samedi 1 juillet 2017

Cher Augustus (2)

Tout le monde n'est pas rompu aux subtilités de l'histoire de l'art américain, encore moins à l'histoire du Comminges, de ses Illustres, et de leur participation aux Beaux-Arts. Je vais vous donner les indications minimales pour vous y retrouver, et briller en Société dans les dîners savants, qui réunissent les personnalités locales le samedi soir :


De gauche à droite vous avez :

Davida Clarcks, model & mistress, dont une partie du corps a servi de modèle, elle n'était pas la seule à faire le job !
William Evarts
David Amstrong
Standford White
Louis Saint-Gaudens, le frère
Augusta Saint-Gaudens, Madame Saint-Gaudens en titre
Homer Saint-Gaudens, le fils (légitime)

Voilà pour les 7 Américains. Le chiffre 7 est magique, et a donc été retenu pour ce motif.


Naturellement, nous sommes davantage impliqués dans les Commingeois. Les Commingeois habitent le Comminges, c'est ici. Une zone des Pyrénées centrales dont nous sommes la Capitale. Ce sont les diocèses autrefois qui traçaient ces limites, diocèses marqués par les Abbayes, Saint-Gaudens naturellement ; Saint-Bertrand itou, et l'abbaye aux trois cents colonnes de la bonne-fontaine Bonnefont dont je vous ai déjà parlé.

Je reprends dans l'ordre : toujours de gauche à droite :

Patou est le chien des Pyrénées, le pendant de Saint-Bernard (avec le cognac), nous c'est l'Armagnac.
Il y aurait beaucoup à dire sur Patou, son nom familier est Cagir sans e final, c'est la montagne du coin. C'est le chien fidèle qui se prend pour un mouton, et poursuit férocement les prédateurs quand ces derniers attaquent ses frangins-moutons, car son ADN est celui d'un gros-chien, qui hait les loups, voilà pourquoi les éleveurs des Alpes l'importent à grands frais car le Saint-Bernard (qui ne se prend pas pour un mouton) ne court pas derrière les loups.

Ensuite après le landau qu'il pousse avec sa compagne, c'est le Grand-Homme du coin organisateur de l'inauguration de septembre 1932, Hipolyte Ducos, Secrétaire d'Etat à l'Instruction Publique. Avec sa compagne (personne ne sait si elle a été ou non son attachée parlementaire) ils poussent donc un landau dont le contenu est inconnu, pour laisser planer un peu de mystère quand-même. Derrière, il me semble que le renvoi d'ascenseur légitime le Maire actuel, JY Duclos, vous voyez qu'il n'y a qu'une lettre de différence : à mi-mandat, son équipe et lui redressent la Ville, de manière spectaculaire sur le plan financier en poursuivant des économies drastiques, et aussi sur le plan architectural, la preuve avec ce monument !

Mais on va voir que ne disposant que de 7 personnages (plus le chien et le landau), il se peut que la même figurine fasse allusion à un autre nom célèbre, c'est au conteur de s'adapter : en pratique mon copain René me fait observer que la mécanique ondulatoire pourrait expliquer que ce personnage soit double et ambigu, grâce à la superposition quantique et à l'intrication quantique : si on ne l'observe pas il peut être l'un ET l'autre, et si on l'observe, il peut être l'un OU l'autre. On ne le sait pas d'avance. C'est le monde merveilleux de la physique probabiliste...!

je sais, c'est un peu compliqué, 
mais la vie est compliquée !

Donc il faut d'expliquer que conformément à la théorie des quantas d'énergie de Niel BOHR : c'est le point de vue, ou carrément la non observation du personnage qui est déterminante 

Je fais une incise : le 5è personnage est une femme. Elle était présente à l'inauguration de 1932, c'est Mademoiselle Blerville (de l'Odéon), venue exprès à Saint-Gaudens pour marquer la présence des Arts et des variétés, et chanter naturellement des partitions choisies...Or elle n'était pas seule ! L'accompagnait Romuald Joubé, célèbre membre de la Comédie Française, mort en 1949. Il donnait beaucoup de pièces de Théâtre à l'Odéon ! Je n'en dis pas davantage, mais Mademoiselle Blerville-Silvain et lui ...? ? Tous deux par exemple ont lu le poème "le Retour" ! Le retour d'Augustus. Nous allons honorer le 16 septembre 2017 le retour-2 ! On me dit que Joubé allait à Saint-Gaudens visiter sa grand-mère, famille Payrau !

Louis Payrau est le Maire de Saint-Gaudens à l'époque, organisateur de toutes les manifestations. Je vous ai déjà rappelé qu'il était grand chasseur et collectionneur de papillons, et que sa collection est sauvegardée au Muséum d'Histoire Naturelle de Paris, sous la garde vigilante du docteur Rodolphe Rougerie. J'aurais aimé la présence physique de Louis Payrau sur les marches de droite, pas possible ! Pas assez de place : nous avons trop de Grands Hommes ! 

choisir c'est renoncer !

Je reprends donc où j'ai incisé :

Le troisième personnage est donc : 
JYD ET Romuald Joubé, si on l'ignore
JYD OU Romuald Joubé, si on veut le savoir en l'examinant

Le 4ème est LE Commingeois tel que le voient nos amis Américains : béret sur la tête et baguette à la main. En réalité, c'est un Chanteur du Comminges, tels qu'ils chantaient devant le monument à l'époque. Ils pratiquent la langue d'oc si belle. Ils participent aux Jeux Floraux de Toulouse où ils sont décorés de la violette d'or. Ils tissent des liens avec la Provence de Mistral, et représentent la tradition classique des troubadours. Ils nous représentent tous, et je crois réussir à ce qu'ils nous donnent l'aubade ce prochain 14 juillet sous l'ombre apaisante du cloitre de la Collégiale.

Le 5è est donc Mademoiselle (elle n'était pas mariée) Blerville. Elle tient la main d'une petite fille, dont on ignore la généalogie... On ne peut tout savoir ! Il existe des zones d'ombre !  Elle est le pendant d'Homer de l'autre côté, et le drame, c'est qu'elle ne le rencontrera vraisemblablement jamais. (on en est certain aujourd'hui). Il y a un fossé en effet entre la gauche et la droite (du monument). L'espace est énorme, il représente la largeur de l'Atlantique, oversea, qui nous sépare du Nouveau Monde. C'est à propos de Mademoiselle Blerville que j'introduis Romuald Joubé, dont on vient de déterrer le banc proche de la chapelle de la Caoue, sur lequel il venait méditer pour écrire de nouveaux poèmes.


Le 6è est Eugène Azemar, l'apôtre du Comminges. Apôtre-laïc il se doit. Le créateur du circuit automobile, très à la mode aujourd'hui surtout depuis l'ouverture du Musée, support de plein d'animations mécaniques en cette période estivale.

The last but not the least, est le Député Bepmale, Jean de son prénom. Ami de Louis Payrau avec qui ils parcouraient la montagne, le filet (donné par Payrau) à la main. Et dans le filet, le scarabée portant son nom, Trechus bemalei.

Je vous ai parlé du fossé entre les deux escaliers, l'Atlantique, franchi par Augustus quand il est retourné à Aspet-France sur les traces de son père cordonnier. 

Nous avons décidé que le titre serait la signature autographe du Sculpteur....


... et que faute de pouvoir déplacer le monument actuel, vestige de l'original, nous placerions le nouveau buste devant, sur un piédestal en acier corten.

Vous savez (presque) tout !

comme tous les secrets de famille
nous en cachons encore quelques-uns pour notre usage particulier !

place aux artistes maintenant
des photos du bronze patiné
et de belles soudures en acier
ASAP !
as soon as possible

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire