lundi 20 février 2017

Papillons improbables (5) Croesus


Croesus ou la gloire de Wallace


et de Jean-Marc, 

tout au bout du bout du monde !

C'est un film produit à l'origine par FR3, durée 52 minutes. Super, il vient d'être vendu à Ushuaïa, une référence ! Décrire tout cela, commenter, toute une aventure ! L'histoire complète mérite d'être publiée : de quoi écrire un  livre, qui aurait pour titre : "papillons improbables" ! !

En deux mots : mon copain Jean-Marc a comme tout le monde sa partie visible, il est infirmier. Vous allez me dire :-"rien de très original, il sauve des vies, a des horaires épouvantables, élève ses enfants, (comme tous les hommes sérieux, ...il aime sa femme)". 

Voilà c'est la partie dite "manifeste"

La partie latente, cachée, est la façon dont il occupe ses loisirs, mieux, dont il occupe sa vie. Il se trouve qu'il est (va savoir pourquoi) (irrésistiblement) attiré par les papillons, ce qui nous rend très proches. Il commence à les chercher dans les Pyrénées, parce que c'est la région proche de Toulouse, et je vous ai expliqué que la géographie des lieux maintenait les espèces les plus rares en vie, donc repérables par les yeux avertis. Jean-Marc cherche et trouve aussi bien les lys martagons que le Gavarnie blue. Puis tout sur Graellsia Isabellae. Franchissant la frontière il prend goût aux relations internationales. Fréquentant le Musée d'Histoire Naturelle de Toulouse et son (charismatique) directeur Francis Duranthon, il feuillette dans le texte les aventures de Wallace. Wallace montant dans des bateaux à voile sans confort. Découvrant l'Indonésie sans carte bleue, sans portable, et sans GPS pour s'orienter. Et montant sa propre théorie, plus fine encore que celle de Darwin, sur l'évolution des Ornithoptères dans les îles : le même papillon à la base ; une variété de couleur différente dans chaque île.

Croesus est en haut. Le plus rare, le plus mythique, jamais retrouvé.
Bien entendu, les autres sont pas mal du tout !
en bas Urvillianus, découvert par Dumont Durville
décrit par Matsuka tout en bas
avant, on consultait les bouquins (sublimes) de d'Abrera butterflies

comment au temps de Wallace, les indigènes chassent Croesus à l'arc


on trouve tout sur internet, dont les aventures de Wallace
visite dans les armoires blindées du MHN de Londres

l'exemplaire N°1 jamais trouvé par Wallace
et rentré intact depuis l'Indonésie dans un bateau à voiles !




Cent cinquante ans plus tard, les Japonais et les Allemands se disent : -"le papillon Croesus (en or) de Wallace existe-t-il encore, son biotope étant défriché pour planter des palmiers à huile" ?

Comme pour repérer un papillon, il faut connaitre le terrain, et la plante nourricière, espérer qu'il fera beau, et tomber dessus pile-poil les rares jours où il vole, le risque est énorme de passer à côté.

C'est ce qui arrive au collègue japonais, qui a relevé le défi de photographier toutes les espèces décrites il y a 150 ans (il y arrive presque).


la liane nourricière Musanda

Notre Pyrénéen par contre  monte des expéditions tous les ans, persiste, contacte sur place "celui-qui-sait", l'apprivoise, se fait emmener sur les lieux (à pied, sans route, en marchant dans l'eau des ruisseaux entouré de bête-qui-piquent), sans magasin-Leclerc, (oui il y a encore de rares coins de la planète où Leclerc ne s'est pas installé), dans la brousse initiale) et retrouve la bête merveilleuse, toute d'or, énorme, grosse comme un oiseau (c'est le plus rare des birdwing). Il filme l'accouplement. La chenille. La naissance. Le vol du mâle. Celui de la femelle toute peinte d'encre de chine, noir et blanc. 



Croesus existe toujours

Il s'est réfugié dans des coins (encore) inaccessibles

le Paradis existe...dans l'ile de Bacan

au bout du bout du monde !



mes copains sont des aventuriers toujours très photogéniques

toutes ces photos sont des captures d'écran du film FR3

vente et reproduction interdites !

le livre de Hirotaka Matsuka
il y a tous les Ornithoptères sauf...Croesus !


comment on protège les papillons de la destruction de leurs biotopes par les palmiers à huile :
faire faire des élevages locaux
rapportant davantage que la culture des dits palmiers
en sauvegardant la forêt d'origine

la solution : 

payer ce trésor élevé par les locaux

son juste prix :

qu'ils puissent en vivre décemment


regardez la chaine Ushuaïa

"Aventuriers, aux frontières de l'exploration"

le 14 mars à 21H30

le film complet de 52 mn







une prochaine fois :




Croesus a une quantité de cousins !
4ème ligne à gauche : wallacei, sans taches aux postérieures
et à droite, lydius
(à suivre)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire