dimanche 29 mai 2022

Alibaba anticuarios cave at Sitgès (8)

 






















l'enlèvement des Sabines, indispensable pour décorer le yacht !


the small snake, but where is the big ?






le fameux bleu de Sitgès


Le GPS me guide, entre les autopistas qui se croisent soit direct vers Barcelone, la voiture entourée des camions, soit en longeant la côte, la solution pour Sitgès. Arrivés à la sortie, il faut faire très attention dans le dédale des rond-points, monter, virer, stopper, descendre sous l’autoroute, pénétrer dans la zone des immeubles entassés, l’entrée à droite sur le trottoir avant de grimper sur la terrasse, c’est là, la caverne d’Alibaba pleine de décoration originale, tout ce qu’il faut pour meubler un yacht d’oligarque ! A vrai dire, beaucoup d’objets sont toujours là depuis la dernière fois : en septembre j’ai pris le lamparo, mais restent les deux vitraux maritimes. Il n’y a plus le grand serpent, il y en a un petit, si l’on peut dire, plus facile à caser dans la malle de la voiture, mais moins spectaculaire. Beaucoup de vaisselle, les lampes Tiffany ne font pas recette, des Bouddhas de toutes dimensions sont à la mode. Des colonnes majestueuses, toujours pour décorer un yacht ; des portes en fer forgé Art déco, des défenses d’éléphant…oui elle sont fausses… !

Pourquoi nous venons ? L’espoir de trouver des cadres dorés, vieillis, abordables : nous en trouvons trois, et comme j’ai amené du cash, je réussis à négocier un petit prix. A l’arrivée, il suffira de les remplir d’une toile, et ma peintre préférée pourra exposer ses œuvres encadrées dès que la peinture acrylique sera sèche.






les fans ont laissé des appréciations enthousiastes !




Je n’ai pas le courage d’entrer en ville, la contrainte étant comme toujours de garer la voiture : déjà que chez nous c’est impossible, ici c’est inimaginable ! Pourtant, il faut manger ! Christina la patronne et maman des jeunes gens qui gardent le rez-de-chaussée encore plus plein que l’étage parle très bien Français : elle me conseille « el Tros », (allusion à la cassola de tros, qui signifie « trois », de la viande et des légumes cuits dans une terrine) où en expliquant que l’on vient de sa part, la patronne du restaurant nous accueille d’un grand sourire : Christina est sa meilleure amie ! Je trouve une place où garer la voiture au soleil !  Il n’est que midi et demie, c’est l’heure du petit-déjeuner, pas du repas de treize heures ! Sympa, elle nous improvise un casse-croûte avec des tortillas, du jamon iberico sur du pain huilé-tomaté. Avec une bière fraiche, c’est le mieux à quoi l’on pouvait rêver, surtout avec une glace vanille-chocolat comme dessert.

On peut ainsi aborder l’autopista sous 32° à l’ombre. Miracle, deux péages ont été rasés, ne reste que la trace des barrières de guidage au sol ! Miracle supplémentaire, le même péage à Lleida est rasé lui aussi, et on ne paie plus l'autoroute, Macron est battu ! Miracle supplémentaire, je ravitaille la voiture en essence, le prix parait élevé… 1,979….et ne m’est facturé que le hors taxe : je gagne 9,240 Euros ! mieux que chez nous ...

... récompense de passer des vacances en Catalunya !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire