mercredi 10 août 2016

Haaitza

je vous emmène en ballade :

        statut et panache …

     …le rêve du Pyla…

      …le roc, en basque !

C’est une nouvelle vie qui commence pour ce grand bâtiment construit en 1930 par Louis Gaume, en même temps que "la Corniche". Depuis sa fermeture en 2002, sa reprise était devenue un serpent de mer. Il fut un temps question du groupe Accor, puis question de plus rien du tout.

-« Que Dieu bénisse ce lieu, le plus bel endroit du bassin, l’hôtel de La Corniche, et ses bâtisseurs : la famille Gaume ! ». Voilà la prière du prêtre, inaugurant à l’été 2010 le site réhabilité de La Corniche, premier hôtel construit par l’entrepreneur Louis Gaume dans les années 1920. L’assemblée de fidèles sourit. Le lieu est unique, magique, au pied de la dune du Pilat, face au banc d’Arguin, le plus vaste banc de sable du littoral, et la pointe du cap Ferret.

Le Pyla ne serait pas le Pyla sans la dynastie Gaume. Originaire de l’Allier, Louis Gaume, plombier-zingueur, arrive à Arcachon en 1911 comme compagnon du Tour de France. Il y est embauché par la charpenterie Cazaubon. Après la guerre, il rencontre Daniel Meller, propriétaire de 115 hectares de forêts domaniales qui s’étendent depuis la Grande Dune. Ensemble, ils ambitionnent de faire d’Arcachon un lieu de villégiature sur le modèle de Biarritz. En 1920, Louis Gaume crée son entreprise. Pour attirer les vacanciers, il lui faut construire des hôtels, et, pour les financer, trouver des fonds. Les familles Rothschild, Faramond, Cazes…seront de précieux investisseurs.

Entre 1926 et 1932, l’entreprise construit six hôtels haut de gamme parmi lesquels La Corniche, Haïtza, Etche Ona… Après-guerre, il bâtit sa première maison. Surtout, Louis Gaume achète des terrains : un, puis deux, jusqu’à une centaine. Il les revend peu à peu après y avoir construit des villas, toujours en respectant la nature. Les jardins s’articulent autour des pins maritimes, symboles du bassin, qui s’agitent au gré de la brise de l’océan.



Petit à petit, l’entreprise Gaume s’impose comme bâtisseur exclusif haut de gamme et donne une unité architecturale à la station balnéaire. Grâce à sa mainmise sur des quartiers naissants, le Pyla est resté préservé des constructeurs de maisons contemporaines.

la Corniche, juste à côté
En moins d’un siècle, l’entreprise a construit près de 4000 villas sur le bassin. Son style architectural, d’inspiration basque, est sobre mais reconnaissable entre tous. Les toits sont recouverts de tuiles, la charpente est épaisse et massive et les murs extérieurs sont blancs. Des maisons de deux chambres édifiées principalement dans les années 1950 aux magnifiques villas contemporaines de plus de 300 mètres carrés. Les plus belles sont situées au Pyla, en “première ligne”, avec une vue unique sur la pointe du cap Ferret ou l’Île-aux- Oiseaux. Les plus modestes sont en retrait, dans des “lotissements”. Mais nulle part un immeuble ne dépasse la cime des arbres…

Je n’ai pas terminé sur Louis Gaume, mais je passe au sujet qui m’intéresse aujourd’hui : l’hôtel Haaitza, réouvert lui aussi : Les Techoueyres, William et Sophie son épouse,  ont fait une nouvelle fois équipe avec le designer du Cap-Ferret Philippe Starck qui avait déjà entièrement redessiné et décoré la Corniche avec un incroyable succès.


vous devinez ce qui m'attire ici : les vitraux !






Le projet ? Transformer ce qui était devenu une friche d’architecture néo-basque en un établissement hôtelier haut de gamme, redonner à l’hôtel son statut et le panache d’antan : le terrain totalise 5 000 m², et abrite 37 chambres et suites au premier, deuxième et troisième étages. Au rez-de-chaussée, la réception, le bar à vins, le grand salon et le bar intérieur. Sans oublier la véranda ! Avec ses vitres colorées, je n’ose parler de vitraux…

…et il y en a : conception, notre incontournable Starck, la réalisation étant du verrier Stef-atelier d’où je tiens ces photographies. Moi qui n’aime que le classique, je salue cette création colorée, voyante, et bien intégrée au style souhaité : en fiche plein la vue ! (j'ai failli écrire : "frimer un max" !)




le meuble vitrail-papillons de Stef













L’architecte est le Parisien Sébastien Segers, clairement spécialisé dans les projets haut de gamme (l’immeuble des Trois quartiers et le restaurant de l’Opéra Garnier à Paris, le SPA Gorgio Armani à Tokyo, les Quantas First Class Lounges de Sidney et Melbourne, l’Hôtel Puerta America Bar de Madrid, le Lever House Bar and Restaurant de New-York, etc.).

Allez-y de ma part !

et saluez les vitraux !

1 avenue Louis Gaume 33115 Pyla-sur-Mer.
Réservation au 05 56 22 06 06. 

www.haaitza.com


Arcachon ; la Teste sur Buch. Sous la Corniche ; la dune du Pilat, et en face le banc d'Arguin
puis en haut encore en face : le Cap Ferret

le chic est d'accoster en bateau,

le super-chic est de naviguer en pinasse (d'acajou)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire