mardi 16 avril 2019

Notre Dame a brûlé !


Cinq février 1994, nous habitons Rennes, un petit studio à proximité du Parlement : la veille, des hordes de pêcheurs manifestent en ville, torches à la main. Les forces de l’ordre les aspergent de gaz, les civils en prennent dans la figure, les yeux en larmes, seule issue, se réfugier à l’intérieur en barricadant les fenêtres. L’une des fusées éclairantes, une arme incendiaire comme les utilisaient les armées au Moyen âge,  est envoyée sur le Parlement de Bretagne. Personne apparemment ne fait de ronde la nuit, le feu couve. Au matin, il est six heures et demie, nous sortons, odeur de cendres, spectacle sidérant, la toiture brûle, sauvagement, et rapidement, au rouge des flammes succède une absence : le toit disparaît, laissant le bâtiment décoiffé, vide, estropié. La restauration durera trois ans, et coûtera 35 millions d’Euros. Aujourd’hui, l’armature du toit est en fer, qui se souvient ?


Peut-on croire aux signes ? Je n’y crois pas plus que vous, mais ... je constate des coïncidences. Il n’y a pas de hasard, dit-on, mais des rencontres ! Bref je ne crois pas ... mais je constate.

qui peut savoir ?

On s’attend hier soir à l’intervention (miraculeuse) de Jupiter. Les conseillers parlent d’effet wahoo. Drôle de vocabulaire, mais pour frapper la Nation, le Président va annoncer des mesures chocs, que seuls quelques proches connaissent, tellement choquantes qu’elles vont réveiller le Quinquennat, frapper le Peuple souverain, et relancer la confiance ! Alors on attend l’intervention programmée pour vingt heures pétantes.

Et voilà qu’on nous annonce l’inattendu : le voilà l’effet Wahoo !

Notre Dame brûle !


Un ouvrier (inattentif) a laissé un foyer allumé dans ce que l’on nomme la forêt, la charpente en chênes qui a nécessité une forêt tout entière pour couvrir Notre Dame. Le Maitre d’ouvrage, qui est-ce ? … un architecte des Monuments Historiques j'imagine, ne s’est pas rendu sur place, dans la fameuse forêt, pour vérifier si aucune lampe à souder n’était restée allumée. Forcément, il est dix huit heures trente, tout le monde rentre à la maison, écouter le Président nous dire en vingt minutes déjà enregistrées,  comment il va révolutionner la Démocratie.

Notre Dame Brûle, la maison commune, un lieu d’Histoire, Victor Hugo, Quasimodo joué par Antony Quinn, l’inhumation du Général de Gaulle et de François Mitterand réunis. Le monde est frappé. Même Valérie Pécresse qui promet 10 millions de suite n’ose à peine dire que c’est (aussi) la Maison des catholiques, de peur de paraître clivante : les racines chrétiennes de Paris, ça ne se reconnait pas si facilement, on est et on reste laïque bon sang, la Maison commune, certes, mais une Cathédrale, gérée par un Archevêque ... délaissé par des croyants en déshérence...!

consternation

Interventions, même le Président Trump s’exprime, n’hésitant pas à prononcer quelques conneries de plus, en réclamant l’intervention des Canadairs !

Nikos est sur place. Il accueille Gautier Capuçon, de retour de New-York,  venu avec son violoncelle jouer une pièce de Fauré : « après nos rêves » !


Et alors, quelle suite ? Je vois déjà les architectes se battre : va-t-on défricher une forêt, une forêt de chêne, pour reconstruire Notre Dame ? Telle va être la thèse âprement défendue par les Architectes des Monuments Historiques, soucieux d'une revanche, après avoir bêtement laissé brûler la forêt d'origine, qui avait résisté à 850 ans d’histoire dont la Révolution, la Commune, deux guerres mondiales, et l’occupation de Paris après la défaite devant l’armée Allemande ?



Va-t-on utiliser des techniques modernes : une charpente en fer, comme pour le Parlement de Bretagne ? La reconstruction serait moins chère, ce serait plus rationnel d'utiliser les technologies de notre temps, et donc plus rapide.

Mais plus grande question encore : le Président va-t-il parler ?

et quand ?

et pour quoi dire ?

Il a fait le plus urgent : il a lancé la souscription nationale

La Nation est aujourd’hui debout tout entière pour reconstruire Notre-Dame

et vite !

Beaucoup prennent conscience :

de part en part, la planète brûle elle aussi

c'est aussi la maison commune !

Il faut sortir les pompiers de Paris pour protéger la Planète

merci, et chapeau à eux !


la couronne d'épines sauvée
et la chemise de Saint-Louis !

la musique met de l’ordre dans nos peines

(à suivre)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire