuivre son cours le long de la route. Je lis des tas de revues, apparemment aucun géomètre n'a mesuré la cote de la doline, ni celle des thermes, pour vérifier s'il existe une dénivelée entre la source et la destination : ces scientifiques manquent vraiment d'à propos dans la transversalité, ils devraient faire appel à des sourciers pour rechercher la cote de la nappe phréatique, et des Ingénieurs du Génie Rural pour reconstituer le projet d'alimentation en eau de la Villa ! Je n'ose proposer mes services ?

quelques fossés tout près, on imagine bien la doline alimenter les thermes à gauche de la villa
la tache arborée désigne à droite les ruines du château d'eau imaginé par G.Fouet

les fossés de raccordement intacts depuis 2000 ans se jettent maintenant dans la Save à droite


le fossé recueillant les eaux de débordement de la doline se jette dans le fossé de la route

Un archéologue digne de ce nom ne devrait jamais se déplacer sans niveau ni drone. Je n'ai pas de niveau mais mon Phantom m'accompagne : je le mets en route, voici le résultat :


on voit bien le canal d'amenée, aujourd'hui converti en drain
Je me rends à la Hillière, où existe là encore une résurgence, utilisée au XIXè S comme lavoir, repéré par les deux bornes : tout ce coin est imbibé d'eau, et le débit est même assez soutenu  !



le courant montre que l'eau coule bien vers la Save ainsi réalimentée

là encore ce pentagone se remplit de l'eau de la nappe qui remonte en cas de fortes pluies

pareil à la Hillière : l'eau affleure partout !

quand va-t-on déboucher cet hexagone, qui doit piéger la résurgence ?

la mosaïque dans la chapelle de la Hillière

et le réseau de chauffage


Parfait comme ballade : la science avance : on reverra un jour les objets autrefois présentés dans le Musée, et on saura peut-être comment la villa était alimentée en eau ?

mais ... comment pratiquer l'archéologie sans géomètre, 

sans hydraulicien, 

et sans drone ?

la transversalité du Territoire y gagnerait !

mosaïque de Montcaret, en Dordogne

qu'une piscine soit décorée de poissons est bien normal !




PS : lors de mes dernières visites, le musée était complet de ses objets :
                                            à

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire