jeudi 6 juillet 2017

Plafond de verre (fin)

Le grand jour est arrivé : on a calfeutré la boite. Peint l'intérieur pour qu'aucune ombre ne transparaisse depuis l'extérieur. Des préalables longs pour que le résultat soit impeccable. Les échelles sont prêtes, le déballage commence, ainsi que l'assemblage, mais une fois chaque vitrail encastré dans son logement, il tient tout seul.


une des bases de la déco est de poser des glaces pour doubler les volumes

de superbes verres industriels

aux reliefs très prononcés

blanc-vert, avec un liston de bleu foncé en carré central


effet superbe

du ciel par-dessus le toit

quand on se lance dans la déco

toujours soigner sols et plafonds !


PS : je vous renvoie naturellement à mon copain Gruber et son hôtel Guettaria :

sans oublier Leihorra :

ni le plafonnier du Splendid de Dax, aujourd'hui fermé !


Le ciel est, par-dessus le toit
Si bleu, si calme !
Un arbre, par-dessus le toit,
Berce sa palme.

La cloche, dans le ciel qu'on voit,
Doucement tinte.
Un oiseau sur l'arbre qu'on voit
Chante sa plainte.

Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là
Simple et tranquille.
Cette paisible rumeur-là
Vient de la ville.

Qu'as-tu fait, ô toi que voilà
Pleurant sans cesse,
Dis, qu'as-tu fait, toi que voilà,
De ta jeunesse ?

Verlaine, 1844-1896


C'est André Malraux qui tenait ces propos : -"Je ne comprends pas l’abandon du vitrail qui s’éveillait et s’endormait avec le jour. L’art a préféré la lumière mais le vitrail animé par le matin effacé par le soir faisait pénétrer la création dans l’église du fidèle"






  il ne faut pas hésiter à faire grand



même un plafonnier de Jean Perzel peut paraitre petit 



là ça fait de l'effet !




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire