jeudi 1 mars 2018

Connaissez-vous Vien ?

Comme pour Lagrenée, c’est un tableau qui me conduit à Vien, celui éternel où Psyché éclairée de sa lampe à huile admire Cupidon, au risque qu’une goutte brûlante tombe sur la peau nue du bébé endormi.

Joseph-Marie Vien, dit Joseph-Marie Vien le jeune, né en 1761 à Paris et mort en 1848 à Paris, est un peintre français. Il est le fils de son père (je le fais exprès) dont prénom et nom sont identiques, j’ignore si on dit du père qu’il est le vieux ?

Voici une liste de quelques œuvres, confirmant les musées de province où il est exposé :

-Portrait de l'artiste et de son épouse (1808), musée des beaux-arts de Rouen
-Portrait de Napoléon Bonaparte, Ier consul, musée national des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau à Rueil-Malmaison
-Tête de vieillard, musée des beaux-arts de Marseille
-Sacre de Charles X, le 29 mai 1825, (plume et encre brune), Maison de Chateaubriand
-Louis XVII au Temple en 1793, huile sur toile, musée Carnavalet, Paris

-Portrait de François Valentin (1802 ou 1803, hôtel de ville de Guingamp)

J'ai choisi quelques tableaux amusants (pour moi) les voici :

voici la "douce mélancolie" : l'amour (absent ?) est représenté par une colombe fort bien faite

c'est un classique : l'Allégorie des Arts

l'Amour s'envole : il fuit l'esclavage !

la scène est très amusante : cette dame à genoux dispose de pleins d'amours (tarifés)
elle les propose à ces dames, manifestement aisées, qui en manquent (d'amour)
combien l'amour ?


le titre est : "la marchande d'amours"

les jeunes filles au bain sont à Cahors !
et voici notre Psyché

l'allégorie est totale puisque Cupidon est un bébé
et pas un adulte (cf le zizi)


d'où la Mélancolie plus haut des dames
éprises d'amour


n'ayant que des bébés à se mettre sous la dent



Cahors vient d'être retenu par TF1 pour son plus beau marché d'Occitanie

aucun rapport avec le Musée !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire