lundi 1 août 2016

Mon boulanger est un artiste…

c'est Firmin, mais son vrai prénom

                   est Firmino...!

J'ai rendez-vous avec lui dans sa boulangeoise. 124 rue Jean Adoue. Vous avez bien lu : il dit Boulangeoise et pas boulangerie, voulant distinguer ce qui fait la force de son établissement, dont il fête les deux ans d’’anniversaire. Je lui commande des ficelles, une appellation parisienne qui n’a pas cours ici : la ficelle a l’épaisseur d’une baguette, et la baguette fait figure de gros pain, quant à la baguette de campagne, je ne vous en parle pas, et il y a plus gros encore, une vraiment très très grosse miche, qui ne peut se couper qu’avec une ...tronçonneuse, (il faut dire que c’est un appareil répandu dans toutes les maisons d’habitation) !

les boulangers
La force de la Boulangeoise, est d’appliquer à la lettre les textes du 13 septembre 1993 : « Peuvent seuls être mis en vente ou vendus sous la dénomination de : "pain maison" ou sous une dénomination équivalente les pains entièrement pétris, façonnés et cuits sur leur lieu de vente au consommateur final…Pareil pour les : "pains de tradition française", "pains traditionnels français", "pains traditionnels de France" … les pains, quelle que soit leur forme, n'ayant subi aucun traitement de surgélation au cours de leur élaboration, ne contenant aucun additif et résultant de la cuisson d'une pâte qui présente des caractéristiques très précises.

les pâtissières : la pâte est bien "faite maison"

J’ai pris rendez-vous avec Firmin, le vendredi où il me cuit dix ficelles, qui me durent la semaine. C’est toujours intéressant de visiter les parties privées : ici, tout est fait sur place, procédés modernes, certes, mais produits soigneusement sélectionnés. La farine est de qualité supérieure, c’est la marque spéciale du Patron, pas question de dévoiler les secrets de fabrication. Les machines sont impeccables, la pâte fait des bulles, les fours fonctionnent en continu, l’odeur émoustille les nez les plus exigeants.


Une équipe familiale, cinq salariés et deux apprentis, entoure le Patron : il y a les garçons-boulangers, Dinis et Vincent . Il y a les pâtissières, Nahissa, Laure et Victoire. A la vente, Géraldine et Patricia. Tout ce petit monde s’active, dans une atmosphère très professionnelle. Les gâteaux sont délicieux, et le clou est le chou à la crème avec de la vraie crème fouettée...-" j'en voudrais trois s'il vous plait" !


Dans un monde souvent pessimiste, aller chez Firmin fait du bien : il a créé une ambiance où se conjuguent travail, qualité et tradition. L’avantage d’une petite ville à la campagne est qu’on y conserve le sens des valeurs. Vous tous en ce moment sur les routes et les plages, qui mangez vos pizzas décongelées pas toujours très fraîches au restaurant, plaignez-nous qui restons sur place, à déguster notre pain quotidien :

Pourquoi aller chercher ailleurs ce que nous avons sur place ?

la Boulangeoise… !


la photo est avant que j'aie pris mes trois choux


réservez vos ficelles au 05 61 89 21 41 !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire