samedi 6 janvier 2018

Plaisante Sagesse Lyonnaise

Dans une vie antérieure, nous avons habité Lyon, précisément 12, rue Rabelais, un studio au premier étage. En plein quartier littéraire bordé par les rues Corneille et Molière. Face aux Sapeurs-pompiers, bien commode quand il faut rentrer alors qu'on vous a volé vos clefs ! Cinq années émerveillées dans cette ville bordée par le Rhône et la Saône ; proche de l'Italie et de Genève, sans oublier les grenouilles de Bourg en Bresse, ni bien entendu Bocuse au Mont d'Or. 



La semaine, sortie régulière dans les capitales des départements de Rhône-Alpes et Auvergne, des sorties parfois épiques en voiture et même en train en pleine neige dans le Cantal. Le week-end, promenades en Brompton sur les trottoirs de toute la ville, et le dimanche chasse au cochon dans les marchés de la Croix-Rousse et des Halles à la recherche des plus beaux pâtés en croute.


Il est normal que pendant un tel séjour, on s’imprègne de la morale locale : les Lyonnais sont un peuple intelligent et profond. Un héritage de leur histoire commerçante et spirituelle. 

j'utilise toujours la dernière maxime pour m'en aller, mais adore celle qui suit :
"si tu veux avoir de l'argent devant toi
mets-en de côté" !

Ce qu’on appelle la « plaisante sagesse lyonnaise » a donné vie à de nombreuses maximes et réflexions très en vogue il y a quelques siècles de cela. En 1920, Catherin Bugnard, secrétaire perpétuel (le même nom se transmet à tous ses successeurs) de l’Académie des Pierres-Plantées (société défendant la culture lyonnaise, succédant à l’Académie du Gourguillon) rassemble en un recueil toutes les maximes locales en un petit livre : La plaisante sagesse lyonnaise. Le livre n’est pas bien grand : 61 pages sur imitation parchemin dimension : 8,5 x 12,5 cm ! 


Ces maximes illustrent bien le caractère lyonnais et son esprit. Je vous invite vivement à l’acquérir pour perpétuer cet héritage unique. Moi à l’époque j’en avais acheté deux, huit Euros chaque, pour être certain de ne pas le perdre. Je puis vous en céder un si vous n'en trouvez pas dans le commerce. Je vous cite quelques maximes :

– Méfie-toi des gones que savent faire rien de rien, ils sont capables de tout.

– Quand on est amoureux, ça n’a qu’un temps. Quand on est bête, c’est pour toujours.

– Entre les bêtes et les gens, y a bien souvent que le baptême que fait la différence.

– Celui qui se vante le plus, il ne peut souvent que le moins.

– Au Paradis, on sera si heureux, si heureux, que l’éternité sera bien vite passé.

– Quand on n’a besoin de rien, tout le monde sont à votre service.

– Vaut mieux avoir compris qu’avoir appris.

-On fait toujours plaisir aux gens en leur rendant visite : si c'est pas en arrivant, c'est en partant.

– Le bon sens a beau courir les rues, personne lui court après....


Ah la Brasserie Saint-Georges Art-Déco ; les magasins de la rue Auguste-Comte, les Antiquaires, les magasins de déco....les soieries...!

Du temps mal employé, évite la disgrâce
Tu crois passer le temps, c'est le temps qui te passe !

en cette période de frimas :

Si t'as idée d'arriver centenaire, crains Dieu bien sûr
mais crains surtout les courants d'air.

mais.....nous n'étions pas de Lyon :

Tout le monde peuvent pas être de Lyon
il en faut ben d'un peu partout

et nous avons émigré à Paris...

...puis à Toulouse...

Tout le monde peuvent pas être de Toulouse 

non plus

il en faut ben d'un peu partout !




Ben sûr, c'est pas drôle d'avoir des embiernements
mais c'est toujours ça qu'on peut raconter à ses amis
à qui ça fait tant plaisir

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire