jeudi 4 avril 2019

Les oubliés de Gauvain Sers




Peut-on chanter la province-périphérique ? Oui : c'est le cas de Gauvain : né à Limoges, Gauvain Sers a vécu dans son enfance à Dun-le-Palestel dans la Creuse... Dans la Creuse !  Son père est professeur de mathématiques et sa mère est pharmacienne ; il a trois frères.


Après son baccalauréat scientifique, il va étudier en classes préparatoires scientifiques à Paris, puis intègre l'école d'ingénieur ENSEEIHT à Toulouse. Vous pensez si ce parcours me branche ! Ensuite, il suit des cours de composition musicale et d'écriture à la Manufacture Chanson à Paris.

À partir d'octobre 2016, il est choisi par Renaud pour faire la première partie de sa tournée intitulée le Phénix Tour, sur plus de 75 dates de concert. Il participe également à différentes émissions de télévision ou de radio avec le chanteur, notamment Merci Renaud sur France 2 aux côtés de Julien Clerc, Patrick Bruel et Bénabar. Parallèlement, il fait les premières parties de Tryo, Yves Jamait, Benoît Dorémus ou encore Manu Galure. Il se produit en tête d'affiche au Café de la Danse de Paris, le 24 mars et le 29 avril 2017....jusqu'à ...ce que ...

...en décembre 2018, sorte la chanson Les Oubliés qui parle des campagnes et des laissés pour compte dans la société française actuelle qui marche « à deux vitesses ». Cette chanson lui a été inspirée par les regrets et les souvenirs d'un instituteur de l'école de Ponthoile dans la Somme fermée en 2018. Il en fait un documentaire, diffusé en plusieurs parties sur YouTube. La première sort le 25 janvier 2019. De février à avril, il fait une tournée acoustique dans les « villes oubliées » de France, comme Tilloy-lès-Mofflaines, Ponthoile ou Dun-le-Palestel... 

... voici : "les oubliés"...!


Devant le portail vert
De son école primaire
On l'reconnait tout d'suite
Toujours la même dégaine
Avec son pull en laine
On sait qu'il est instit'
Il pleure la fermeture
A la rentrée future
De ses deux dernières classes
Y paraît qu'le motif
C'est le manque d'effectif
Mais on sait bien c'qui s'passe

On est les oubliés
La campagne, les paumés
Les trop loin de Paris 
Le cadet d'leurs soucis

A vouloir regrouper
Les cantons d'à côté
En trente élèves par salle
Cette même philosophie
Qui transforme le pays
En un centre commercial
Ça leur a pas suffi
Qu'on ait plus d'épicerie
Qu'les médecins s'fassent la malle 
Y'a plus personne en ville
Y'a que les banques qui brillent
Dans la rue principale

On est les oubliés
La campagne, les paumés
Les trop loin de Paris 
Le cadet d'leurs soucis

Qu'il est triste le patelin
Avec tous ces ronds-points
Qui font tourner les têtes
Qu'il est triste le préau
Sans les cris des marmots
Les ballons dans les fenêtres
Même la p'tite boulangère
Se demande c'qu'elle va faire
De ses bonbecs qui collent
Même la voisine d'en face
Elle a peur, ça l'angoisse
Ce silence dans l'école

On est les oubliés
La campagne, les paumés
Les trop loin de Paris 
Le cadet d'leurs soucis

Quand dans les plus hautes sphères
Couloirs du ministère
Les élèves sont des chiffres
Y'a des gens sur l'terrain
De la craie plein les mains
Qu'on prend pour des sous-fifres
Ceux qui ferment les écoles
Les cravatés du col
Sont bien souvent de ceux
Ceux qui n'verront jamais
Ni de loin ni de près
Un enfant dans les yeux

On est les oubliés
La campagne, les paumés
Les trop loin de Paris 
Le cadet d'leurs soucis

On est troisième couteau
Dernière part du gâteau
La campagne, les paumés


Le président (non, le Président) est à Saint-Brieuc hier,
puis à Bastia ce mdi

il y termine le grand débat...

...que va-t-il sortir de là
pour les campagnes,
pour les Bretons, pour les Corses

comment pourrait-il n'oublier personne ??

je crains qu'on attende

 de lui l'impossible ?

j'ai retrouvé cette contestation aux Pyrénéennes de septembre 2018


les trains ne circulent plus sur notre pont Eiffel
...la métropole Lyonnaise s'asphyxie sous ses propres déchets ...

... pareil pour la Capitale mondiale où vivent les premiers d'entre nous :
les voitures ont laissé place aux ordures !




la musique met de l'ordre dans nos peines 





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire