jeudi 11 janvier 2018

Naked Normandy

J’ai appris étant aux affaires ce que l’on nommait « la préférence communautaire ». J’y ai cru, comme une volonté de solidarité européenne protégeant ses ressortissants contre les abus commerciaux des autres Puissances. La préférence communautaire est abolie depuis un moment, à tel point que le déficit de notre balance commerciale  avec la Chine atteint plusieurs milliards ! Un jeune panda contre des milliards de biens importés et achetés à crédit ! Quant aux accords avec le Canada et l’Amérique (pour qu’ils nous exportent leurs bovins et autres rennes, en échange de foie gras par ailleurs contesté par les amis des animaux), on ne nous en parle plus ! Michel-Edouard Leclerc, qui se repent aujourd’hui d’avoir commercialisé le lait de Lactalis présumé contaminé aux salmonelles destiné aux nourrissons (heureusement personne n’est encore mort ?) est le représentant typique des centrales d’achat fou-furieuses de prix alimentaires tirés vers le bas dont il est le chef de file, obtenus en forçant les producteurs à baisser leurs prix en-dessous du prix de revient… ! Les mêmes grandes surfaces sont prêtes à commercialiser les veaux aux hormones importés d’Amérique,  les poulets lavés à la javel… et déjà, importent un maximum de produits roumains et autres venant des Pays de l’Est, où les salaires sont moitié des nôtres : voilà ce qui crée le désarroi des campagnes françaises, avec des agriculteurs vivant pour la moitié d’entre eux avec 350€ par mois …. et pourtant condamnés à terme puisque le Progrès Français ne serait plus localisé que dans les métropoles, raccordées au TGV, où l’on invente l’intelligence artificielle destinée à supprimer inéluctablement l’emploi de tous ceux qui ne seront pas du niveau Bac+3 et n’habiteront pas en ville … ! 

les acteurs sont les habitants du coin, ça se voit et donne son côté sympa au film
Il parait que le télétravail serait une issue, pourtant les habitants s’entassent dans les villes avec des prix de l’immobilier qui deviennent fous… ! Et des contraventions rédhibitoires pour les conducteurs qui veulent garer leur véhicule en bas de chez eux, puisque les villes sont asphyxiées par la circulation automobile...condamnée à terme par la disparition du carburant !

Les ghettos ont historiquement d’abord été circonscrits dans les banlieues. Ils atteignent l’ensemble du tissu rural. Devenu désert médical, on  n’y soignera bientôt plus les habitants privés d’emploi. Par contre et paradoxalement, les produits alimentaires ne posent aucun problème : on a plein de solutions pour les importer parfois de l'autre bout du monde…on le fait déjà !

ces paradoxes laissent beaucoup de ruraux désemparés !

C'est précisément le cas dans ce petit village du Perche, en Normandie : comme partout, le photographe a été victime de la disparition de l’argentique…les commerces dits de proximité disparaissent depuis qu’Intermarché s’est installé dans le village voisin, et les agriculteurs ont perdu leurs repères, se demandant comment attirer l’attention sur leur sort ! J'ai l'impression que nous vivons le même phénomène dans le Comminges, centre ville fermant ses enseignes, zone de chalandise voisine condamnée par les coûts des loyers, seuls magasins en expansion, les revendeurs de produits asiatiques déclassés...enfin je dis ça, je dis rien !

Histoire ordinaire à l’époque de la mondialisation, du réchauffement climatique, de la question consistant à fournir de l’essence demain à 10 milliards d’humains, ainsi que du courant électrique sans construire (sauf en Chine) de centrales nucléaires… Tout cela sans oublier la nécessité de faire manger tout ce monde sain ; bio…et pas cher ! Comment faire si nous délaissons nos agriculteurs ? 

Eux en tous cas, 
ne comprennent pas… !

Comment dans ce village normand attirer l’attention sur soi ?

Au Mêle sur Sarthe, petit village du Calvados, les éleveurs sont touchés par la crise. Georges Balbuzard, le maire de la ville, n’est pas du genre à se laisser abattre et décide de tout tenter pour sauver son village…forcément, c’est François Cluzet, l'amateur d’huîtres du cap Ferret, et le personnage central des Intouchables ! Eleveur laitier lui-même, célibataire depuis que sa femme s'est "barrée" en ville avec le dentiste (on touche du doigt l'explication du désert médical) il s'est donné corps et âme à son village, comme tout bon Maire rural.

Spencer Tunick, le célèbre photographe américain, avec son assistant, grand reporter de guerre recyclé dans le nu rural

Le hasard veut que Blake Newman, grand photographe conceptuel qui déshabille les foules, soit de passage dans la région. Vous avez compris, cet américain, au physique ingrat, mais au cerveau génial, est la réincarnation cinématographique de Spencer Tunick, qui a inventé le déshabillage des hommes et des femmes un peu partout sur la planète : avec lui, le village aura droit à un passage non pas uniquement sur FR3, mais à la télé nationale, et le Ministre de l’Agriculture obtiendra du coup (peut-être ?) à Bruxelles un coup de main, une aide à la production laitière par exemple, compensant la décision (stupide) d’avoir supprimé les quotas laitiers ?

(peut-être ? Je ne suis plus dans le coup, peut-être faut-il tout simplement comme à Notre Dame des Landes construire d’autres aéroports, d’autres très-très-grandes surfaces, d'autres banlieues ; d’autres fermes de mille vaches…je vous dis, je ne suis plus dans le coup, et je crains que le Ministre ne le soit pas davantage…enfin je dis ça, je dis rien…)


le champ Cholet peuplé d'Adam et Eve, Calvados-Normandy


manifestation contre le réchauffement climatique dans les vignes de la Côte d'Or


ils sont tous là, malgré le froid
contre la fonte des glaciers due au réchauffement climatique

Balbuzard voit dans cet espoir de photo collective  l’occasion de sauver son village.

seulement voilà,

aucun normand n’est d’accord pour se mettre à nu…
quant aux normandes, certaines jeunes femmes bien faites sont tout à fait d’accord...


par contre...

...Gisèle (ex miss Calvados, l’épouse du boucher) a l’interdiction de son mari de montrer son anatomie (arrondie à cause de son régime matrimonial) aux autres hommes…

C’est mal barré pour le Maire…
…enfin, François Cluzet !

C’est peut-être mal barré dans la réalité

pour les petits agriculteurs


mais ça, ça intéresse qui vraiment ?






ça va mieux aujourd'hui, mais on comprend la crise 2016-2017 au creux de la vague
la récente Loi obligeant à respecter le prix de revient

ce même lait acheté 0,35€/l est revendu au consommateur demi-écrémé 0,67€/l

la valeur ajoutée tient dans les centaines de produits transformés proposés par les grandes surfaces
dans des centaines de mètres linéaires de vitrines réfrigérées
dont l'emballage et la publicité coûtent plus cher que le produit alimentaire contenu à l'intérieur


calculez vous-même le prix au litre d'un pack de 4 yaourts !

enfin je dis ça, je dis rien

bien entendu !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire