jeudi 24 novembre 2016

Le carnet de Van Gogh au Seuil

Promesse tenue : le carnet inédit caché, retrouvé, publié, promis pour maintenant, c'est maintenant !

http://babone5go2.blogspot.fr/2016/06/un-carnet-inedit-de-van-gogh.html.

-"Voici la découverte la plus révolutionnaire de toute l’histoire de l’œuvre de Van Gogh. Non pas un dessin, ni dix, ni même cinquante, mais soixante-cinq !"....

....annnonce Ronald Pickvance !

Du livre de comptes, autrement appelé "brouillard", offert par monsieur et madame Ginoux, les propriétaires du Café de la Gare à Arles, Vincent Van Gogh a fait un carnet de dessins qu’il a emporté avec lui pendant deux années cruciales, dans ses pérégrinations en Provence, entre février 1888 et mai 1890, pour réaliser des paysages, des esquisses, quelques portraits, dont celui de Gauguin, et son autoportrait, de face, saisissant. On découvre ainsi toute la gamme du génie dans les derniers mois de sa vie, juste avant la remontée fatale vers Auvers-sur-Oise.

la fameuse maison jaune : un atelier d'artiste rêvait Vincent



tout ce qui reste de la maison  jaune, ce sont les ponts de chemin de fer derrière l'emplacement vide





Ce document d’une valeur historique et esthétique inestimable a traversé plus de cent vingt ans d’oubli pour ressurgir aujourd’hui comme un trésor intact, dont l’analyse détaillée de Bogomila Welsh-Ovcharov permet de saisir toute la mesure et le retentissement. Elle raconte l’histoire passionnante de ce "brouillard", et resitue chaque dessin dans le contexte de l’œuvre de Van Gogh et de son séjour à Arles puis à Saint-Rémy-de-Provence.

Bien entendu le musée d'Amsterdam hurle : -"c'est un faux" ! Forcément, ce n'est pas lui qui l'a trouvé, et il tient à l'exclusivité de l'oeuvre du Maître arlésien. 






J'ai regardé attentivement les dessins : je retrouve les particularités du paysage, du soleil éblouissant, des merveilles de ce coin rêvé de Provence. Et puis, s'il y a Monsieur, il y a aussi madame Ginoux, l'Arlésienne si souvent croquée (enfin, je veux dire : peinte), ses livres de comptes devant elle  :


madame Ginoux et ses livres de comptes


Dommage, pas de nouveaux papillons !

Ce livre est un don fait aux amoureux de Vincent VG,

chacun peut se le procurer :

un Euro seulement le dessin


il faut vous le payer pour Noël !




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire